Maman est bipolaire : comment l'expliquer aux enfants ?

Résumé : Fille d'une mère bipolaire, Aurélie a souffert pendant de longues années. Elle vient de rédiger son premier livre pour enfants, "D'un soleil à l'autre", qui raconte avec poésie son expérience "d'enfant-béquille". Un récit positif et lumineux.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« Il m'arrivait de penser que c'était à cause de moi que mon beau soleil s'était éteint ». D'un soleil à l'autre, récit autobiographique et premier livre d'Aurélie Marchal raconte l'histoire d'une petite fille qui souffre terriblement de la maladie de sa mère. Celle-ci, en proie à la dépression chronique et à des troubles bipolaires, n'est pas en mesure de lui apporter la tendresse et l'affection dont elle a besoin. Raconté avec finesse, le récit d'Aurélie montre aux enfants de parent atteint de maladie psychique qu'il est possible de trouver les ressources nécessaires pour être en paix avec soi-même.

L'écriture, cette thérapie

Consciente des comportements absurdes de sa mère depuis ses 7 ans, Aurélie franchit le cap de l'écriture en 2016, après avoir lu une histoire pour enfants qui la met en colère. « Il s'agissait d'un lapin dont le papa était dépressif. Plein d'émotions qui le dépassaient, il ne rendait plus visite à son père, explique-t-elle. Le jour où il est finalement allé le voir, son père guérissait. Cette fin est complètement fausse ! Un enfant ne peut pas guérir son parent ; il n'a pas cette responsabilité. » Aurélie veut alors faire connaître sa propre fin. Positive mais réaliste. Elle passe à l'acte, encouragée par une amie psychologue. Le titre lui vient sans effort, comme les mots qui suivent ; l'encre coule comme une évidence. « J'avais besoin de donner un sens à mon histoire. Écrire ce livre a été thérapeutique pour moi. Il s'adresse aux enfants, à l'enfant intérieur des adolescents et des adultes ». Après l'écriture, elle confie l'illustration à Marie Flusin, dessinatrice pour enfants, à qui le projet parle tout de suite : « D'un soleil à l'autre aborde un sujet important de façon positive, profonde et poétique. C'est ce qui m'a plu, confie-t-elle. Il y a un réel potentiel dans le texte. »

D'autres soleils qui réchauffent

Tristesse, honte, culpabilité… Mettre des mots sur la souffrance s'avère souvent bénéfique pour les enfants. En grandissant, ceux-ci peuvent avoir du mal à se construire et à trouver leur identité. Aurélie en a fait l'expérience (sa mère n'a été diagnostiquée qu'en 2012) mais la fin touchante de son récit témoigne de l'équilibre qu'elle a fini par atteindre. De ces autres soleils qui la réchauffent aujourd'hui. Un conseil à donner ? « Accepter ses émotions contradictoires. Comprendre qu'on ne peut rien pour ce parent. Il est important de trouver ce qui peut réconforter : un sport, une activité, un entourage bienveillant… C'est très personnel mais, dans tous les cas, il faut se recentrer sur soi ». Ce réconfort, Aurélie l'a trouvé dans l'écriture, le voyage et l'harmonie des belles choses. Avant d'inventer son propre métier ; aider les entreprises, en collaborant avec des designers et des porteurs de solutions humaines, à se réorganiser afin d'être plus performantes.

« Et toi, que ressens-tu ? »

Pour son ouvrage, l'association Mal de mère (qu'Aurélie a fondée en soutien aux enfants de parents malades psychiquement) est élue Coup de cœur du jury du Prix Ocirp Acteurs Économiques et Handicap en juin 2016 (lire article en lien ci-dessous). « D'un soleil à l'autre est un moyen de montrer aux enfants que leur souffrance existe et qu'elle peut être reconnue », a déclaré l'auteur lors de la soirée de remise des prix. Très émue, elle a dédié son ouvrage « à sa mère et à tous les enfants qui souffrent d'avoir une maman malade ». Véritable message d'optimisme, D'un soleil à l'autre est riche en métaphores sans être alourdi d'exemples trop précis. Tout sauf sinistre, il a déjà été lu par plusieurs enfants et semble plaire. À la recherche d'un éditeur, Aurélie Marchal ne compte pas s'arrêter dans ses projets d'écriture. Elle souhaiterait publier, à l'avenir, d'autres récits pour enfants levant le voile sur la manipulation, tout en leur donnant la parole. D'ailleurs, la dernière page D'un soleil à l'autre questionne : « Et toi, que ressens-tu ? »

Pour obtenir le livre :
D'un soleil à l'autre est disponible en fichier PDF pour 8 euros. (S'adresser à aureliemarchal.paris@gmail.com )

© Marie Flusin / Aurélie Marchal

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 30-06-2016 par ange :
magnifique d 'expliquer cette expérience a des enfants et pour l'entourage je le lirais avec passion;

Le 30-06-2016 par theud :
la mère de mes enfants souffre de maladie psychiatrique, je peux résumer que ce n'est pas évident surtout si la personne refuse de se soigner

Le 03-07-2016 par BaZaarQc :
Bravo pour ce courage. J'ai travaillé longtemps avec les enfants de ces personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale. Je vais tenter de me procurer votre livre. J'espère que vous trouverez un éditeur.

Le 02-11-2016 par mimi :
bjr, je viens de lire votre page sur votre livre c'est super de faire un livre comment l'enfant peut ressentir et voirlamaladie en tantqu'enfantc'estceque j'ai vécu moi-meme enfant mais maintenant je suis moi même de l'autre côté du miroir et ma fille qui a maintenant 18 ansfait de bonnes études avec beaucoup de sport moi même en ayant fait .Je pourrais dire que ma maladie la renforcée dans sa façon de vivre elle sait ce qu'elle ne veut pas.Bien sure qu'il y a eu souffrance mais aujourd'hui on se bat. Je n'ai pas choisi ma maladie et ma fille non plus on fait avec mais je trouve que d'en parler est toujours un plus .Merci

Le 13-12-2016 par Bgyaljsc :
Je n'ai pas encore lu le livre mais je remercie l'auteure pour la démarche. Étant moi-même confrontée à des parents souffrant de troubles psychiques, je me sens moins seule et cela m'apparaît comme une petite lueur d'espoir pour tous. Merci !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr