Travail adapté : quelle place dans le plan de relance ?

"S'affranchir des effets pervers des crises" et que le travail adapté ne soit pas oublié dans le plan de relance qui doit être dévoilé par le gouvernement le 3 septembre 2020 sont les priorités d'APF France Entreprises.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Par David Arrode

Trois questions à Serge Widawski, directeur général d'APF Entreprises, qui rassemble une cinquantaine d'établissements employant 4 200 personnes dont 3 800 en situation de handicap.

Question : Quelles menaces fait peser le Covid-19 sur le secteur du travail adapté ?
Serge Widawski : Il y a plusieurs business modèles chez nous. Des entreprises sont en pure sous-traitance de grands groupes. Là, on subit directement le contrecoup des industries qui sont touchées. On est même les premiers touchés ; il est plus facile de couper le petit cordon qui nous relie à ces grands groupes avant de toucher aux emplois directs. On s'évertue à développer de nouveaux modèles qui ne nous rendent pas trop dépendants de la santé des grands groupes. Une des stratégies développées est l'identification de start-up prometteuses avec des produits et services innovants auxquelles on apporte des infrastructures et du personnel compétent. On vient de le faire avec le 'Masque inclusif' (avec fenêtre transparente, ndlr, article en lien ci-dessous). On est en train de travailler aussi avec une autre start-up qui a créé un petit boîtier baptisé Uvo Care, capable de désinfecter en trois minutes les masques. On essaie de s'affranchir de tous les effets pervers des crises.

Q : Y a-t-il un risque d'amalgame entre personnes vulnérables et handicapées ?
RW : La généralisation est un risque. Mais on a un taux non négligeable de personnes handicapées qui sont considérées comme vulnérables au regard des critères Covid. Le travail pour beaucoup de personnes en situation de handicap est le lien social presque exclusif. Le fait d'être cantonné chez soi est une vraie douleur. Du point de vue de l'entreprise, cela nous touche car on a besoin de ces forces vives pour continuer l'activité.

Q : Qu'attendez-vous du plan de relance qui doit être présenté le 3 septembre ?
RW : Ce secteur doit avoir sa part dans ce plan. Je voudrais être sûr que cela reste une priorité pour l'État. Je ne parle pas des 300 millions d'euros déjà prévus. Quand on parle de soutien aux relocalisations, aux activités stratégiques, une quote-part est absolument nécessaire pour le secteur de la fragilité, de l'inclusion et du handicap en particulier. On n'a pas été consulté et les échos que j'en ai est que rien n'a été prévu dans ce sens.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.