Postulez en ligne sur Hello Handicap Postulez en ligne sur Hello Handicap Postulez en ligne sur Hello Handicap

La téléconsultation en pharmacie est désormais actée

Se rendre dans sa pharmacie pour passer une consultation avec un médecin, c'est possible pour tous ceux qui sont éloignés de l'offre de soin. Un arrêté publié le 2 septembre 2019 en définit les conditions.

11 septembre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Difficulté à se déplacer, problèmes de transport, déserts médicaux… Parfois, obtenir un rendez-vous avec un médecin relève du parcours du combattant. Face à ce constat, la téléconsultation est remboursée par l'Assurance maladie depuis le 15 septembre 2018. Elle se définit comme la consultation à distance réalisée par un médecin exerçant une activité conventionnée, dit « téléconsultant », quel que soit son secteur d'exercice et sa spécialité médicale, et un patient, ce dernier pouvant, le cas échéant, être assisté par un autre professionnel de santé. A l'heure où la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, lance un plan de 750 millions d'euros sur trois ans pour résoudre la crise des urgences hospitalières, cette option, parmi tant d'autres, ne permettrait-elle pas de désengorger des salles d'attente saturées ? Sa mesure phare est le SAS (Service d'accès aux soins), une plateforme qui permettra d'accéder à un professionnel de santé pour avoir un conseil médical, une téléconsultation ou une orientation vers une structure médicale.

Les pharmaciens dans la boucle

Dans ce contexte tendu, les pharmaciens sont entrés à leur tour dans la boucle en décembre 2018 pour proposer des espaces de téléconsultation de proximité. Cette profession a « un rôle essentiel à jouer pour contribuer à sa généralisation », assurait alors la Cnam (Caisse nationale de l'assurance maladie). Le pharmacien, en tant que professionnel de santé, a pour rôle d'assister le médecin dans la réalisation de certains actes participant à l'examen clinique et éventuellement d'accompagner le patient dans la bonne compréhension de la prise en charge proposée. Il met à disposition le plateau technique nécessaire connecté (stéthoscope, otoscope, oxymètre, tensiomètre…), dans un espace confidentiel, et se charge de l'organisation du rendez-vous en prenant contact avec le médecin via une vidéotransmission sécurisée. Pour chaque acte, il perçoit des subventions et rémunérations (article complet en lien ci-dessous).

Un an plus tard, la téléconsultation en officine est désormais actée ! L'arrêté du 2 septembre 2019 porte approbation de l'avenant 15 (en lien ci-dessous) à la convention médicale du 4 mai 2012. « Si on considère que l'Ile-de-France en 10 ans a perdu 2 000 médecins généralistes et que 76% de la population habite une zone où l'offre médicale n'est pas satisfaisante, cette approbation représente une vraie ressource dans l'accès aux soins des patients », assure Nathaniel Bern, cofondateur de Medadom, start-up qui met en place des vidéo-consultations en officine. 21 611 pharmacies sont en activité en France. Un vaste potentiel ?

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.