Quelle santé pour 1 milliard de personnes handicapées ?

Résumé : La 66ème Assemblée mondiale de la santé (OMS) vient d'adopter une résolution appelant à de meilleurs soins pour les personnes handicapées. Une de plus ? Elles sont un milliard dans le monde, souvent privées de santé !

Par , le 

Réagissez à cet article !

Dans le monde, plus d'un milliard de personnes sont confrontées à une situation de handicap, soit une sur sept. En termes de soins, elles ont les mêmes besoins que les autres, parfois même plus importants. Or, elles ont deux fois plus de risques de s'adresser à des prestataires n'ayant ni les compétences ni les installations requises. Elles ont trois fois plus de risques de se voir refuser une prise en charge. Elles ont quatre fois plus de risques d'être mal soignées. Pour poursuivre ce constat amer, une personne handicapée sur deux n'a pas les moyens de se soigner car elle doit faire face à des dépenses de santé exorbitantes qui plongent l'ensemble de la famille dans une immense pauvreté.

Un fauteuil-roulant pour dix !
Il existe pourtant des outils de réadaptation et des technologies d'aides fonctionnelles qui pourraient leur offrir l'autonomie à laquelle elles aspirent. On considère, par exemple, que sur les 70 millions de citoyens qui ont besoin d'un fauteuil roulant, seuls 5 à 15 % y ont accès. Dans le domaine du handicap auditif, on estime à 360 millions le nombre de personnes souffrant de déficiences modérées à profondes. Pourtant, la production de prothèses auditives ne répond qu'à 10 % des besoins au plan mondial (et seulement 3 % dans les pays en développement). Pour briser cette fatalité, l'OMS préconise certaines mesures : supprimer les obstacles physiques pour leur permettre d'accéder aux structures de santé, à l'information et aux équipements, rendre les soins financièrement abordables, former tous les agents de santé aux questions liées au handicap et investir dans des services spécifiques comme la réadaptation.

2013 : année sous le signe de la santé ?
2013 : une mobilisation semble émerger sur cette question. En France, fin mai, l'Unapei lançait une vaste campagne pour une santé accessible aux personnes handicapées mentales, avec la publication d'un livre blanc proposant de nombreuses recommandations ; c'était d'ailleurs le thème majeur de son congrès annuel qui se tenait quelques jours plus tard à Marseille. Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées, répondait à cette attente en assurant que « l'accès aux soins des personnes handicapées serait l'un des points forts du prochain comité interministériel du handicap ». Au-delà de nos promesses hexagonales, c'est le monde entier qui semble vouloir prendre cette urgence à bras-le-corps.

L'OMS insiste !
La 66ème Assemblée mondiale de la Santé (organe décisionnaire suprême de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui se réunit chaque année en mai à Genève pour arrêter sa politique) a en effet adopté, le 27 mai 2013, une résolution rappelant la Convention relative aux droits des personnes handicapées et en approuvant les recommandations du Rapport mondial 2011 sur le handicap. Elle invite les États membres à élaborer des plans d'action nationaux, à faire en sorte que tous les services de santé généraux soient accessibles aux personnes handicapées, à leur permettre d'accéder à des outils qui les aident à acquérir ou à restaurer leurs compétences ou capacités fonctionnelles et à apporter davantage de soutien aux aidants naturels. Cette résolution demande également au directeur général de l'OMS de fournir un appui aux États membres dans la mise en œuvre des recommandations du Rapport mondial sur le handicap, en vue, notamment, de l'Assemblée générale des Nations-Unies sur le handicap et le développement qui doit se tenir le 23 septembre 2013.

De vains messages ?
Vingt-sept États membres ont déjà affiché un très fort soutien à cette résolution, proposée par le gouvernement de l'Équateur. Sept organisations non gouvernementales y ont également adhéré. Mobilisation en marche ou vains espoirs ? Il faut en effet se souvenir qu'une première résolution similaire avait déjà été adoptée en 2005. 2005, année de tous les possibles où, chez nous aussi, une loi réitérait des principes que l'on pensait intangibles. Dix ans après, quel bilan ? Les lois continuent de ressasser et les citoyens d'espérer...

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr »

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr