Robots : visite au musée pour des enfants hospitalisés

Résumé : Visiter un musée en toute liberté depuis son lit d'hôpital, un fantasme? Non, c'est ce que proposent Awabot et son robot Beam dans le cadre de la Nuit des musées, le 16 mai 2015. Des enfants vont ainsi vivre l'expérience comme s'ils y étaient.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Hôpital rime très rarement avec divertissement. A fortiori lorsque le séjour s'éternise… Le 16 mai 2015, pour la 11e édition de la Nuit des musées, une parenthèse de liberté sera offerte à quelques enfants de l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon. Durant 30 minutes, ils pourront s'évader de leur lit et rejoindre les deux musées partenaires : celui d'Histoire naturelle d'Autun et celui d'Art moderne de Lyon. Voir, entendre, se faire entendre, se déplacer… Pour profiter de ce don d'ubiquité provisoire, la procédure est simple. Muni d'un ordinateur avec webcam, l'enfant se connecte à « son » Beam – le nom du robot – et utilise sa souris ou les flèches de son clavier pour le déplacer en toute liberté.

Intuitivité et immédiateté

A plusieurs kilomètres de là, la machine obéit instantanément. L'image et le son captés par la webcam de l'ordinateur sont retransmis sur un écran. A taille humaine (1m58), le robot devient alors l'avatar de son utilisateur. Pour les amateurs de série télé, l'éternel « geek » de The big bang theory, Sheldon, a utilisé un Beam à son effigie dans l'un des épisodes afin d'éviter de tomber malade… Un « moi » à roues en d'autres termes. Avec cette technologie, les enfants pourront observer les pièces du musée à leur rythme et poser des questions au personnel ou aux autres visiteurs. L'immersion est totale et l'hôpital vite oublié. « Nous collaborons avec le centre Léon Bérard de Lyon et les enfants qu'il accueille depuis un certain temps », explique Jérémie Koessler, directeur général d'Awabot. Cela fait partie de nos missions de mettre en œuvre des opérations en lien avec l'accessibilité. Dans le cas de la Nuit des musées, c'est le centre qui était demandeur, mais nous réalisons aussi d'autres évènements. »

Le robot-avatar bientôt pour le grand public ?

En effet, visiter un musée à distance n'est pas la seule possibilité que peut offrir Beam. « Par exemple, mi-mars, certains de nos robots sont intervenus dans un salon pour l'emploi de personnes handicapées moteur qui se déroulait à Paris, explique Alix Déchelette, responsable de la communication. Ils ont permis à plusieurs candidats habitant dans toute la France de s'entretenir en face-à-face avec les employeurs sans avoir à se déplacer. En plus, cela réduit les coûts liés au transport. » Dans le même ton, la machine peut être une solution afin de (re)créer du lien social. Ainsi, en juin, les jeunes malades isolés en chambre stérile du centre Bérard auront la possibilité de rencontrer virtuellement les artistes invités à l'hôpital, dont la chanteuse Tal et la troupe de hip-hop Pockemon Crew. On peut aussi imaginer d'autres applications telle que la possibilité pour une personne handicapée ou hospitalisée  de rester au contact avec ses proches, loin de chez lui ou dans la même maison. Si un Beam coûte actuellement 15 000 euros, il se murmurerait, d'après un article du Figaro, que des modèles pour particuliers seraient en cours de construction… Leur prix ? « Entre celui d'un beau smartphone et d'un beau PC », dit-on à Awabot.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Kevin Murgue, journaliste stagiaire Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr