Le smartphone, ce "doudou" toxique pour les oreilles

Résumé : Des experts de la Journée nationale de l'audition tirent la sonnette d'alarme : utilisé de façon abusive, le smartphone peut endommager le capital auditif dès le plus jeune âge. Les lanceurs d'alerte évoquent plusieurs raisons de s'inquiéter.

Par , le 

Réagissez à cet article !

La modernité technologique du XXIe siècle fait désormais rimer entrée en sixième avec acquisition d'un premier smartphone. Selon des experts de la Journée nationale de l'Audition (JNA), dont la 20e édition se tiendra le 9 mars 2017, l'âge moyen d'acquisition du 1er téléphone ne cesse de baisser, allant de 11 ans en France jusqu'à 7 ans aux États-Unis… Le phénomène inquiète aujourd'hui les experts, qui pointent du doigt une trop grande utilisation du casque.

Consommation abusive

« Le mode de consommation des smartphones questionne surtout au sein de la génération Z qui est née alors que ce matériel était déjà bien implanté au sein de la population », explique Jean-Luc Puel, président de l'association JNA. L'exposition intensive fait partie des principales raisons de considérer le smartphone comme un « doudou toxique », sachant qu'il constitue aujourd'hui un outil multifonctions -pour écouter de la musique, regarder des vidéos, téléphoner à ses amis- quotidien dès l'âge de 10 ans.

Préserver son capital auditif

L'association évoque des dégâts « insidieux mais irréversibles » pour l'audition des plus jeunes : fatigue auditive pouvant conduire à une perte d'audition précoce, acouphènes, hyperacousie… Conséquences désastreuses d'une utilisation du casque trop prolongée (puisque le casque augmente la pression du bruit sur l'oreille interne), ces dommages peuvent aller jusqu'à provoquer des effets sur le sommeil, le stress et même l'hypertension.

Face à cette « menace qui guette une grande partie de la population », le groupe d'experts du Comité scientifique de la JNA lance une campagne nationale de dépistage de l'audition pour dresser un état des lieux de la santé auditive des Français en 2017. L'occasion de tester la qualité de son ouïe auprès des audioprothésistes, des services ORL et des centres hospitaliers participants.

© zoeytoja/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr