Autisme : attention à l'aripiprazole, risque de suicide ?

Résumé : Faut-il prescrire certains neuroleptiques aux enfants autistes? L'agence du médicament lance une mise en garde contre l'aripiprazole qui n'est pas autorisé dans ce type de troubles et peut entraîner des pensées suicidaires.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

En France, l'agence du médicament ANSM a lancé le 5 avril 2016 une mise en garde contre la prescription à des enfants autistes d'un neuroleptique, l'aripiprazole (Abilify et génériques), qui n'est pas autorisé dans ce type de troubles et peut entraîner des idées suicidaires. Dans un communiqué diffusé sur son site, l'ANSM précise qu'à sa demande, les laboratoires qui commercialisent le médicament ont envoyé une lettre aux professionnels de santé courant mars pour leur rappeler les « indications approuvées en France et en Europe » - qui n'incluent pas l'autisme - ainsi que « les précautions d'emploi liées au suicide ».

Une 1re alerte en février 2016

En février 2016, l'association Vaincre l'autisme avait demandé au ministère de la Santé d'ouvrir une enquête sur la prescription grandissante d'Abilify à des enfants autistes (article en lien ci-dessous). Commercialisé en France depuis 2004 par le laboratoire Otsuka Pharmaceutical Europe, l'Abilify est un neuroleptique indiqué dans le traitement des schizophrénies et des troubles bipolaires. Chez les adolescents de plus de 13 ans souffrant de troubles bipolaires, la durée de traitement ne doit pas dépasser 12 semaines, selon la notice du laboratoire.

7 cas de suicides

Dans un point d'information, l'ANSM reconnaît que l'aripiprazole est utilisé dans l'autisme, alors même que la sécurité et l'efficacité de la molécule « n'ont pas été établies dans les troubles autistiques ». Elle précise qu'un suivi national a été mis en place et que les laboratoires qui commercialisent les médicaments à base d'aripiprazole ont été interrogés « sur les mesures qu'ils pourraient prendre » pour réduire les risques liés à une utilisation pour des pathologies non autorisées.
Concernant le risque de suicide, mis en avant par « Vaincre l'autisme », l'agence indique qu'au niveau international, 7 cas de suicides et 137 cas de comportements/idées suicidaires ou de tentatives de suicide ont été rapportés chez des enfants et des adolescents âgés de 3 à 17 ans.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 10-07-2016 par elmostafa bouchareb :
merci pour l information.
Est ce que ça s applique aux aspetgers

Le 21-07-2016 par Cleb :
Mon ex compagnon qui etait bipolaire s est suicidé en ayant ce neuroleptique et etait devenu parano ..alors qu il etait pas du tout suicidaire

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches