Réussir avec un handicap : JF Joandel nous met au parfum !

Résumé : JF Joandel, coup de coeur du jury des Trophées Diversités et Entreprises de l'Agefiph-Rhône, vend du rêve dans sa parfumerie. Sa tétraplégie ne l'a pas empêché de mener sa vie professionnelle. Peu importe le flacon pourvu qu'il ait l'ivresse.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Focus sur le « Trophée Coup de Cœur » ! Son lauréat : Jean-François Joandel. Sa vie bascule alors qu'il n'a que 18 ans. Un stupide accident de piscine. Un copain fait une « bombe », le percute. Coup du lapin. « Tétra complet », comme il le présente. Après un an d'hôpital, il décide de poursuivre dans la voie qu'il s'était fixée, dans « son » lycée. « A ma sortie d'hôpital, on me proposait un centre spécialisé. J'ai dit « Hors de question ! ». Je voulais retourner auprès de mes copains, à Vienne. En un été, la direction a fait le nécessaire pour aménager une salle qui pourrait m'accueillir. » A sa façon, il y a déjà vingt ans, il fut un précurseur de l'accessibilité.

« J'ai eu de la chance ! »


Le Bac puis un BTS et un DECF en poche, il s'engage dans la profession de contrôleur de gestion. Aucun obstacle ne semble devoir se mettre sur sa route. Il est employé en renfort dans un groupe de transport de matières dangereuses pour un mois ; il y restera trois ans. Mais le jeune homme a d'autre envies. Envies de créer, envies d'indépendance... Et ce n'est pas le genre à se laisser encombrer par une situation de handicap. Même si, au fil des mois, il prétend « avoir eu de la chance de ne pas rester complètement tétraplégique, en récupérant de la mobilité dans les membres supérieurs. » Il a une revanche à prendre sur la vie.

« Est-ce que je peux vous aider ? »


Fils de commerçant, il aime le contact humain. Une parfumerie est à vendre, en centre-ville de Givors, près de Lyon. Offrir de la beauté ? Beau projet ! Le magasin est sur deux étages ; au premier, il aménagera son institut. Seul souci, l'escalier ! Jean-François décide d'installer un élévateur. A ses frais car l'Agefiph propose des aides, mais trop long, trop compliqué, trop de dossiers... Désormais Passion Beauté a pignon sur rue. Jean-François emploie six salariés. Aucun n'est handicapé, mis à part une stagiaire aveugle, car, selon le « patron », « la pratique de la plupart des soins leur est difficilement accessible ». Côté clients, aucune réticence. Preuve qu'on peut vendre du rêve en étant en fauteuil-roulant ! « Lorsqu'elles entrent, c'est moi qui leur dis « Est-ce que je peux vous aider ? » ! ».

« Je bosse 6 jours sur 7 »


En parallèle, il est président de l'association des commerçants de Givors. Son parcours prouve que le handicap n'est pas un frein à l'ambition professionnelle. Et qu'elle est même plus que nécessaire... « Mieux vaut bien gagner sa vie lorsque vous êtes handicapé. Tout coûte très cher. C'en est même indécent. Le fauteuil roulant, l'aménagement de la salle de bain, la tierce personne pour l'aide quotidienne... Pour subvenir à toutes ces dépenses, je bosse six jours sur sept, et chaque dimanche matin. Et, souvent, le lundi, je remplis ma paperasse ! Le même rythme depuis onze ans. Mais je ne ferai pas cela toute ma vie car le handicap a tout de même une réelle incidence sur ma santé. Et puis, j'ai d'autres choses à vivre... »

« Ma vie façon mélodrame ? »


De là à mériter une récompense ? « J'étais un peu gêné lorsqu'on m'a dit que j'avais été sélectionné pour concourir à ce trophée. Dix jours après, j'étais lauréat. Je n'ai pourtant rien fait d'extraordinaire. Et puis, je trouvais bizarre que ce soit mon handicap qui me vaille tous ces honneurs. J'avais peur qu'on tourne ma vie façon mélodrame. Mais cela n'a pas été le cas ! » En juin dernier, il était donc sous les feux des projecteurs lors de la remise des Trophées Diversités et Entreprises, organisée par Le Progrès, en collaboration avec l'Université Lyon3. Cette quatrième édition met à l'honneur des entreprises ou associations qui œuvrent pour valoriser la différence. Jean-François a reçu son « Coup de cœur » des mains du cuisinier Grégory Cuilleron, ambassadeur de l'Agefiph et parrain de la manifestation. Et Givors est maintenant « au parfum » grâce à une photo dans le journal !

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr