Vaste escroquerie aux allocations handicapé dans l'Hérault

Résumé : 29 personnes soupçonnées d'avoir bénéficié indûment d'allocations adultes handicapés, pour un préjudice total estimé à 850.000 euros, ont été interpellées dans l'Hérault et placées en garde à vue, a-t-on appris auprès du groupement de

Par , le 

MONTPELLIER, 27 fév 2007 -

[BC][EC]Une trentième personne également interpellée a été relâché car elle souffrait réellement d'un handicap.
[BC][EC]Le préjudice global de ces escroqueries, qui remontent à 2005 et pour certaines à 1976, "ne tient pas compte des avantages liés à la condition d'handicapé" (gratuité des transports, de la redevance audiovisuelle, exonération de la taxe d'habitation, etc), a précisé le colonel Eric-Pierre Molowa, commandant du groupement de gendarmerie de l'Hérault.
[BC][EC]Les interpellations ont eu lieu vers 06H30 à Montpellier, Castelnau-Le-Lez, Villeveyrac, Castries et Béziers (Hérault).

[BC][EC]Les personnes interpellées par une centaine de gendarmes, aidés de policiers et de maîtres-chiens, appartiennent "en majorité à la communauté des gens du voyage sédentarisés", selon M. Molowa. Elles devraient être présentées mercredi à un juge de Montpellier.

[BC][EC]Ces personnes, dont deux individus soupçonnés de fournir les dossiers contre une rétribution de 2.500 euros en moyenne, touchaient 80% de l'allocation adulte handicapé, soit 650 euros par mois, a expliqué le colonel de gendarmerie.
Le démantèlement de ce réseau est intervenu à l'issue de deux ans d'enquête de la brigade de recherches de Montpellier, qui a agi sur commission rogatoire d'un juge de Montpellier, délivrée en février 2005. Au départ, 182 dossiers litigieux ont été saisis et 30, intégralement constitués de faux documents, ont été retenus.
[BC][EC]Les allocations étaient versées par la Cotorep (Commission technique d'orientation et de reclassement professionnel) de l'Hérault, sur la foi de certificats médicaux faux ou falsifiés, assortis de tampons et de signatures imitées, a encore indiqué M. Molowa. Les médecins ne sont pas en cause, a-t-on ajouté de même source.
Au cours des perquisitions, les enquêteurs ont constaté que les allocataires "ne présentaient aucun symptôme des pathologies ou infirmités alléguées" - insuffisances rénales ou respiratoires, handicaps moteurs -, selon le colonel Molowa.
De faux documents destinés "à préparer d'autres escroqueries au préjudice de la Caisse d'allocations familiales (CAF)" ont également été saisis, a-t-il précisé. L'Hérault pourrait ne pas être le seul département touché.

amc/iw/pc


[BI]" Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ".[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches