3,5 % de travailleurs handicapés : un taux "stable" en 2021

Le taux d'emploi direct des travailleurs handicapés est resté stable en 2021, atteignant 3,5 %, encore loin du niveau minimal de 6 % requis par la loi, d'après une étude statistique publiée le 3 novembre 2022. Efforts attendus...

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article
Illustration article

3,5 % : le taux d'emploi direct des travailleurs handicapés est resté stable en 2021, d'après une étude de la Dares, service statistique du ministère du Travail, publiée le 3 novembre 2022. Dans le détail cependant, les progrès à réaliser par les employeurs pour atteindre l'objectif légal de 6 % ne sont pas aussi importants qu'il y paraît au premier abord, précise cet organisme.

Objectif atteint à 80 %

D'une part, l'objectif de 6 % de personnes handicapées dans chaque entreprise de plus de 20 salariés doit être adapté au cas par cas, avec une règle d'arrondi ; ainsi une entreprise de 25 salariés devrait en théorie embaucher 1,5 travailleur handicapé, mais la loi prévoit d'arrondir ce chiffre à 1, ce qui dans les faits revoit l'exigence à la baisse. De ce fait, au niveau national, le taux réel attendu par la loi était de 5,6 % de travailleurs handicapés en 2021, selon les calculs de la Dares. D'autre part, une réforme de 2020 a introduit une "survalorisation" des travailleurs handicapés de plus de 50 ans, afin de donner un coup de pouce aux demandeurs d'emploi les plus âgés. En prenant en compte cette disposition, on aboutit à un taux d'emploi "majoré" constaté de 4,5 %, au lieu des 5,6 % attendus, soit un objectif atteint à 80% (contre 77% en 2020), précise l'étude.

1/3 des entreprises n'emploie aucun salarié handicapé

Sur l'ensemble des quelque 108 000 entreprises concernées, seules 29 % ont respecté pleinement leur obligation d'emploi. A l'inverse, 31 % des entreprises n'employaient aucun travailleur handicapé l'an dernier. Globalement, plus l'entreprise est grande, plus elle s'approche -voire dépasse- le taux minimal, observe la Dares. Lorsque l'employeur n'atteint pas ce taux, il doit s'acquitter d'une contribution au fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Depuis la réforme de 2020, cette pénalité financière peut cependant être réduite, voire annulée, si l'entreprise compte dans ses effectifs un certain nombre de postes "exigeant des conditions d'aptitude particulière". Or, 10 % de tous les emplois des entreprises concernées par ce dispositif sont dans ce cas, et même 42 % dans le seul secteur de la construction.

Le taux de chômage des personnes handicapées, qui atteignait 19 % avant la crise du Covid, est revenu à 14 % en 2022, mais il reste près de deux fois supérieur à celui de la population générale (7,4 %) (article en lien ci-dessous).

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.