Agefiph en 2014 : des travailleurs handicapés mieux formés !

Résumé : En 2014, l'Agefiph* se focalise sur deux priorités : la formation professionnelle des personnes handicapées et le maintien dans l'emploi. L'alternance est au cœur de ce dispositif. Le point sur les grandes tendances avec Odile Menneteau.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Quelle sera l'identité de l'année 2014 pour l'Agefiph ?
Odile Menneteau : Notre ambition est portée par deux axes stratégiques prioritaires : la formation professionnelle des personnes handicapées et le maintien dans l'emploi.

H.fr : Tout d'abord, côté formation ?
OM : Le troisième volet du Plan Alternance sera lancé au printemps 2014 avec une montée en puissance des dispositifs et de l'information auprès des entreprises et des personnes handicapées. L'objectif annoncé cette année est d'accroître de 25 % le nombre d'alternants.

H.fr : Et en matière de maintien dans l'emploi ?
OM : L'Agefiph continuera à proposer des solutions très concrètes dans le cadre des missions où peuvent intervenir des opérateurs comme les Sameth (Services d'appui au maintien dans l'emploi) : aménagement de postes de travail, ergonomie, formations, aménagement du temps de travail des seniors en fin de carrière.

H.fr : Prévoyez-vous de nouveaux dispositifs en 2014 ?
OM : Au premier trimestre 2014, l'Agefiph lance une campagne de communication en direction des personnes handicapées et des entreprises pour favoriser le choix de l'alternance. La thématique « Handicap et emploi, c'est normal et c'est possible » se déclinera sur de nombreux supports.

H.fr : Pour quelle raison vouloir faire de l'alternance une priorité ?
OM : C'est un choix résolument adapté et efficace pour l'accès à l'emploi. Ce sont les seules formations qui permettent d'acquérir une qualification professionnelle et parallèlement d'accéder à l'entreprise. C'est particulièrement important pour des personnes qui, dans la conjoncture économique actuelle, sont plus vulnérables sur le marché du travail. Cette priorité est aussi illustrée par les premiers résultats de l'année 2013 avec une progression de 16 % des contrats de professionnalisation et de 24 % des contrats d'apprentissage.

H.fr : Quel bilan dressez-vous depuis votre entrée en fonction sur les actions de l'Agefiph et plus globalement sur l'emploi des travailleurs handicapés ?
OM : Dans un contexte de chômage élevé et d'activité économique en repli, les actions en faveur du recrutement ne trouvent pas toujours d'écho auprès d'entreprises en manque de visibilité sur leur avenir immédiat. Ma nomination à la présidence de l'Agefiph et les premières réflexions avec l'ensemble du Conseil d'administration ont été orientées sur notre capacité à transformer cette période difficile en une véritable source d'opportunités. Il existe de nombreux indicateurs tendanciels qui permettent de mesurer l'évolution des représentations, la progression des résultats et les voies d'amélioration de l'emploi des travailleurs handicapés. Le nombre d'établissements contribuant à l'Agefiph en est un. Les baisses des contributions, régulières ces dernières années attestent de la mobilisation des entreprises autour de ces problématiques et malgré la conjoncture économique, le taux d'emploi des personnes handicapées augmente régulièrement de 0,1 à 0,2 %.

D'autres éléments de satisfaction viennent de la prise en compte croissante des personnes handicapées dans les politiques publiques, notamment dans les formations des demandeurs d'emploi, les emplois d'avenir et les contrats de génération, qui constituent autant de leviers de qualification et d'accès à l'emploi. Car il faut le rappeler, la mission de l'Agefiph est bien de mobiliser les mesures de droit commun, puis de faciliter leur accès en amplifiant le cas échéant son implication.

H.fr : Peut-on imaginer qu'un rapprochement ou une fusion avec le Fiphfp rendrait vos actions communes plus performantes ?
OM : Lors de la création du FIPHFP (pour la fonction publique), en 2005, le législateur avait résolument écarté cette idée. Cependant, depuis, les deux organismes ont souhaité travailler ensemble de façon à offrir aux demandeurs d'emploi handicapés une réponse unique, quel que soit le financeur. L'Agefiph met à disposition du FIPHFP son offre de service dans les six plus grands domaines de son intervention. Les singularités de chacune des organisations ne sont aucunement un frein à l'efficacité des dispositifs que nous conduisons ensemble. Au contraire, elles permettent de couvrir un plus large spectre d'actions vis-à-vis de nos bénéficiaires, dont les intérêts demeurent au cœur de nos préoccupations.

H.fr : Lorsque le chômage augmente pour tous, comment convaincre les employeurs d'embaucher des travailleurs qu'ils considèrent souvent comme plus vulnérables et moins performants ?
OM : Le taux de chômage des personnes handicapées est toujours deux fois plus important que celui des personnes valides, c'est une réalité. Leur faible niveau de formation rend leur accès à l'emploi encore plus difficile. C'est le sens de la  priorité donnée à la formation professionnelle. Mais il faut aussi poursuivre les efforts d'information des entreprises, notamment des PME, et de celles qui entrent dans l'obligation d'emploi, et les accompagner en leur apportant des solutions crédibles. Avancer sur le sujet, c'est enfin mobiliser à la fois les entreprises et les managers autour de stéréotypes positifs.

H.fr : Contraintes d'accessibilité, quota à respecter, est-ce que les employeurs se manifestent de plus en plus en vous faisant part de leur mécontentement ?
OM : Certains handicaps ou aménagements peuvent être déstabilisants, mais l'accroissement du nombre de salariés handicapés est une réalité perçue comme une évolution positive, par les employeurs et les salariés. L'accompagnement, la formation, la sensibilisation sont les clés, notamment pour les managers.

H.fr : Vous avez accepté de soutenir le salon virtuel handi2day mis en place par Handicap.fr. Pensez-vous que les nouvelles technologies et le numérique peuvent constituer une opportunité réelle pour l'emploi des travailleurs handicapés ?
OM : La politique d'accessibilité des supports et outils présente de nombreux avantages pour les personnes handicapées dans leur recherche d'emploi. L'accessibilité est de plus en plus un élément de la stratégie internet des entreprises. L'innovation est très présente dans le schéma des opportunités professionnelles que les nouvelles technologies pourront offrir aux demandeurs d'emploi handicapés. Et c'est aussi la mission de l'Agefiph que d'être attentif et d'anticiper les vecteurs de formation aux métiers de demain.

*Agefiph : Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 13-03-2014 par DUBAR :
Je suis reconnu TH par la COTOREP NORD à LILLE et toujours pas reclassé professionnellement et CAP EMPLOI DOUAI divulgue que mon état de santé fait échouer mes candidatures, alors que la médecine du travail me déclare : APTE....j'en ai marre du chômage, de subir les erreurs des autres !!!!

Le 13-03-2014 par marie lio :
Actuellement en poste dans une administration, après avoir obtenu un concours,je suis donc considérée comme stagiaire à l'issue de cette période sera décidée ma titularisation. Or, depuis quelques mois, ma pathologie rend mon assiduité réduite et du coup, mon employeur préconise une réduction de mon temps de travail. Dans l'hypothèse ou j'accepte un 80%, puis-je bénéficier d'une compensation financière de 20% afin que mon salaire soit maintenu? Quelles démarches dois-je suivre?
Je vous remercie par avance pour vos réponses.

Le 13-03-2014 par bettybop37 :
cela ne passe pas comme ça dans la réalité...............

Le 13-03-2014 par doudou39 :
quid de la formation des handicapes de plus de 50 ans, car il parait que nous coutons trop chers

Le 14-03-2014 par W.Salens :
Bonjour Marie Lio: j'ignore de quelle administration il s'agit. Si l'employeur propose une réduction du temps de travail, c'est lui aussi qui peut et doit vous renseigner sur votre salaire. Y-a-t-il un service du Personnel, une assistante sociale: dans ce cas c'est leur devoir de vous informer. Qu'n est-il du syndicat FO, si populaire dans l'emploi public. Frappez à toutes les portes car souvent et au-delà des associations, l'action personnelle est absolument nécessaire.

Le 14-03-2014 par W.Salens :
La nouvelle Présidente est lucide et indique clairement que le faible niveau de formation rend l'accès à l'emploi encore plus difficile. Se reconvertir ou se former peut être un chemin long et difficile. Les demandeurs d'emploi valides avec un faible niveau de formation se trouvent dans la même situation. Ne comptez pas trop sur autrui, le monde moderne est ainsi fait. Bon courage.

Le 16-03-2014 par filou6141 :
pourquoi agefiph impose 6000€ pour création d entreprise alors que 1500€ suffise en ayant que seul condition le maintien de l A.S.S pendant 6 mois le temps de développer le début le l activité ?????????????

Le 17-03-2014 par dentan :
j ai entendu dire qu une personne handicapée pouvait intégrer la fonction publique sans concours... est-ce vrai?

Le 26-03-2014 par momo :
madame monsieur j'ai rentre dans la société curma (GDFSUEZ) le 10/02/Grace a l'aide de l'aGePHIP ala suite d un accident de travail+maladie prof j'ai quitte la société le 31/08/2011 mise a la retraite de miséré j'ai engage une procedure pour faute inexcusable de l'employeur et je me retrouve seul pour l'instant avec une retraite de 700e merci de me contacte au 0660539650

Le 27-03-2014 par choupi :
Il serait intéressant que
Mme Odile Menneteau soit tenue informée des vrais problèmes rencontrés par les TH. Je tiens à sa disposition une copie adressée à l'une de ses délégations régionales

Le 28-03-2014 par simba :
Pole emploi, Cap emploi m'ont proposé plusieurs emplois aidés /CUI CAE etc...leur travail consistant uniquement à faire du chiffre mais aucun suivi..... les "fameux référents" qui doivent suivre les personnes en emploi aidé et s'assurer de lhonnêteté des employeurs et surtout du respect de l'obligation de formation n'existent pas. (Oui nous savons m'ont ils dit, certains ne jouent pas le jeu!!)
conclusion des employeurs publics ou privé se gavent avec l'argent de l'état, exploitent les gens en difficultés et personne ne réagit, car ce sont des chômeurs en moins pour les statistiques....
Sinon, votre site est très beau ! mais comme le dit Choupi les vrais problèmes des TH qui est ce que cela intéresse !

Le 29-03-2014 par NSILULU Masmho :
Je suis reconnu comme travailleur handicapé depuis le 01/03/2013,je travaillais dans le bâtiment comme électricien et je postule de demande comme agent d'entretien ou maintenance en électricité j'arrive toujours pas à trouver du travail malgré les cv que j'envoies par ci par là Que faire surtout que j'ai dépassé la cinquantaine?

Le 24-04-2014 par rose :
la mdph est nul ne remplie sont rôle aujourd'hui il ya trop de personne qui attende pour un crp ou un esat mal rémunéré donc pas de complément de ressource c'est toujours les personnes bien portant qui décide pour ceux qui sont malades

Le 03-10-2014 par S_Petro :
Ah! L'Agefiph ... Cette grosse machine obsolète. Les têtes changent mais rien ne change. C'est comme son site internet, il a été rajeunit, mais le moteur est resté le même. Bon il ya bien longtemps que je nespère plus rien de l Agefiph, même si je continu à recevoir des offres d'emplois qui n'ont rien à voir!

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr