Givors, 2 agressions pour non-respect stationnement réservé

2 agressions à Givors (Rhône) par des conducteurs n'ayant pas respecté une place de stationnement réservé. Un "hasard" qui témoigne d'une incivilité trop souvent observée. Les contrevenants risquent 135 € d'amende et bien plus en cas de violence

13 février 2014 • Par

Thèmes :

Y aurait-il un gang « anti-stationnement handicapé » à Givors, dans le Rhône ? L'idée pourrait prêter à sourire si les coïncidences ne ramenaient pas une nouvelle fois cette ville sur la scène des incivilités. Deux agressions en un peu plus d'un an par des automobilistes qui ont refusé de respecter les places de stationnement réservées aux personnes handicapées. Rappel des faits...

2014 : deux policiers agressés

Samedi 8 janvier 2014, un homme de 34 ans est interpelé sur le parking d'un grand magasin de Givors car il stationne sur une place réservée. Il refuse de se soumettre au contrôle effectué par des policiers qui lui réclament sa carte d'invalidité, lance quelques outrages avant de les menacer de mort, aidé par sa nièce et sa fille qui n'hésitent pas à frapper à leur tour les agents de police. L'homme tente alors de prendre la fuite et vient s'écraser sur le pare-brise d'un véhicule qu'il brise dans sa chute. Au cours de l'altercation, deux policiers sont blessés au point d'écoper de dix jours d'ITT (interruption temporaire de travail) chacun.

2012 : un élu agressé

En septembre 2012, toujours à Givors, un élu avait été blessé en tentant de faire respecter l'usage du stationnement pour personnes handicapées. Son épouse avait protesté contre un automobiliste qui s'était garé sur une place réservée alors qu'il semblait, en apparence, avoir l'usage de tous ses membres. L'homme s'était mis en colère et avait insulté l'élu venu à la rescousse de sa femme avant de le frapper au visage et de s'enfuir. Cette fois-ci encore : triste bilan avec une triple fracture du plancher orbital, 15 jours d'interruption de travail et une opération. A l'époque, Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées, émue par cette agression, avait appelé l'élu. Lui faudra-t-il une fois encore décrocher son téléphone par solidarité pour cette seconde victime ?

La police qui s'y met...

C'est cette fois-ci la police qui a fait les frais de ce manque de civisme mais il n'est pas sans rappeler une vidéo qui a fait le buzz en décembre 2013 où l'on voyait un policier prendre ses aises avec une mauvaise foi spectaculaire (lire article en lien) sur une place réservée d'un centre commercial de Chambéry, empêchant son conducteur en fauteuil roulant de remonter sans son véhicule.

135 euros le PV

Rappelons que les automobilistes qui occupent indûment les places de stationnement réservées aux personnes handicapées sont passibles d'une amende correspondant aux contraventions de 4ème classe (art. 6 du décret n° 2003-642 du 11.7.03), soit 135 euros pour l'amende forfaitaire simple et 90 euros en cas d'amende minorée, avec un montant majoré porté à 375 euros (si paiement plus de 45 jours après la délivrance du PV). À cette amende s'ajoute le risque d'une mise en fourrière. Ces emplacements sont réservés aux voitures disposant de la nouvelle carte européenne de stationnement pour personne handicapée adoptée par la France en 2000 (les personnes munies d'un macaron grand invalide de guerre (GIG) ou grand invalide civil (GIC) avaient jusqu'au 31 décembre 2010 pour le faire remplacer par une carte de stationnement européenne).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.