Canada : une partie fine pour amateurs handicapés

Résumé : Première mondiale le 14 août 2015 au Canada : une partie fine pour une centaine de personnes handicapées qui revendiquent leur droit au plaisir. Des spectacles burlesques, un atelier de flirt et du matériel adapté pour les positions du Kamasutra

Par , le 

Réagissez à cet article !

A l'heure où le débat sur la vie affective et sexuelle est plus que jamais d'actualité en France, les Canadiens ont décidé de ne plus faire dans la dentelle. Et pourquoi pas dans le cuir… « Deliciously Disabled », voici le nom d'une « sex party » dédiée aux personnes handicapées que certains medias n'hésitent pas à qualifier d'orgiaque (allusion au terme anglais « orgy » qui signifie en réalité « partie fine »).

Un jeune homme en tenue d'Adam

On traduit : « Délicieusement handicapé ». Cette rencontre coquine aura lieu à Toronto (Canada) le 14 août 2015. L'affiche, un tantinet « trash », est déjà placardée, sans équivoque ; on y voit un jeune homme tout sourire, en tenue d'Adam sur son fauteuil roulant. On doit cette singulière initiative à Stella Palikarova, avocate, elle-même atteinte d'amyotrophie spinale qui, à travers cette démarche, souhaite lever les tabous qui entourent la sexualité des personnes handicapées. Et d'affirmer haut et fort qu'elles ont aussi « besoin et envie de faire l'amour et de réaliser leurs fantasmes ».

Du matériel adapté pour les positions du Kamasutra

Évidemment, le concept n'a pas été accueilli avec une totale unanimité, entre farce de mauvais goût et idée malsaine. Pas davantage d'enthousiasme de la part des lieux publics et hôtels qui ne se sont guère précipités pour ouvrir leurs portes à un tel évènement ; c'est finalement Oasis Aqualounge, un club de sexe de Toronto, qui a accepté de le parrainer. L'esprit de cette soirée ? Des spectacles burlesques, un atelier de flirt... Les organisateurs précisent néanmoins que les relations sexuelles seront « facultatives ». Ils attendent plus d'une centaine de participants, y compris des personnes valides, et font appel aux bénévoles pour encadrer ce rendez-vous libertin. Tout a été pensé pour le « confort » des personnes handicapées, et notamment un système de suspension permettant de s'adonner à différentes positions du Kamasutra.

Un sujet dont on commence à parler en France

Envisageable en France ? La première formation d'accompagnants sexuels organisée en mars 2015 par l'APPAS (lien ci-dessous) a défrayé la chronique, alimentant un débat parfois houleux. L'association récidive d'ailleurs avec une deuxième formation en Alsace du 25 au 28 juin 2015. Au même moment, le film Indésirables porte sexe et handicap à l'écran tandis que le festival Cinéma et handicap décerne son Grand Prix 2015 au court-métrage De bonnes sensations, qui effleure, tout en nuances, la naissance du désir chez un jeune sportif paraplégique (articles en lien ci-dessous). En juin 2015, l'université Louis Lumière de Lyon organise un colloque sur ce thème ; au même moment, deux foyers du Var lancent le magazine J'existe et je veux, réalisé pour et par des personnes déficientes intellectuelles qui aborde toutes les questions qu'elles n'osaient pas se poser sur leur vie intime. Les langues se délient, plus question d'occulter un sujet depuis trop longtemps tabou, même si l'audace canadienne n'est pas encore d'actualité dans notre pays.

© Facebook de Deliciously Disabled

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr