Troubles psy : prioritaires à la vaccination selon la HAS

Maladies hépatiques chroniques, troubles psychiatriques, démence et antécédents d'AVC. Quatre nouveaux risques majeurs face à la Covid-19 sont identifiés par la HAS qui, le 2 mars 2021, recommande une priorité vaccinale pour les Français concernés.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Comment accélérer la vaccination des personnes les plus vulnérables ? Le 2 mars 2021, la HAS (Haute autorité de santé) met à jour ses avis à la lumière des nouvelles données scientifiques disponibles. Même si de nombreuses études permettent de confirmer que l'âge est le facteur prépondérant dans la survenue de formes sévères et de décès liés à la Covid-19, d'autres publics sont aussi menacés... à protéger « en priorité ».

4 nouvelles pathologies

Après les personnes avec trisomie 21, celles ayant reçu une transplantation d'organe et les insuffisants rénaux dialysés, qui avaient déjà été identifiées par la HAS le 30 novembre 2020 (article en lien ci-dessous), quatre autres publics sont considérés comme « à très haut risque de décès, justifiant une priorisation (vaccinale) quel que soit l'âge ». Il s'agit des maladies hépatiques chroniques et en particulier la cirrhose, des troubles psychiatriques, de la démence et des personnes présentant un antécédent d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Sur recommandation des médecins

Cette liste n'est pas exhaustive. La HAS juge que « toutes les situations particulières identifiées comme à risque de formes graves ne peuvent être explicitement identifiées à partir de la revue de la littérature ». Elle recommande donc de « prioriser » pour la vaccination les « les personnes jugées particulièrement vulnérables par leur médecin et présentant des affections préexistantes rares et graves ou des handicaps graves, les prédisposant à un risque particulièrement accru de décès. Et de citer les déficits immunitaires sévères, hémopathies malignes et les maladies rares.

Polypathologies sous haute surveillance

Enfin, la HAS souligne l'attention particulière qui devra être portée aux personnes polypathologiques. En effet, les études montrent que le cumul de trois comorbidités fait atteindre quasiment le même niveau de risque de décéder que dans la tranche d'âge supérieure sans polypathologie.

 Cette autorité indépendante précise que ses recommandations « seront mises à jour en fonction de l'évolution des connaissances, des nouvelles données disponibles et de l'approvisionnement en doses de vaccins ». Elle élargit par ailleurs sa recommandation du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de plus de 65 ans.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.