Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Vieillir avec une trisomie 21 : oui, mais comment ?

Résumé : Leur espérance de vie a triplé. Mais quelle qualité de vie pour les personnes trisomiques vieillissantes ? Les parents sont inquiets pour l'après... D'autant que leur nombre risque d'exploser.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

"Peut-être qu'il va mourir avant nous. Peut-être que ce serait le plus doux pour lui". A 72 ans, Marie peine à imaginer l'avenir de son fils trisomique quand elle et son époux ne pourront plus s'en occuper. Les personnes avec une trisomie 21, au coeur d'une journée mondiale samedi 21 mars 2015 (articles en lien ci-dessous), ont vu leur espérance de vie tripler, passant de 20 ans dans les années 1930 à 65 ans aujourd'hui.

« Quand nous vieillirons, ça va coincer ! »

Fruit d'une meilleure prise en charge médicale (notamment d'opérations cardiaques souvent nécessaires à leur survie) et sociale, cette avancée est paradoxalement source d'anxiété pour leurs familles. Marie, elle, ne veut pas se "parasiter avec l'angoisse" autour du devenir de son fils qui, à 38 ans, travaille, fait du sport, mais ne peut pas conduire ni se préparer à manger. "A un moment donné, quand nous vieillirons, ça va coincer, forcément". Elle aimerait éviter de le placer dans une structure collective, trouve "réconfortante" la promesse d'une de ses filles de le prendre en charge, mais ne veut pas "lui imposer une situation trop compliquée". Au final, "je ne vois pas trop la place que la société réservera à mon fils", confie-t-elle.

La grande question des années à venir

"L'accueil des personnes trisomiques vieillissantes sera la grande question des années qui viennent", estime Christian Galtier, directeur général de la Fondation John Bost, institution protestante fondée en 1848 pour accueillir "ceux que tous repoussent". Pour lui, "les pouvoirs publics ont conscience des enjeux mais les contraintes économiques font qu'on n'a pas forcément les solutions". En l'absence de données nationales, les spécialistes du secteur livrent des estimations prudentes sur le nombre de personnes concernées. Jacqueline London, vice-présidente de l'Association française pour la recherche sur la trisomie 21 (AFRT) estime qu'il pourrait y avoir 5 à 7 000 personnes âgées sur les 70 000 personnes vivant avec cette anomalie génétique en France. Tous s'accordent cependant sur un point: ces chiffres vont exploser et nécessiteront une prise en charge adaptée à la fois aux pathologies des trisomiques mais aussi à leur histoire personnelle.

Des soignants pas assez formés

Sur le plan médical, "ils sont protégés des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers (sein, prostate...) mais ils ont un vieillissement accéléré, avec notamment des cataractes précoces, des glaucomes, une forme d'ostéoporose....", souligne Jacqueline London. Pour les formes les plus sévères de trisomie, l'avancée en âge peut engendrer des troubles du comportement, ajoute Bernard Kierzek, directeur
médical à la Fondation John Bost. "Des gens joyeux, empathiques, développent des troubles de l'humeur (tristesse, repli...) et du comportement (agitation et agressivité), qui s'ajoutent au tableau classique de la démence sénile (perte de mémoire, repères spatiaux)", explique-t-il. A chaque profil, il faudra des soignants formés. "Mais il n'y a pas de gérontologues spécialistes de la trisomie, alors qu'il y a plein de pédiatres", déplore Jacqueline London.

Pas de réponse unique

Quant au type de structure adéquate (maisons de retraite classiques, centres spécialisés dans le handicap, aide au maintien à domicile), "il n'y a pas de réponse unique", insiste Christel Prado, présidente de l'Unapei, qui fédère 550 associations de défense des personnes handicapées mentales. Pour elle, "il faut prendre en compte le vécu de la personne". Une personne trisomique qui aura toujours vécu avec sa famille "aura des difficultés à s'adapter à la collectivité", confirme Pierrette Cino, directrice du foyer Le Verger dans le Rhône, où vivent des seniors avec déficience intellectuelle. A l'inverse, des personnes habituées à une structure ne souhaitent pas aller en maison de retraite, même si leur dossier médical se complique, parce qu'elles ne veulent pas perdre leur réseau social.

Fin 2013, un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) avait préconisé "une véritable stratégie nationale" pour répondre au vieillissement des personnes handicapées qui aspirent "à vieillir dans leurs lieux de vie habituels" (article en lien ci-dessous). Un an et demi plus tard "rien n'a changé", déplore Christel Prado. Pire, dit-elle, "la loi sur l'adaptation de la société au vieillissement, en débat au Parlement, n'aborde pas la question".

Par Charlotte Plantive

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 22-03-2015 par fontaine :
il est tres difficile de trouver de la place dans une structure adaptée (mas) pour ma fille c est urgent car je suis seule et dois subir des interventions a qui s adresser?

Le 23-03-2015 par Nounou33 :
Bonjour je suis aide soignante depuis bientôt 10ans avec une amie qui elle aussi est AS nous avons un projet depuis les bancs du lycée ,ce projet est d ouvrire une maison justement pour dsgens avec un handicap qui soit mental ou physique.Nous avons prédenté notre projet a conseil général de la Dordogne qui nous a repondu que notre projet tenait la route mais qu' il fallait les moyens et les personnes!!!!Nous sommes repartis déçus mais nous lâchons rien....Nous savons très bien qu' il manque des structures adéquates ...Cordialement

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches