De l'arrêt Perruche aux nouveaux arrêts de la Cour de cassation

Résumé : La Cour de cassation a rendu trois arrêts rétablissant dans leurs droits à l'indemnisation des parents qui avaient engagé des procédures pour faire reconnaître le préjudice de leurs enfants nés handicapés.

Par , le 

PARIS, 24 jan 2006-

Voici les principales dates à retenir dans cette affaire:

- 17 novembre 2000: La Cour de cassation se déclare favorable à l'indemnisation de Nicolas Perruche, né lourdement handicapé et qui n'avait pas fait l'objet d'une IVG thérapeutique car ce handicap n'avait pas été décélé par le corps médical. La plus haute juridiction reconnaît ainsi implicitement le préjudice d'être né handicapé.
[BC][EC]Cette décision suscite une vive polémique notamment parmi les parents d'enfants handicapés.

- 4 mars 2002: Entrée en vigueur de la loi Kouchner, également appelée loi anti-Perruche, destinée à mettre fin à la jurisprudence instaurée par la décision de la Cour de cassation du 17 novembre 2000. Entre 2000 et 2002, la haute juridiction avait d'ailleurs confirmé sa jurisprudence à plusieurs reprises.

- 6 octobre 2005: La Cour européenne des droits de l'Homme condamne dans deux arrêts la France en raison du caractère rétroactif d'une disposition de la loi Kouchner qui précisait s'appliquer aux instances déjà en cours. Un point sanctionné pour non-conformité à la Convention européenne des Droits de l'Homme.

- 24 janvier 2005: Trois arrêts rendus par la 1ère chambre civile de la Cour de cassation se rangent à la position de la Cour européenne et rétablissent les parents dans leurs droits à l'indemnisation du préjudice de leurs enfants nés handicapés. Une indemnisation dont les avait indûment privés la loi Kouchner alors qu'ils étaient en droit de l'obtenir, compte tenu de la jurisprudence Perruche.

elr/bp/dv

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr