Les Gay games à Paris contre les préjugés dans le sport

Résumé : La 10e édition des Gay games débute le 4 août 2018 à Paris. Depuis 1982, ils promeuvent la lutte contre l'homophobie mais également toute forme de discrimination. Le handicap est au cœur de ses préoccupations. 10 000 participants sont attendus.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Avant Paris 2024, Paris 2018 pour les Mondiaux de la diversité. Grand événement sportif et culturel ouvert à toutes et tous, sans aucune sélection, sans distinction d'identité de genre ou d'orientation sexuelle, d'origine ethnique ou de situation de handicap, les Gay games s'appuient sur le sport pour construire l'inclusion, lutter contre les discriminations, promouvoir la diversité et le vivre ensemble.

Née en 82 à San Francisco

Cette manifestation sportive est née en 1982 à San Francisco avec l'objectif d'alerter sur le fait que les athlètes LGBT étaient totalement invisibles ou presque dans le sport. En 2018, organisée pour la première fois à Paris et dans une ville francophone (toutes les éditions précédentes étaient anglo-saxonnes), elle s'est ouverte à toute forme de discrimination et concerne également les personnes en situation de handicap. Elle se tient du 4 au 12 août 2018 et rassemble plus de 10 000 participants (autant que les Jeux olympiques) venus de plus de 90 pays autour de 36 sports et 14 événements culturels sur 67 sites parisiens (programme en lien ci-dessous).

Sportif et culturel

L'évènement se veut à la fois sportif et culturel, imaginant un programme varié visant à réunir et satisfaire les publics les plus hétérogènes. Quatorze rendez-vous culturels au total : chanter dans une chorale, jouer dans un orchestre ou tout simplement participer en tant que spectateur. Du 1er août au 3 août 2018, un cycle de conférences autour du sport et de la diversité avait pour objectif de réfléchir à la façon de faire reculer les préjugés. Le handicap était à l'honneur avec, pour thème, « La fin de l'exclusion pour les personnes en situation de handicap ». L'évènement est d'ailleurs soutenu par la Fédération française handisport et, notamment, le champion paralympique Ryadh Sallem. Ses conclusions comprendront 18 propositions concrètes rendues publiques le 11 août 2018 lors de la cérémonie de clôture des Gay games. Un héritage au profit de l'ensemble du mouvement sportif.

Une ministre engagée

Laura Flessel, ministre des Sport, est marraine de cette 10è édition. Depuis sa nomination, elle a mobilisé l'ensemble des acteurs du sport français contre toutes les formes de discriminations (interview en lien ci-dessous) : homophobie, racisme, sexisme ou encore stigmatisation du handicap… En mars 2018, elle lançait la campagne « EX ÆQUO, parfois l'égalité est une victoire » (article en lien ci-dessous) tandis que le premier colloque sur la prévention de l'homophobie dans le sport était organisé par le ministère des Sports à l'INSEP le 17 mai à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Le handicap en force

Les organisateurs ont misé sur le principe d'accessibilité universelle pour ouvrir cet événement au plus grand nombre : accessibilité des compétitions et des sites, liens vers des informations sur l'accessibilité à Paris… Ils promettent 100 % des sites ouverts au public accessibles aux personnes en situation de handicap, avec des équipes de bénévoles spécialement formées tandis que des adaptations (rampes, signalisations adaptées…) peuvent être apportées sur les lieux de compétition à la demande. Dans le programme, des pictogrammes permettent d'identifier les pratiques adaptées, selon le handicap (les inscriptions aux compétitions sont néanmoins déjà closes).


Un village des jeux attend les visiteurs sur l'esplanade de l'Hôtel de Ville de Paris tandis que la cérémonie d'ouverture aura lieu le 4 août en soirée au stade Jean Bouin (Paris 16).

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr