Laurent Savard : l'autisme fait son show

Résumé : A défaut d'en rire, il ose en faire rire. Laurent Savard* est un " comique " qui s'attaque à un sujet sensible : le handicap d'un enfant. Mais cet enfant, c'est le sien, Gabin, autiste et hyperactif. Entre humour noir et rose tendresse

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

* Salué par la critique, ce spectacle marque le retour sur scène de celui qui a débuté dans le one-man-show au milieu des années 90. Coup de cœur du Point-Virgule, Stéphane Guillon le programme également au festival d'humour de Neuilly. La première pièce de Laurent Savard, « Y a-t-il un facho dans le frigo ? » fut donnée au Splendid.

Handicap
: Pourquoi avez-vous appelé votre spectacle, « Le bal des pompiers » ?
Laurent Savard
: Parce que Gabin est né un 13 juillet, et que, depuis, c'est un feu d'artifice permanent !

H
: Tout ce que vous exprimez dans vos sketches, c'est du vécu ou vous forcez un peu le trait ?
LS
: Disons que je pars d'une base réelle mais, pour faire rire, je dois évidemment prendre un peu de distance. Pourtant la plupart des propos ont été repris « dans le texte », comme ceux de la directrice d'école qui m'a dit, un jour « Quand j'ai commencé ce métier, ce n'était certainement pas pour m'occuper d'enfants handicapés ! ». Le plus drôle, c'est que certaines réparties que j'ai inventées ont été entendues mot pour mot par d'autres parents.

H
: Votre public, ce sont plutôt des spectateurs concernés par le handicap ?
LS
: C'est un public très varié, certains sont concernés, d'autres pas. Même si je suis parfois sollicité par des associations de parents d'enfants autistes, j'ai écrit un one-man-show tout public, où le non averti doit aussi être embarqué. Par définition le Bal des Pompiers est ce lieu où tous se rencontrent. Je ne voulais pas que ce soit un spectacle « à message » même si, par la force des choses, il est devenu un peu militant.

H
: Certains spectateurs sont-ils heurtés par vos sketches ?
LS
: Non, je ne pense pas. Bouleversés, j'espère, oui. Certains passent du rire aux larmes. Mais ce n'est pas un spectacle choquant. Des psys sont venus me voir et m'ont dit : « Ca nous a fait du bien ! », et pourtant je ne me gène pas pour les égratigner. Mais il faut savoir que les gens ne se reconnaissent jamais, même lorsque les situations sont hyper réalistes. C'est l'avantage de l'humour !

H
: On avait reproché à Patrick Timsit ses propos sur les personnes trisomiques. Le handicap, c'est sujet sensible ?
LS
: Le cas Timsit est emblématique, il disait pouvoir se permettre sur scène des choses qu'il n'aurait pas dites à la télé. Je trouve ça paradoxal. Et j'ai beau aimer Timsit, sa réplique sur les trisomiques était tout simplement plus que border line. Sur Canal plus, récemment, les Guignols font dire à Domenech, en parlant de l'équipe de France « La bande de 22 triso ». Non seulement ce n'est pas drôle mais c'est le genre de trucs qui peut se retrouver en cour d'école. Ou alors le second degré est sacrément bien planqué.

H
: Est-ce que le fait que vous soyez le papa d'un garçon autiste légitime davantage vos propos ?
LS
: Disons que le fait d'avoir un enfant différent suscite forcément un questionnement qui nourrit l'écriture de manière plus réaliste. Mais, si vous m'écoutez bien, je ne fais jamais rire de mon Gabin mais seulement des gens qui gravitent autour de lui. Je prends donc davantage le risque de blesser la directrice d'école que les enfants autistes. Et ce n'est d'ailleurs pas mon intention. Je conçois un peu ce spectacle comme l'émission Strip tease, une interprétation réaliste de tranches de vie et de propos immondes !

H
: Qu'est ce qui vous fait le plus mal ?
LS
: Beaucoup de choses, et encore, j'ai la chance d'avoir cette arme qu'est l'humour. Le fait d'avoir un enfant différent, le fait que Gabin ne mérite sans doute pas cela. J'ai mal pour lui lorsque je vois le regard de certaines personnes mais, en même temps, je suis super fier du moindre de ses progrès, de sa joie de vivre et de sa putain de pêche ! Mais je pars du principe qu'une vie, c'est à la fois beau et difficile. Et à la fin, à priori, il y a la mort. Vous comprenez pourquoi j'ai choisi très tôt l'humour noir. Je reprends à mon compte les propos de Jean-Luc Godard, « Je suis pessimiste en idées et optimiste en actions ».

H
: Gabin a-t-il vu le spectacle, comment réagit-il ?
LS
: Non, il n'a pas pu le voir encore. Mais l'affiche est accrochée dans le cabinet de son orthophoniste. Il sait que le spectacle parle de lui, et de son papa... J'espère qu'il viendra bientôt.

H
: Vous vous engagez auprès du Collectif autisme pour sensibiliser à la prise en charge des enfants autistes en milieu scolaire ordinaire ?
LS
: Oui, ils m'ont en effet contacté après avoir vu mon spectacle. Je suis l'une de ces voix qui désire communiquer différemment sur le thème de l'autisme, et peut-être plus largement sur celui de la différence.

H
: On évoque l'écriture d'un livre sur votre expérience ?
LS
: Oui, mais encore faut-il que je m'atèle à l'écriture. Sortie prévue en 2012 si je ne suis pas trop à la bourre ! Il y a également un projet de film mais ce ne sera pas la même histoire.

H
: Où peut-on voir les prochaines représentations du Bal des pompiers ?
LS
: Après avoir joué au Splendid, à Paris, en décembre 2010, j'entame une tournée au printemps 2011, en province, en Belgique et en Suisse, avant de revenir dans une grande salle parisienne en mars 2012.

Prochaines dates

Brest (L'Astrolabe le 2 avril 2011), Fouesnant (L'Archipel le 3 avril), Biarritz (Théâtre du casino le 7 mai), Blois (Cap ciné les Lobis le 14 mai), Belgique entre le 19 et 29 mai, et à la rentrée Nice, Lausanne (3 décembre), Lyon...

Liens sketches

La directrice (40'') : http://vimeo.com/11793796
La psy (1'40'') : http://vimeo.com/11793763
Page facebook Bal des pompiers
www.facebook.com/login/setashome.php?ref=login# !/group.php?gid=253774646837

Lien interview

Marcel Hérault, président de Sésame autisme, les enfants autistes sont-ils à mauvaise école ?
http://informations.handicap.fr/art-education-scolarite-24-3853.php

Crédit photos : Fred Forêt
Propos recueillis par emmanuelle Dal'Secco, Handicap.fr

 

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 04-04-2011 par Béatrice Boneschi :
J'ai vu "le bal des pompiers" au Splendid, s'était superbe!
A voir et à revoir.
Maman de 2 enfants autistes je me suis parfaitement reconnu ds tout ce qu'il nous a raconté !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches