Tou.te.s les mêmes : web-série inspirante sur le handicap !

Tout le monde est différent mais nous sommes "Tou.te.s les mêmes". C'est le credo de la nouvelle web-série éponyme de France TV Slash, diffusée depuis le 13 septembre 2019. La saison 1 met en lumière le destin singulier de 8 personnes handicapées.

19 septembre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Personnes handicapées, « valides »... Au fond, nous sommes « Tou.te.s les mêmes ». C'est le nom de la nouvelle web-série diffusée depuis le 13 septembre 2019 sur France TV Slash (en lien ci-dessous), une chaîne 100 % numérique qui vise à encourager « la célébration de soi ». La saison 1, réalisée par Léa Bordier et Julien Ménielle, se décline en huit portraits d'une dizaine de minutes. Journaliste et ancien infirmier, ce dernier recueille les témoignages de personnes en situation de handicap aux destins singuliers. Son leitmotiv : « libérer la parole et démystifier tout ce qui touche au corps et à la santé ».

Témoignages encourageants

Dans le premier épisode, les internautes font la connaissance de Camille, 23 ans, atteinte d'une IMC (infirmité motrice cérébrale) d'origine inconnue qui l'empêche de se mouvoir comme bon lui semble. Tantôt en fauteuil roulant, tantôt debout, elle confie ne jamais s'être « considérée handicapée ». « En fait, c'est comme s'il y avait le monde handi et le monde valide, et moi j'ai un peu le cul entre deux chaises. J'appartiens à aucun des deux, ou à un peu des deux », révèle-t-elle. Mais son handicap ne l'empêche pas de pratiquer une activité sportive, bien au contraire. Elle se « castagne » au rugby fauteuil depuis plus de deux ans et « adore ça » ! Julien Ménielle fait ensuite la rencontre de Marianne, qui a subi des amputations sur ses mains et ses pieds à la suite d'une erreur médicale lors d'un traitement contre la malaria. Styliste et peintre, elle manie le pinceau et la machine à coudre comme personne... Une passion partagée par Ophélie, qui a perdu la vue à 19 ans mais n'arrêterait ses activités artistiques pour rien au monde. « Mon imagination est intacte, c'est simplement l'organe qui n'est plus là mais mon cerveau continue de travailler », témoigne-t-elle.

Zoom sur l'accompagnement sexuel

Dans un autre registre, Fabrice, 54 ans, accompagnant sexuel, aide les femmes à « se reconnecter à leur corps au travers de la sensualité ». Une mission qu'il prend plaisir à accomplir avec Adeline, 32 ans, atteinte du syndrome d'Elhers-Danlos, qui fragilise ses organes vitaux. Pourtant, pendant une dizaine d'années, de nombreux médecins la prennent pour une « folle, une hypocondriaque », lui assénant « C'est dans ta tête » (article en lien ci-dessous). Suite à cette erreur de diagnostic, elle fait plusieurs passages en hôpital psychiatrique et poursuit laborieusement ses études. Après un bref soulagement à l'annonce du diagnostic, les opérations s'enchaînent... Adeline peine à se familiariser avec son nouveau corps et perd confiance en elle. Après cinq ans de célibat et lassée d'être touchée exclusivement par le personnel médical, elle fait appel à l'Appas (association qui milite pour l'accompagnement à la vie affective, sensuelle et/ou sexuelle des personnes en situation de handicap), pour renouer avec sa féminité. Selon Adeline, Fabrice lui a permis de « faire sortir la femme » qui sommeillait en elle et d'envisager de nouveau l'amour.

Au fil des épisodes, les internautes se familiarisent avec l'autisme, par le biais de Robin, un jeune homme Asperger, découvrent les prothèses que fabriquent Flavie, une jeune maman née avec une agénésie du bras, et portent un autre regard sur la différence en découvrant la rayonnante Pernelle, amputée des quatre membres à la suite d'une méningite, qui se lance dans le « modeling » photo... Des vidéos inspirantes à consommer sans modération !

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.