samedi 8 octobre 2005 : 11èmes Pyramides de chaussures

Résumé : Le 8 octobre, sur les sites des Pyramides des 36 villes de France mobilisées*, le public pourra réitérer son engagement « Pour une Terre sans mines » et signer la pétition « Non aux bombes à sous-munitions ! »,

Par , le 

Communiqué de presse – 21 sept. 2005


A l'occasion des 11èmes Pyramides de chaussures du samedi 8 octobre, Handicap International invite les citoyens français à se mobiliser, pour la deuxième année consécutive, contre les bombes à sous-munitions (BASM), et à signer la pétition pour l'interdiction de ces armes qui mutilent et qui tuent en toute impunité !

Le 8 octobre, sur les sites des Pyramides des 36 villes de France mobilisées*, le public pourra réitérer son engagement « Pour une Terre sans mines » et signer la pétition « Non aux bombes à sous-munitions ! », pour exiger que ces dernières soient, comme les mines antipersonnel, interdites. Il pourra également manifester sa solidarité avec les victimes, en venant déposer des paires de chaussures. Amoncelées, inutiles, elles symbolisent la dévastation, les membres arrachés et les vies fauchées par milliers à la suite d'un accident par mines ou sous-munitions. Autour des Pyramides, des stands d'information et de nombreuses animations permettront de mieux faire connaître l'ampleur de ce drame. *Liste des villes et sites Pyramides p. 5 du dossier de presse

Les sous-munitions sont de mini-bombes regroupées par dizaines ou par centaines dans des conteneurs de type variable. Disséminées au hasard de leur largage, elles sont susceptibles d'atteindre des zones civiles. 5 à 30 % d'entre elles n'explosent pas au premier impact, se transformant de fait en véritables mines antipersonnel. Au moindre contact, elles mutilent, brûlent grièvement ou tuent. Pour les victimes de ces armes, comme pour ceux qui luttent contre elles, il n'y a aucune différence entre une mine et une sous-munition non explosée : elles sont capables des mêmes atrocités, et bafouent les règles du droit international humanitaire, qui impose aux belligérants, en toute circonstance, de faire la distinction entre civils et cibles militaires. Pourtant, alors que les mines antipersonnel sont interdites, les bombes à sous-munitions sont considérées comme légales ; leur utilisation n'est pas limitée. De nombreux pays, dont la France, continuent à produire, à utiliser et à exporter ces armes.
Plusieurs millions de sous-munitions ont été déversés lors des derniers conflits, sur l'Irak, l'Afghanistan et le Kosovo, faisant des milliers de victimes… Les sous-munitions gisant sur le sol, dans les arbres ou sur le toit des maisons, représentent une menace permanente pour les civils. Parmi les victimes des mines antipersonnel, et engins non explosés au premier impact dont les bombes à sous-munitions, 85 % sont des civils, et 23% des enfants !

105 000 signatures recueillies en 2004 contre les BASM
Signez sur : www.sousmunitions.org
Ils ont déjà signé
Juliette Binoche, Antoine de Caunes, Catherine Deneuve, Pierre Jolivet, Arielle Dombasle, Bernard Kouchner, Jane Birkin, Isabelle Carré, Jamel Debbouze, Brigitte Fossey, Chantal Thomass, Laura Flessel, Les Ogres de Barback, Thierry Lhermitte, Stéphane Diagana, Carlos, Axelle Red, Jérôme Bonaldi, Le Peuple de l'Herbe, Dominique Lapierre, Cauet, Jenifer, Mickey 3 D, Cédric Pioline, Jean-Jacques Goldman, Dominique Lavanant,…

[BB]Contacts presse : [EB]
- Sophie Couturier – Tél. : 01 43 14 87 02 / 06 60 97 09 38 scouturier@handicap-international.org
- Charlotte Coisne – Tél. : 01 43 14 82 53 ccoisne@handicap-international.org
- Kadi Traoré – Tél. : 01 43 14 87 09 ktraore@handicap-international.org

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr