Manif : les travailleurs sociaux inquiets pour leur métier

Résumé : "Non à la dictature du fric", scandent les manifestants venus dénoncer, le 14 février 2018, les conditions de travail dans le social et médico-social. Ils redoutent que leur travail ne soit transformé de manière radicale.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Plusieurs centaines de travailleurs sociaux ont manifesté le 14 février 2018 à Paris pour défendre leurs conditions de travail et exprimer leurs inquiétudes sur l'avenir de leur métier, à l'appel de plusieurs fédérations syndicales.

Non à la dictature du fric

Des salariés des secteurs public et privé se sont rassemblés devant le siège de l'organisation patronale Nexem, principal syndicat d'employeurs du secteur privé non lucratif (associations), avant de défiler entre le XIVe arrondissement et la mairie de Paris, à l'appel notamment de la CGT, la Fédération Autonome, la FSU, Sud, Solidaires ou encore l'Unef. "Et tout le monde se bat pour le social", scandaient les manifestants, marchant derrière des banderoles disant "non à la dictature du fric" et "la santé et l'action sociale ne sont pas une marchandise". Une pancarte transformait le sigle de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) en "attentat social à l'enfance".

Plusieurs menaces

Venus des secteurs de la protection de l'enfance, du handicap, des personnes âgées ou de l'insertion, les travailleurs sociaux avaient répondu à l'appel à faire grève et manifester pour "des causes multiples", selon Nicolas Guez (Sud Santé-Sociaux). Il citait des "menaces sur les conventions collectives", la réforme des formations engagée par le précédent gouvernement, et un "modèle économique" qui accroît la concurrence entre les structures associatives et les poussent à rechercher des financements dans le secteur privé lucratif. "Le travail social va être transformé de manière radicale", a-t-il affirmé en s'inquiétant également du projet de "pacte de croissance" que prépare Christophe Itier, Haut-commissaire à l'économie sociale et solidaire. Le "changement d'échelle" prôné par le gouvernement fait que les petites structures sont condamnées à faire "un travail au rabais, ou à disparaître", redoute-t-il. "Itier, le social c'est notre métier", pouvait-on lire sur une pancarte.

Des conditions de travail dégradées

Jérôme et Christelle, éducateurs en protection de l'enfance, étaient venus du Maine-et-Loire, inquiets des procédure d'appels à projets adoptées par de plus en plus de départements, qui mettent en concurrence les associations et avantagent les plus grosses structures. Devant le siège de Nexem, François Caspary (CGT) dénonçait une "stagnation des salaires depuis 17 ans" et "des conditions de travail dégradées", illustrés par des taux importants d'arrêts-maladie et accidents du travail. Lucie Gallerne, 19 ans, et Baptiste Profizi, 28 ans, étudiants dans les Yvelines pour devenir éducateurs spécialisés, craignent qu'une "logique de rentabilité" ne vienne contrarier leur "mission d'accompagnement" des personnes fragiles.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-02-2018 par Lilhandi :
De plus en plus dépendante, si jamais mon époux devenait malade ou pire, je préfère rester à domicile, le logement étant adapté. Ces Pour cette raison quIl faut former des aides soignants, les infirmiers ne pouvant tout assumer. Habitant Lille, il existe le portage des repas et pourquoi pas loger un étudiant ????

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr