Vie autonome : les handi se fâchent à Bruxelles !

Résumé : Une centaine de personnes handicapées issues d'une vingtaine de pays européens, accompagnées de leur assistant personnel, ont manifesté mercredi 30 septembre 2015, à Bruxelles, pour réclamer le droit à mener une existence hors des institutions.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« Ce que nous voulons ? La liberté. Ce dont nous avons besoin ? De l'assistance », a scandé sous les fenêtres de la Commission et du Parlement européens la centaine de personnes handicapées qui avaient répondu à l'appel du Réseau européen pour la vie autonome (Enil). Baptisée « Marche des libertés », la manifestation a lieu tous les deux ans, mais c'est la première fois qu'elle se déroulait dans la capitale européenne, à Bruxelles. « Je suis une femme, une maman de deux enfants et j'ai le droit de vivre comme n'importe qui », a déclaré à l'AFP Corinne Lassoie, une Belge de 52 ans qui défilait en fauteuil électrique, sous le soleil. Très dépendante depuis un accouchement catastrophique survenu alors qu'elle avait 24 ans, pratiquement aveugle, Mme Lassoie réclame un « changement de mentalité » et des moyens financiers pour que « les personnes en situation de handicap vivent au sein d'une société plus inclusive et non dans des institutions qui les isolent ».

« Personne ne doit vivre dans une institution »

« Les personnes handicapées doivent être des citoyens à part entière et pouvoir vivre selon leurs propres aspirations », abonde Mathilde Fuchs, venue de Rennes, dans l'ouest de la France. Cette jeune femme de 32 ans, qui se déplace également en fauteuil roulant, a « étudié l'électronique », mais « personne ne (l')a engagée », regrette-elle. « C'est un combat permanent pour essayer de vivre normalement, les choses banales demandent beaucoup d'énergie », confie Sidney Bozec, un Bordelais de 28 ans, qui bénéficie d'un soutien financier de l'Etat français pour que six assistants puissent se relayer afin d'assurer une présence 24 heures sur 24 à ses côtés. Mais il se dit « inquiet » que ces aides diminuent. « Personne ne doit vivre dans une institution. Les personnes handicapées doivent pouvoir vivre en famille mais, pour cela, il faut des moyens », résume la présidente du réseau Enil, Jamie Bolling, en se réjouissant de la présence de manifestants venus notamment de Biélorussie, de Bulgarie, d'Allemagne, de France ou encore d'Espagne.

© ENIL

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 01-10-2015 par INCLUSION :
Pour une société inclusive où le projet de vie des personnes avec handicap soit respecté. Pour l'ouverture des écoles pour tous et non des faux semblants. Non à l'intégration et oui pour l'inclusion tant dans la société qu'au sein d'une école ordinaire.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr