Viktoria Modesta danse avec une prothèse pic à glace

En dansant sur sa prothèse pic à glace dans des mises en scènes futuristes, Viktoria Modesta, performeuse britannique amputée d'une jambe, a lancé lundi soir son "show bionique" au cabaret parisien Crazy Horse, temple du nu chic.

4 juin 2019 • Par

Thèmes :

Des prothèses oeuvres d'art

Le tableau "Prototype" inspiré de son clip éponyme où elle brise la glace avec sa prothèse visionné plus de 12 millions de fois sur YouTube est le temps  fort de ce spectacle qui sera à l'affiche du Crazy jusqu'au 16 juin.
Entourée de danseuses du Crazy très légèrement vêtues, Viktoria Modesta, tantôt en body, tantôt en mini-robe, arbore pour chaque tableau une nouvelle prothèse: noire, couverte de cristaux ou blanche à rayures noires en pointe effilée: chaque prothèse est conçue comme une oeuvre d'art pour "raconter toute une histoire".

Une première réussie

Dans un décor futuriste gris et noir ou un jeu de miroirs, l'artiste se démarque par son regard suggestif et son allure triomphante. Pamela Anderson, qui s'était produite comme "guest star" au Crazy Horse en 2008, la créatrice de lingerie Chantal Thomass qui avait habillé les danseuses du Crazy étaient présentes à la première ainsi que l'acteur franco-espagnol José Garcia et les créateurs de mode français Alexis Mabille et Jean-Claude  Jitrois. L'ex-président François Hollande et sa compagne, l'actrice Julie Gayet, avaient assisté en avant-première dimanche.

Une artiste accomplie

Dans une interview à l'AFP avant la première, l'artiste de 31 ans a souligné que cette expérience au Crazy Horse lui permettait pour la première fois d'explorer la sexualité et trouver "un bel équilibre entre la force et la  vulnérabilité". Née avec une malformation en Lettonie, alors république soviétique, avant d'émigrer en Grande-Bretagne, Viktoria Modesta a fait le choix à 20 ans de l'amputation d'une jambe dans un geste libérateur, pour reprendre le contrôle de son corps."Le corps est la seule chose qui nous appartient, je voulais me le  réapproprier, c'était une question de survie", a expliqué la jeune femme qui dit s'être inspirée des performances avant-gardistes du créateur de mode britannique Alexander McQueen et de l'artiste américain Matthew Barney.

Pour Crazy Horse qui a déjà accueilli par le passé des artistes au profils atypiques comme Dita Von Teese ou Conchita Wurst, la collaboration avec Viktoria Modesta permet de mettre en scène "une autre vision de la femme, de la sensualité et de la beauté au XXI siècle".

Illustration article
Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.