Surendettement et handicap : un abime fatal !

Résumé : 800 000 foyers surendettés. Des personnes parfois fragiles qui manquent de discernement pour résister au chant des sirènes de la société de consommation. Sabine Esponda raconte dans " Surendetté ", les dérives vécues par son frère handicapé...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Récemment, un candidat à la Présidentielle proposait, lors de l'émission « Paroles de Français », une mesure pour lutter contre le surendettement des ménages et ainsi enrayer la spirale infernale des crédits revolving. Il expliquait « Nous avons le devoir à la fois de responsabiliser le banquier pour qu'il n'accorde pas les crédits alors que la personne ne pourra plus les rembourser et aussi de maîtriser la situation de la personne endettée pour intervenir au bon moment ». En attendant des mesures concrètes, d'autres ont choisi de prendre le mal à la racine. A défaut de discours, ils trempent leur plume dans l'encre pour dénoncer un cataclysme qui touche, en toute logique, les consommateurs les plus fragiles. C'est le cas de Sabine Esponda.

50 000 euros de « caprices » ?


Sabine fait le récit de cette dévorante descente aux enfers dans un livre, « Surendetté », qui vient de paraitre aux éditions Eyrolles. Elle y relate le combat de longue haleine qu'elle a mené au nom d'Antoine, son frère. Antoine est handicapé : forceps, manque d'oxygénation, des conséquences indésirables, déficience intellectuelle et retard psychomoteur... C'est aujourd'hui un homme de 46 ans. Une proie facile, perméable à toutes les influences, à toutes les tentations. Il a cumulé 50 000 euros de dette, encouragé par sa banque et des sociétés de crédit. Le bon « pigeon » ; il n'est pas le seul ! Cette spirale infernale affecte les personnes handicapées à plus d'un titre : on observe par exemple que la situation de surendettement nait en premier lieu après la perte d'un emploi qui peut être provoqué par un accident de la vie mais c'est aussi la naïveté et le manque de discernement de certains consommateurs qui peut être à l'origine de cette dérive. Dans certains cas, la cause se mêle à la conséquence : troubles dépressifs, perte d'estime de soi, tentative de suicide...

800 000 foyers dans la tourmente


Face à cette situation inextricable pour un travailleur d'ESAT, sa sœur, Sabine, décide de lui venir en aide et entreprend de lutter à ses côtés pour le sortir de ce fléau sociétal qui touche aujourd'hui 800 000 foyers français. Son engagement ne doit pas rester vain. Elle décide de faire le récit de cette bataille. Dans son ouvrage, elle dénonce la non-assistance des banques et accuse les établissements bancaires de proposer des crédits à des taux exorbitants (parfois plus de 20 %), censés permettre de rembourser les dettes alors qu'ils ne font qu'aggraver la situation. Un véritable cataclysme financier et humain qui se heurte à la mécanique pernicieuse des sociétés de crédit et au cynisme des organismes financiers.

Conseils et recours


Sabine a puisé dans ce parcours du combattant mille ressources qu'elle accepte de livrer dans son livre : des clés précieuses pour comprendre et entamer une procédure. Elle fait part de son expérience sur un site qui connait (malheureusement ?) une fréquentation exponentielle. De l'humour pour un sujet grave, une plume acerbe et souvent lapidaire. Un témoignage au scalpel pour ne pas sombrer dans cet abime fatal...

« Surendetté, en lutte contre les dérives des sociétés de crédit », témoignage de Sabine Esponda, collection « Et si c'était vous ? », éditions Eyrolles, 240 pages, 16 €.
En savoir plus : forum-entraide-surendettement.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-04-2012 par mylene :
Mon fils de 22 ans est handicapé léger mais très influencable dans la vie de tous les jours. J'ai eu tellement peur d'une derive d'un vendeur agressif que je l'ai mis sous ma curatelle. Malheureusement je ne suis pas sure que cela suffise à le proteger. Je pense que nous aurons toujours peur pour nos enfants ou parents handicapés. Bon courage a tous

Le 23-04-2012 par bisane :
Bonjour !
Je suis l'auteur de ce bouquin, et vous remercie pour cet article !

@ Mylene : oui, la curatelle protègera votre fils... puisqu'il ne peut pas souscrire de crédits sans votre accord !

Le 24-04-2012 par toine :
Je suis le frère de l'auteur,merci pour cet article

Le 15-06-2017 par mercot :
Je suis retraité et handicapé à plus de 80 % avec besoin d'une auxiliaire de vie.
Je viens de déposer un dossier de surendettement le 30 mai ,esceque mon âge 70 ans et mon grand handicap peut jouer en ma faveur?
Merci.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr