" L'amour bègue " : le film qui rafle trois récompenses !

Résumé : C'est la révélation du 6ème Festival du court métrage Handica-Apicil. Pas moins de trois prix pour ce court métrage de 20 minutes sur les tribulations amoureuses d'un jeune homme bègue. Le public a adoré. A votre tour...

Par , le 

Réagissez à cet article !

 « L'amour bègue » remporte pas moins de trois prix lors du 6ème Festival national du court métrage Handica-Apicil qui s'est tenu à l'UGC Cité internationale de Lyon du 28 au 30 mai 2013. Grand prix, prix de la fiction et du public : carton plein ! Tim est un étudiant de 22 ans. Il est intelligent, plutôt beau garçon, mais il bégaye beaucoup. Pour lui, séduire une fille est un calvaire.

L'avis de la direction artistique

Représenter le handicap dans un film de fiction revient à relever au moins deux défis : faire de la personne handicapée un personnage réaliste et ne pas profiter de l'empathie naturelle du spectateur à des fins purement dramatiques. Donner à voir et à comprendre un handicap invisible exige une plus grande sensibilité encore puisqu'il faut mettre en image ce que la société ne perçoit pas, au premier regard, d'un individu, ce qui fait sa singularité, sa différence, et, parfois, sa souffrance. Jan Czarlewski aborde le bégaiement (que d'aucuns considèrent toujours exclu du champ du handicap) avec, non seulement, une appréciable délicatesse humaine mais également une approche de cinéaste prometteuse.

Le handicap de son héros, Tim, un jeune adulte, reste « invisible » (ou plus exactement muet) tant que celui-ci se trouve dans une atmosphère où toute communication verbale est impossible. Le silence ambiant constitue en revanche un révélateur éprouvant, dévastateur pour le personnage qui tente d'ébaucher, opiniâtre, un nouveau tête-à-tête amoureux. Avec sa description sensible des scènes de la vie quotidienne d'un étudiant en quête d'amour, « L'amour bègue » va bien au-delà de la seule question du bégaiement ou de la problématique du handicap. En effet, Jan Czarlewski métaphorise l'émotivité extrême de cet âge de la vie dans une comédie sentimentale contemporaine, universelle, d'une grande justesse. Sur décision du Président de la République, le lauréat du Grand prix a été doté d'une médaille des Ateliers d'art de la Monnaie de Paris.

France/Suisse • 2012 • 20' 05''
Réalisation : Jan Czarlewski
Production : ECAL/Ecole Cantonale d'Art de Lausanne

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr