Elysée : Macron annonce le 4e plan autisme

Résumé : Le 6 juillet 2017, Emmanuel Macron reçoit les associations à l'Elysée pour dévoiler les contours du 4e plan autisme. Une concertation décisive selon elles. Enfin l'occasion de changer la donne ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

C'est l'Elysée que le chef de l'État a choisi pour lancer la concertation autour du 4e plan autisme, le 6 juillet 2017 dans l'après-midi. Tout un symbole pour ce nouveau Gouvernement qui réitère depuis des semaines vouloir faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat. Son discours officiel sera précédé plusieurs présentations, notamment celle du rapport de la commission scientifique internationale, qui permettront de faire le point sur un sujet « brûlant ». Seront présents plusieurs ministres, Sophie Cluzel (handicap), Agnès Buzyn (santé), Jean-Michel Blanquer (éducation nationale) et Frédérique Vidal (enseignement supérieur), répondant aux vœux des associations en faveur d'une véritable dynamique interministérielle et de la fin du cloisonnement. Même si ce sujet implique également la vie sociale, le logement, le travail…

Trois plans et puis quoi ?

En matière d'autisme, trois plans se sont, jusque-là, succédé sans, de l'avis des personnes concernées, apporter de résultats probants. L'Unapei, premier mouvement associatif qui accompagne plus de 60 000 personnes autistes en France, parle même de « gâchis humain ». Malgré le 3e plan 2013-2017, doté de 205 millions d'euros, « la France continue d'avoir un retard important qu'il convient de rattraper, pour les enfants mais aussi pour les adultes avec autisme », confirmait Sophie Cluzel en juin devant le CNCPH (Conseil consultatif des personnes handicapées). L'Igas (Inspection générale des affaires sociales) et l'inspection générale de l'Éducation nationale (Igen) se joignent au constat en rendant public, en avril, un bilan qui fait état, malgré des « avancées », de nombreux « dysfonctionnements » et des lacunes concernant la prise en charge des adultes atteints de ce trouble neuro-développemental et l'accompagnement des familles (article en lien ci-dessous).

Quels chantiers ?

L'ordre du jour est donc vaste... La santé, la scolarisation, la vie sociale, le logement, le travail doivent « être adaptés », poursuit l'Unapei. Cette concertation est « décisive », estime Vaincre l'autisme. Pointant les « conséquences sociales » de l'autisme -isolement des familles, divorces, pertes d'emploi-, cette association définit comme « priorité » la diminution du nombre d'enfants sans prise en charge, « en se donnant les moyens de diagnostiquer, évaluer et traiter les 8 000 enfants autistes qui naissent chaque année ». Elle préconise notamment un dépistage systématique dès le plus jeune âge, une commission d'enquête parlementaire pour contrôler les financements ou encore le développement de la recherche et la création d'un Institut de l'autisme.

Remboursement à 100 %

L'Unapei demande, pour sa part, un meilleur diagnostique des adultes, « grands oubliés du 3e plan ». D'autres actions phare à concrétiser : la scolarisation de tous les élèves autistes, la formation des enseignants soutenus, autant que nécessaire, par les services médico-sociaux. SOS autisme, dans la foulée de l'annonce d'Edouard Philippe le 4 juillet devant l'Assemblée de rembourser les lunettes, soins dentaires et aides auditives pour tous, demande le remboursement à 100% de la prise en charge des enfants qui nécessitent l'intervention de psychomotriciens, psychologues et ergothérapeutes… « Des frais qui sont, pour le moment, à la seule charge des parents », explique Olivia Cattan, sa présidente.

En finir avec l'exil

Dans un communiqué, la fédération Sésame autisme (FFSA) souhaite à son tour que ce plan « comble le retard ». Pour sa présidente, Christine Meignen, sa « mise en œuvre doit répondre aux besoins urgents et immédiats des milliers de personnes actuellement sans solution ou exilées de force à l'étranger ». Selon l'Igas, 1 451 enfants et 5 385 adultes handicapés, dont une proportion « conséquente » avec autisme, étaient accueillis dans des établissements belges fin 2015, faute de structures adaptées en France. A la veille de décisions budgétaires majeures, Luc Gateau, président de l'Unapei, exige donc « un financement à la hauteur des enjeux, impliquant l'ensemble des décideurs, nationaux et territoriaux ». Le 4 juillet, la CNSA déclare que l'autisme reste la priorité de la programmation 2017-2021en matière de créations de places en établissements et services : sur les 8 400 prévues sur cette période, 37% (soit 3 147) seront destinées aussi bien aux adultes qu'aux enfants avec autisme.

Les réponses du Président

Ce 4e plan sera-t-il suffisamment ambitieux pour répondre à l'ampleur de la situation ? Les troubles du spectre de l'autisme (TSA) concerneraient environ 650 000 personnes en France, soit une naissance sur 100. Le Gouvernement dit vouloir mettre en œuvre une large consultation avec les personnes concernées, leurs familles, l'ensemble des professionnels, qui respecte les recommandations de bonne pratique de la Haute autorité de santé. Réponses le 6 juillet à 17h avec la prise de parole d'Emmanuel Macron. Avec son épouse, il accueillera auparavant un groupe de jeunes autistes pour une visite des salons de l'Elysée, suivi d'un goûter. Le robot Nao fera lui aussi partie des invités, un petit humanoïde de 58 cm qui pourrait devenir un compagnon précieux… sans pour autant tout remplacer !

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 05-07-2017 par Carbillet Jean :
Bonjour Vouloir régler en priorité le problème des autistes qui ont trouvé la solution belge c'est bien, ils ont quand même une solution.Mais ceux qui n'habitent pas près de la Belgique. ...... et je pense par la même occasion à toutes les mamans qui vivent seules le handicap de leur enfant. .... elles ont souvent lâché leur travail pour leur enfant et le couple a éclaté. Mais bon il est plus important de faire plaisir à la presse.

Le 05-07-2017 par ARIOTT :
POINT 1: Afin que la France comble son retard dans l'accompagnement des personnes avec autisme seule une volonté politique forte peut mettre la France et ses pratiques en conformité avec les normes internationales/
1) UNE EQUIPE PROJET NATIONALE. Nous demandons que le PLAN 4 soit adossé à une équipe -projet nationale qui en suive et contrôle le bon déroulement.

Le 05-07-2017 par ARIOTT :
AUTISME PLAN 4 (suite 1)
2) UN SOUTIEN MASSIF AUX FAMILLES: Des mesures d'urgence doivent être prises pour que les familles puissent être massivement soutenues par des services d'aide ( en s'appuyant sur les réussites existantes), des services de répit et une guidance éducative à domicile par des personnels formés. Les personnels doivent pouvoir faire financer les interventions en libéral. Le modèle des PCPE est à refondre et adapter à l'autisme.

Le 05-07-2017 par ARIOTT :
PLAN 4 (suite 2) UNE RÉPONSE DIVERSIFIÉE AUX BESOINS DES ADULTES: L'autisme ne s'arrête pas à l'âge adulte et les adultes sont les grands oubliés de tous les planS. Nous demandons :- un diagnostic pour tous- des services prenant en compte la diversité su spectre de l'autisme pour une existence digne à tous les âges de la vie; - une vie sociale en milieu ordinaire avec un programme de logement accompagné; - des programmes de travail accompagné.

Le 05-07-2017 par ARIOTT :
PLAN 4 ( suite 3) SCOLARISATION : Nous demandons une implication forte de l'éducation nationale : des enfants, adolescents et jeunes adultes autistes scolarisé doivent pouvoir bénéficier de soutien éducatif au sein de l'école et d'intervenants scolaires pérennes et bien formés. LA REFONTE TOTALE DE TOUTES LES FORMATIONS: Nous demandons que les formations universitaires ( médecine, psychologie), paramédicales et du travail social sur l'autisme soient actualisées et totalement refondues pour que les professionnels puissent répondre aux besoins des personnes autistes. Les personnes autistes doivent pouvoir accéder à des soins somatiques adaptés.

Le 05-07-2017 par ARIOTT :
PLAN 4 ( suite 4)UN CONTRÔLE DE L'ARGENT PUBLIC: Le financement des établissements et services doit être à la hauteur des besoins et relever de la solidarité nationale. - Nous demandons: - un contrôle de la qualité des établissement et services médico-sociaux et sanitaires, avec une certification AUTISME contrôlée par les autorités de tarification et les usagers; -Une refonte de la procédure des appels à projets; - Une réorrientation et un fléchage de l'argent public du sanitaire vers le soutien et l'accompagnement. RECHERCHE SCIENTIFIQUE : Nous demandons une organisation cohérente et structurée de la recherche en autisme en lien avec les recherches internationales, y compris en science humaines et en pédagogie adaptée. Il est urgent de mettre en place une véritable étude épidémiologique sur l'autisme en FRANCE.

Le 05-07-2017 par Artois Autisme 62 :
Artois Autisme 62 propose un service de prise en charge des personnes autistes et d'accompagnement des Familles
Nous avons écrit à Madame Brigitte Macron première Dame de France le 1er juillet

Le 05-07-2017 par Artois Autisme 62 :
Merci de nous entendre et de nous permettre d'exister

Le 06-07-2017 par BRETT :
AUTISME PLAN 4: Il existe une liste avec 48 recommandations établit par l'IGAS, ci-dessous,les grandes lignes: 1) Prendre la mesure de lurgence en matière de prise en charge des adultes avec autisme, du repérage à une offre d'intervention adaptée tout au long de la vie. 2)Renforcer la structuration des trois niveaux de diagnostique en assurant un accès rapide à l'ensemble des familles, et le démarrage immédiat d'une intervention adaptée. 3)Redéfinir le rôle du secteur sanitaire dans la prise en charge des personnes autistes et leurs familles. (4 Continuer l'effort de formation, en particulier en matière de formation initiale, afin d'améliorer la qualité des interventions proposées en lien avec les RBP.5) mIEUX ORGANISER LES PARCOURS SCOLAIRES POUR FAVORISER L'INCLUSION DES ENFANTS EN MILIEU ORDINAIRE EN COORDONNANT UTILEMENT PÉDAGOGIE et médico-sociales ou sanitaires. 5)Refonder la publique à l'égard des familles et leur redonner leur juste place en structurant une offre de service.

Le 06-07-2017 par Maria de C. :
2- Admettre définitivement et fermement dans les institutions d' Autisme que le modèle psychanalytique ne répond pas à la remédiation des Troubles Envahissants du Comportement. Former les futurs étudiants, les actuels psychologues et les professionnels aux méthodes cognitives/ comportementales. Actualisation urgente des modèles théoriques/fonctionnels pour l' autisme, quand un modèle fait plus de mal que de bien (psychanalytique) il faut le remplacer pour un autre plus adéquat (Modèle comportementalisme) voir la Théorie de Révolutions Scientifiques de KUHN
3- Besoin d' éclaircir objectivement la nomenclature des psy, neuropsy, psy comportementale, psychanalyste... pour éviter toute confusion possible 4- L' ECOLE PUBLIQUE doit être effectivement préparée et RECEPTIVE inconditionnellement à l' INCLUSION des enfants handicapés ( sur le champ il y a des résistances terribles de la part des directeurs et enseignants qui ne sont pas préparés et redoutent cette réalité ).

Le 06-07-2017 par Isa :
Bonjour
Et pour les handicapée mentaux
Les angelmens
Demandons une réforme pour des renouvellement indéterminé et plus tout les 5 ans
Et une vraie reconnaissance des aidants parents frères soeurs
Pour notre présence des leurs naissance.
Impossible de travailler et pas de retraite.
Merci d avancé
Mme isa

Le 06-07-2017 par MARANDI Kevin :
Je suis jeune adulte Asperger. Je fais avec mes moyens. Aujourd'hui je suis à la fac. Par ailleurs, dans la vie, j ai des difficultés au niveau de la sexualité ainsi qu au niveau de la socialisation. Il faut avoir des moyens pour l ouverture de centres pour Aspies ainsi que des aides pour les personnes souhaitant faire leurs études à l étranger. Monsieur le Président, on compte sur vous. Cordialement, MARANDI Kevin.

Le 06-07-2017 par Julie :
Nous sommes en france deux ans seulement et c'est très difficile dobtenir un diagnostic pour mon fils et ensuite le traitement. Quel sera son avenir au Collège est un grand sujet dinquiétude. Jespère que le Macron tient-il cette promesse

Le 06-07-2017 par Sophie Quimper :
Bonjour, j'ai le sentiment qu'on ne parle pas d'autisme mais d'Asperger. Je n'ai rien contre mais ça je sais faire et je me débrouille seule, même si plusieurs choses pourraient être améliorées mais plus en matière d'humanité sue de moyens techniques ou financiers.
Par contre, qu'en est-il des enfants sévèrement autistes ???? Je ne vois jamais rien pour eux.

C'est comme si les boiteux récoltaient toutes les aides des personnes qui nécessitent un fauteuil roulant pour se déplacer.

Alors, oui qu'on aide les asperger mais qu'on aide les autres aussi !!!

Le 06-07-2017 par laure74 :
nous avons un adolescent à la maison depuis un an et demi, il n'y a pas de place en IME en Savoie, en Haute Savoie, certaines IME fefusent notre fils parce qu'il est autiste ! Nous vous avons écrit Monsieur le Pésident Emmanuel Macron, nous espérons une réponse de votre part, nous attendons de l'état une solution car notre fils ne doit pas rester à la maison, il a besoin de socialisation

Le 06-07-2017 par Jess :
Comment venir en aide alors que les regions sont inégalement desservies en institut recevant les personnes autistes. Que les psychomotriciens n'ont pas de travail a plein temps alors que leur prise en charge est réellement nécessaire dans ce secteur. Et oui qu'en est-il des enfants et des adultes autistes sévères sans langage, a la sensorialite hypo et hypersensible? Que va proposer le gouvernement sans entrer dans le coeur du sujet et voir ce qui se passe vraiment? Et voir les vrais besoins!

Le 06-07-2017 par ARIOTT :
PLAN AUTISME 4 :Les trois dysfonctionnements majeures; 1)On ne sait ni où sont les personnes avec autisme, ni qui elles sont. Tour simplement parce qu'il n'existe pas en France d'études épidémiologique. 2)En France c'est l'incapacité à refondre toutes les formations des professionnels: psychologues, enseignants : médecins, psychiatres, éducateurs du champ médico-social. Certe les universités sont indépendantes, elles déterminent leurs cursus, Mis elles délivrent un diplôme d'ETAT? alors l'état doit faire valoir sa spécificité régalienne donc faire respecter les recommandations de l'état et enfin en point 3) c'est l'absence de contrôle qualité derrière des subventions publiques auprès des établissents de TYPE ime etc qui a reçu de l'argent publique et qui ne mène pas les recommandation de la HAS concernant l'autisme.

Le 06-07-2017 par papinous :
qui forme les médecins scolaires ?
que doivent-faire les communes ?

Le 06-07-2017 par Dominique :
Nous avons un fils de vingt ans autiste. Il a été scolarisé grâce à la loi de 2005..Après avoir réussi son CAP, depuis un an, il ne trouve pas d'emploi sous pretexte qu'il n'existe pas de poste de tuteur pour l'accompager les premiers temps...c'est bien beau de les scolariser mais après il n'y a plus rien !!Il reste encore un long chemin pour intégrer ces jeunes autistes dans le milieu du travail !!!!

Le 06-07-2017 par Leila :
Mère d'un jeune adulte asperger. Que fait-on avec une déclaration d'Handicap a 79%?
Incapable de travailler malgré un certain potentiel, sans aucune prise en charge psychologique ni matérielle comment assurer sa subsistance après moi? Aucune structure adéquate pour cet handicap invisible méconnu et indifférent à la santé publique et qui s'en moque pour oser "coter" un autiste à la limite de l'allocation handicap...
Les enfants certes.... mais les jeunes adultes en déshérence ? Et leurs parents qui sont, meme majeurs, leurs seuls soutien... quand ils en ont d'ailleurs.
Désespoir et colère m'inspirent ces quelques mots mais aussi reconnaissance au Président et à son épouse de prendre en compte ce combat quotidien qui peut rester vain sans la recherche scientifique dans ce domaine.

Le 07-07-2017 par MAMISA :
Maman solo de 2 enfants autistes Asperger : 12 ans diagnostiqué récemment (dossier MDPH en cours)et 20 ayant reçu un pré-diagnostic (dossier MDPH avec une reconnaissance à 79%...) en attente d'un rendez-vous au CRA de Lille depuis déjà plus d'un an et qui pourrait être prévu en avril 2018 !!! Le suivi par une psychologue en ville, représente un budget et des difficultés financières (et oui, un salaire au SMIC a certaines limites...)Ceci pour dire que j'attends beaucoup du nouveau plan AUTISME et de l'investissement du Président et de son épouse à comprendre les difficultés des familles.

Le 07-07-2017 par ARIOTT :
L'autisme étant un handicap extrêmement sérieux, il convient de l'aborder de façon politico juridique au niveau de l'Union - Européenne (UE) et dans les instances internationales (ONU)mais, également d'avoir une très grande vigilance car, l'UE, c'est aussi Dr JEKYLL et M HYDE, avec la fameuse directive BOLKESTEIN, sur la libre concurence qui permet notamment aux IME Françaises avec leurs internats en Belgique d'avoir le statut commercial hôtelier et donc l'impossibilité pour la France de mettre de l'ordre dans la marchandisation du handicap des autistes Français en BELGIQUE.

Le 07-07-2017 par ARIOTT :
Le 2 décembre 2015, la Commission Européenne a publié une proposition d'Acte Législatif Européen sur l'accessibilité et pas seulement d'ordre physique ce qui implique l'autisme qui doit faire face à différents types de barrières. Le plan 4 n'est qu'un outil pour permettre de répondre aux exigences de la Convention des Nations Unis relatives aux droits des personnes handicapées (CNUDPH)ratifiée par l'UE et tous les Etats membres ( à l'exception de l'Irlande).

Le 12-07-2017 par Fulani :
Bonjour, ce plan autisme 4 est louable mais il doit être mis en application. En effet, tous les droits indispensables à compenser l'autisme de mon fils Etudiant lui ont été refusés. Pas d'adéquation entre les plans et la cruelle réalité quotidienne. Car mon fils est tributaire des médecins attestant de son quotidien, des associations sectaires (des clans),des évaluations médico-sociales partielles, des décisions arbitraires des compensations de son Handicap.Au final, je suis à le guider vers sa future vie d'adulte et à honorer tous ses frais.Je loue la bonne volonté de l'Elysée, mais ce serait judicieux que le travail démarre effectivement.Grâce aux 3 précédents plans autisme, mon fils est enfin considéré comme comme un être Humain.Un Grand pas en avant!Je desire vivement vous faire confiance apres vous avoir choisi!
Respectueuses salutations.

Le 17-07-2017 par Mahe :
Ma fille de 25 ans a des troubles autistiques non confirmés car comme elle est majeur ,il faut son accord.elle travaille en esat ,elle a des problèmes de Socialisation,de gros problèmes de dyscalculie,,très angoissée,inquiète,.elle se renferme de plus en plus .j'aimerai bien avoir plus de soutien et une reconnaissance pour elle.elle est considérée entre 50 et 79% de handicap mais aucun suivi ou diagnostic.
Aucune aide pour nous aider à la guider
Espérant que ce plan pourra être enfin utile aux adultes

Le 01-08-2017 par bobidou :
Il est une population autistes que l'on aborde pratiquement jamais c'est celle des Adultes autistes "vieillissants".
Comme toute personne qui arrive à l'âge de la retraite, il y a les maisons de retraite sauf que pour ces personnes.. il n'y en pas ou très peu.. ce qui est un réel problème et une situation qui arrivera inexorablement !
Les parents qui ont "passé" le cap de la séparation, ont bâti des projets d'établissement en affrontant le quotidien doivent à nouveau refaire le parcours du combattant. Inacceptable et tellement plus difficile que pour un enfant/adulte autiste.
Ce sujet DOIT être traité avec urgence et respect pour les personnes concernées et les familles dont le désespoir, l'inquiétude et le chagrin reviennent à nouveau à cet âge avancé.
Que les politiques entendent ce message, eux aussi vieilliront mais n'auront certainement pas cette problématique.

Le 24-08-2017 par zekkari :
Avant de parler et de faire des plans sur la commette il faut en premier cree des ethablissement avec du personnel ,la oui je parlerais vraiment de plant autisme.quand et-il vraiment??Du blabla ?ou du reelle

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr