Plainte contre une discothèque de Dinard qui a refoulé des personnes handicapées

Résumé : Quatre familles de handicapés mentaux ont porté plainte fin juillet contre une discothèque près de Dinard qui avait refoulé au début de l'été un groupe de ces handicapés et leurs éducateurs, a-t-on appris d'une association d'aide aux handicapés

Par , le 

SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine), 29 août 2006 (AFP) - Un groupe de sept handicapés mentaux, dont trois trisomiques, encadrés de leurs trois éducateurs ont été refoulés le 7 juillet à l'entrée de la discothèque Le Metrodome à La Richardais (Ille-et-Vilaine).
Après avoir simplement refusé l'entrée avec un "ce ne sera pas possible", l'un des vigiles de la boîte de nuit a argumenté en expliquant que "des personnes trisomiques peuvent faire des crises", raconte Jean Perraud, directeur du foyer de handicapés de Saint-Malo d'où venait le groupe.
L'Association départementale des amis et parents des personnes handicapées mentales (Adepei) d'Ille-et-Vilaine "va porter plainte" pour soutenir les plaintes déjà déposées par quatre familles, a expliqué à l'AFP le secrétaire générale de l'association, Claude Laurent.
"C'est assez rare que nous ayons à porter plainte. Il s'agit d'une méconnaissance du handicap mental", a-t-il ajouté.
De son côté, la sous-préfecture de Saint-Malo envisage la fermeture administrative de la boîte de nuit pour trois mois, a indiqué à l'AFP le sous-préfet Jean-Philippe Setbon.
"Ils ont été refusés au seul motif qu'ils étaient handicapés", a-t-il souligné, en précisant qu'une lettre avait été envoyée le 24 août au directeur de l'établissement pour obtenir des explications.
dec/lma/bg

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr