Aide à domicile : l'enquête qui veut rénover le secteur

Résumé : Un an d'enquête pour dessiner la situation de l'aide à domicile offerte aux personnes handicapées. Il reste du chemin à parcourir pour étayer un métier difficile et peu valorisé. Handéo propose 20 pistes pour impulser un nouvel élan...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Comment faire pour que professionnels et usagers puissent trouver leur bonheur chacun « chez soi » ? Depuis 2007, Handéo œuvre pour des services à la personne (SAP) compétents et adaptés, et ce quels que soient le handicap, le lieu de résidence ou les ressources de l'usager. Une telle ambition passe, avant tout, par une meilleure formation des intervenants à domicile. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, la lecture des référentiels de certifications professionnelles méconnaissent le plus souvent les spécificités liées aux handicaps, assimilent les projets de vie des personnes handicapées à celles des personnes âgées et, dans le meilleur des cas, se bornent à une description clinique des différentes déficiences. « Il faudrait qu'on nous parle un peu plus des personnes handicapées et des différents handicaps, pour qu'on ait moins peur, témoigne une AVS. On a toujours des images qui ressemblent au pire dans la tête. Il faudrait qu'on puisse travailler sur nos préjugés ».

Un an d'enquête


Face à ce constat, Handéo et Handidactique-I=MC² ont décidé d'unir leurs efforts tout au long de l'année 2012 pour co-animer un groupe de réflexion national sur la « formation des intervenants à domicile auprès de personnes en situation de handicap ». Ce groupe a rassemblé 32 organisations représentatives des acteurs du secteur de l'aide à domicile, du handicap et de la formation. Avec, comme maître mot, l'inclusion ! Ce concept « magique » est réclamé à la fois par la grande majorité des personnes handicapées qui souhaitent pouvoir habiter et vivre dans un logement ordinaire « comme tout le monde » mais aussi par les pouvoirs publics qui peuvent y entrevoir une alternative à l'institutionnalisation, et donc de substantielles économies. Il semble évident que la compétence des intervenants constitue une condition majeure pour réussir cette inclusion. Les conclusions de ce groupe de réflexion se sont appuyées sur deux questionnaires, l'un destiné aux personnes en situation de handicap, clients/usagers de services à domicile, et l'autre diffusé auprès des professionnels de l'intervention.

Personnes handicapées : envie d'un bon bol d'air !


Quel constat pour les utilisateurs de SAP (services à la personne) ? Les personnes atteintes d'un handicap moteur ont été les plus nombreuses à répondre (84%), bénéficiant en moyenne de 31h d'aide par semaine. D'une manière générale, les personnes interrogées se disent satisfaites du service reçu mais font apparaître des difficultés concernant la souplesse horaire (24%), le remplacement du personnel (24%) ou l'intervention en période de week-ends (17%). Elles sont finalement « seulement » un quart à considérer que les connaissances de leurs intervenants sur leur handicap s'avèrent insuffisantes. Même si elles se déclarent globalement satisfaites de la qualité technique des prestations, on remarque cependant la rareté des actions d'accompagnement à l'extérieur du domicile puisque 68% disent ne pas en bénéficier.

Des professionnels en demande de formation


Du côté des intervenants des services, les chiffres sont sans équivoques : ce sont des femmes à 85 %, majoritairement âgées de 30 à 49 ans (54%). Elles considèrent que les difficultés relationnelles rencontrées avec les clients sont deux fois plus nombreuses en cas de handicap psychique (27%) que moteur (13%). Quelle que soit la nature de la déficience, ces professionnels jugent en général très insuffisantes les informations reçues sur la situation de la personne dont ils ont la charge, a fortiori en cas de handicap psychique ou de polyhandicaps. « C'est très difficile quand on arrive chez quelqu'un qui n'a pas la parole ou qui a du mal à s'exprimer, regrette l'une d'elles. On ne sait pas comment faire. Et au final, on se tait. C'est dommage ! ». Un tiers d'entre eux réclament donc d'être mieux formés, par exemple grâce à l'acquisition d'un diplôme, mais aussi par une meilleure connaissance des pathologies ou maîtrise des gestes techniques. La plupart témoigne de la complexité, de la difficulté et de la pénibilité de leur métier qui va bien au-delà d'une seule aide-ménagère. Soulignant l'écart entre les responsabilités qui leur sont confiées et leur rémunération !

20 propositions d'avenir


Cette enquête croisée a donné lieu à un rapport d'une quarantaine de pages qui rassemble une vingtaine de préconisations en matière de formation des intervenants à domicile. Parmi elles : favoriser l'accès à la qualification, améliorer les connaissances des situations de handicap pour les intervenants à domicile et ne plus les calquer sur un modèle initialement destiné aux personnes âgées, simplifier la carte des diplômes, faire des choix pédagogiques adaptés... S'en suivent des axes de financement pour la réalisation de ces propositions qui, pour certaines, n'exigent qu'un peu de bon sens. Mais ces pistes demeureront lettre morte si, comme c'est encore trop souvent le cas, une part importante des candidats à l'emploi continue à postuler avec des a priori selon lesquels « Tout le monde peut faire ce boulot... Pas besoin de diplôme. C'est juste le temps de trouver un vrai travail... ». Comment rendre ce secteur plus attractif afin de faire face, à l'avenir, à un paradoxe de taille : l'immense difficulté à recruter dans un domaine où les besoins vont grandissants

Télécharger le rapport complet :
www.handeo.fr/images/communication/formation/handeo-rapport-etape-fevrier2013.pdf

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 07-03-2013 par franca :
mère de 2 enfants atteints d'autisme, adultes aujourd'hui, j'ai dû cesser mon activité professionnelle il y a 23 ans pour me consacrer entièrement à la cause de l'autisme. L'impact sur la vie familiale est immense. Merci au CESE pour les carences qu'il pointe : formation initiale des travailleurs sociaux, des professions médicales et paramédicales non réactualisée, l'accompagnement défaillant et insuffisant. Quand au personnel de terrain si nous voulons éviter un tournever trop important il serait temps de valoriser et reconnaître les efforts que font les professionnels trop peu nombreuxqui se forment en permanence pour apporter à ces personnes l'accompagnement le plus adapté. Il serait grand temps également de permettre aux mères de souffler, les emplois d'avenir doivent pouvoir apporter ce bol d'air et de repos.

Le 07-03-2013 par MORDAGNE :
D'accord pour une formation plus complète des AVS pour les handicapés.
Moncommentaire compléte par la demande de reconnaissance en crédit d'impôt l'utilisation des aides à domicile pour les handicapés et retraités handicapés, ce qui se fait pour les actifs. Une personne non imposable ne bénéficie toujours en totalité ou partiellement de la réduction 50% auquel il a droit ce qui diminue son pouvoir d'achat. Or ce sont ces personnes qui ont besoin de plus d'aides que d'autres personnes actives ou âgées.

Le 05-03-2015 par Riton :
Je confirme l'analyse selon laquelle les référentiels de certifications professionnelles méconnaissent le plus souvent les spécificités liées aux handicaps, assimilant les projets de vie des personnes handicapées à celles des personnes âgées.
Salutations.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches