Sourds : deux outils pour que la Justice les entende

7 à 10 millions de Français sourds ou malentendants peinent à accéder aux points d'accès aux droits. "La Justice doit les entendre !", plaide Droit pluriel qui publie une brochure et 2 courts-métrages pour sensibiliser les professionnels du droit.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Ryad lit sur les lèvres, Madeleine est appareillée et a besoin d'un environnement calme, Emma s'exprime en Langue des signes française (LSF). Pour eux, les maisons de justice, points d'accès au droit et permanences juridiques gratuites s'avèrent inaccessibles. « Le juriste ne sait pas s'adapter à la lecture labiale, les bureaux sont bruyants, il n'y a pas d'interprète en LSF... », déplore l'association Droit pluriel qui milite sans relâche pour l'accessibilité de la Justice. Sept à dix millions de personnes sourdes ou malentendantes, dont environ 300 000 communiquent en LSF, sont concernées, en France. Selon Droit pluriel, « conscient de ces difficultés, ce public se détourne de ces lieux pourtant ouverts à tous ». « La Justice doit les entendre ! », martèle l'association.

Une brochure pleine de conseils pratiques

Face à ce constat, elle annonce la diffusion, à compter du 10 mars 2022, à l'occasion de la Journée nationale de l'audition, avec le soutien de la Fondation pour l'audition et du ministère de la Justice, de deux outils concrets destinés à tous les professionnels de l'accès au droit (avocats, juristes, greffiers, etc.) qui accueillent et informent gratuitement sur tout le territoire. Le premier ? Une brochure de neuf pages qui donne les clés pour organiser son environnement et adapter son comportement face à une personne déficiente auditive. Le maître-mot : être attentif ! Elle propose par exemple d'éviter le contre-jour pour améliorer le confort de la lecture labiale, de ne pas parler trop vite et de laisser la bouche bien visible tout au long de l'échange, de créer un environnement calme et silencieux pour faciliter l'écoute ou encore de penser à écrire les informations importantes afin de s'assurer qu'elles ont été bien comprises.

En matière d'aménagements, les structures sont invitées à mettre en place une permanence juridique en LSF ou encore à faire appel, s'ils ne peuvent être disponibles sur place, à des interprètes à distance via les plateformes spécialisées (Roger voice, Tadéo, etc.) mais aussi à s'équiper de boucles à induction magnétique qui transmettent le son directement dans les appareils auditifs en filtrant les bruits parasites. Bon à savoir : il existe également des applications mobiles qui proposent la transcription automatique de conversation (Ava, Speechnotes...). « Pensez à ajouter une indication 'Merci de préciser vos besoins en accessibilité' sur vos formulaires de contact et vos guichets d'accueil », recommande, par ailleurs, le guide.

Deux courts-métrages pour sensibiliser

Cet outil est complété par deux courts-métrages (ci-dessus), avec la participation du comédien Mathieu Amalric, présentant les gestes et paroles à adopter quand on reçoit une personne sourde ou malentendante.

En juillet 2021 déjà, Droit pluriel lançait une « mallette pédagogique » sur le handicap à destination des professionnels du droit (article en lien ci-dessous), qui comportait un manuel de formation, un guide pratique et trois courts-métrages. Son message sera-t-il, enfin, entendu ?

Illustration article
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.