Bilan MA Carlotti : en " facile à lire ", c'est tout rose !

Résumé : Marie-Arlette Carlotti rend son bilan accessible en version facile à lire et à comprendre (FALC). Des termes simples destinés aux personnes handicapées intellectuelles.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le bilan « Un an au service de la solidarité » de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, a été transcrit dans une version « Facile à lire et à comprendre » (FALC) à l'attention des personnes handicapées mentales. Pour cela, la ministre a sollicité l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) pour réaliser la transcription mise en ligne sur le site. Elle a été relue par la délégation locale de « Nous Aussi » d'Ancenis et de Dunkerque, une association présidée par des personnes elles-mêmes handicapées intellectuelles.

En vue du Comité interministériel du handicap

Cette initiative fait suite à celle du Premier ministre qui déjà en juillet 2012 avait retranscrit son discours de politique générale en FALC. En vue du Comité interministériel du handicap (CIH) qui sera se réunit le 25 septembre 2013 autour du Premier ministre, Marie-Arlette Carlotti poursuit donc les travaux préparatoires afin, entre autres, que l'accès à l'information et à la citoyenneté des personnes handicapées soit renforcé.

Une version édulcorée de la réalité ?

Des mots simples, des concepts faciles à comprendre qui tranchent avec la complexité de certains discours politiques. Alors lorsque madame Carlotti dit , « Un pays plus démocratique pour que tout le monde puisse dire ce qu'il pense », certains ne s'en privent pas et dénoncent une version très édulcorée de la réalité. A titre d'exemple, voici quelques mentions : « Toutes les lois doivent parler du handicap. Il faut plus d'argent pour le handicap. Il faut une école pour tous les enfants. Le travail est très important. Pour aider les personnes avec autisme : il faut se dépêcher »...

Quoi qu'il en soit, « Nommer quelque chose, c'est commencer à le comprendre. », disait Stephen Baxter, écrivain britannique de science-fiction. On peut donc saluer cette initiative même si, en termes d'actions, certains diront qu'il n'y a pas lieu de faire trop de plans sur la... comète !

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr