Espoir pour les personnes spastiques, 2 traitements en test

Résumé : La spasticité touche 12 millions de personnes dans le monde. Les traitements s'avéraient jusqu'à maintenant peu satisfaisants mais une équipe de chercheurs français pourrait bien changer la donne. Bientôt des tests sur l'homme.
le 
Lire les réactions et réagissez !

Suite à un traumatisme de la moelle épinière (accident de la route, AVC) ou au cours d'une maladie neurodégénérative comme la sclérose latérale amyotrophique, la plupart des patients présentent une exagération du tonus musculaire appelée « spasticité  », qui aboutit souvent à une incapacité motrice. Douze millions de personnes en souffrent dans le monde. L'équipe « Plasticité et physio-pathologie des réseaux moteurs rythmiques » à l'Institut de neurosciences de la Timone (CNRS/Aix-Marseille Université) vient d'identifier l'un des mécanismes moléculaires responsables de ce phénomène. Elle a aussi proposé deux solutions thérapeutiques concluantes chez l'animal, dont l'une sera testée en essais cliniques de phase 2 dès 2016. Ces travaux publiés dans la revue Nature Medicine le 14 mars 2016 ouvrent donc de nouvelles perspectives pour réduire ce handicap moteur.

Des traitements jusqu'à maintenant peu satisfaisants

La spasticité se caractérise principalement par une hyperexcitation des motoneurones, neurones de la moelle épinière qui contrôlent nos contractions musculaires. Elle aboutit à des contractions simultanées et incontrôlées des muscles fléchisseurs et extenseurs, qui rendent tout mouvement locomoteur difficile, voire impossible. Or, les traitements existant aujourd'hui sont peu satisfaisants. Le traitement pharmacologique majoritaire, le baclofène, passe mal la barrière entre le sang et la moelle épinière. De ce fait, les patients doivent en prendre de fortes doses par voie orale, ce qui entraîne des effets secondaires importants (troubles sensitifs, insomnie). Les autres traitements sont contraignants (injections intramusculaires à renouveler tous les 2-3 mois), voire irréversibles (chirurgie des nerfs impliqués). Quant à la kinésithérapie, elle n'apporte qu'un soulagement transitoire.

Comprendre la spasticité

L'excitation des neurones est en partie déclenchée par les canaux sodiques exprimés sur leur membrane. Leur ouverture génère un flux de sodium qui engendre l'activation brève des motoneurones, à l'origine d'une contraction musculaire de courte durée (figure A1). En cas de spasticité, les flux de sodium durent plus longtemps, ils sont dits « persistants », ce qui entraîne une surexcitation du neurone. L'équipe de Frédéric Brocard, à l'Institut de neurosciences de la Timone, a découvert que cette hyperexcitabilité résulte d'une dérégulation des canaux sodiques dans le neurone. En effet, la fermeture rapide du canal à sodium s'effectue normalement grâce à une « boucle moléculaire » raccordée au canal, qui vient rapidement obstruer celui-ci après son ouverture (figures A2 et A3). Ce processus d'inactivation du canal sodique permet une maîtrise de l'excitabilité du motoneurone. Les chercheurs ont montré que, suite à une lésion de la moelle épinière, l'activité d'une enzyme, la calpaïne, est augmentée. Cette enzyme coupe le canal sodique, ce qui rend inopérant le processus d'inactivation (figure B1). Le pore reste alors ouvert, générant un courant sodique prolongé, de nature persistante (figures B2 et B3).

Deux pistes de traitements en test

L'équipe de chercheurs a testé deux traitements sur des rats présentant des lésions de la moelle épinière. L'une des molécules est un inhibiteur de la calpaïne. Son utilisation pendant une courte période (dix jours) rétablit le bon fonctionnement du canal sodique et réduit durablement l'ampleur de la spasticité. En effet, un mois après la fin du traitement, les effets positifs perdurent. L'autre molécule testée, le riluzole, agit comme un inhibiteur du courant sodique persistant. Elle réduit également la spasticité, même si ses effets restent temporaires dans la mesure où celle-ci réapparaît deux semaines après la fin du traitement. La molécule présente pourtant un grand intérêt puisqu'elle est déjà administrable aux patients atteints de sclérose latérale amyotrophique. Des essais cliniques de phase 2, qui débuteront en 2016 à l'hôpital de la Timone, testeront son efficacité dans le traitement de la spasticité chez des patients atteints de lésions de la moelle épinière. En parallèle, l'équipe de Frédéric Brocard continuera à décrypter le phénomène de spasticité – plus spécifiquement l'implication de la calpaïne dans la dérégulation des motoneurones – et tester d'autres inhibiteurs de cette enzyme administrables à l'homme.

Informations obtenues par le CNRS.

Illustrations : © Frédéric Brocard / Servier Medical Art. Visualisation en fluorescence d'un motoneurone de la moelle épinière.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 17-03-2016 par fagis véronique :
Je suis très intéressée par cette avancée scientifique. Je veux même me porter volontaire pour des essais cliniques, si besoin.

Le 17-03-2016 par marjy :
Tout comme Véronique Fagis je suis volontaire pr des essais clinique... Je suis atteinte d'une maladie génétique rare lysosomale et ce problème de spasticité m'enquiquine (pour rester correcte) la vie de tous les jours et même de tous les instants tant cette spasticité est douloureuse par moment!!

Le 18-03-2016 par fred :
Très intéressé par cette étude. Je souffre d'une ataxie spino-cérébelleuse de type 5 entrainant une importante spasticité. Volontaire également pour essais cliniques

Le 18-03-2016 par Bakhta :
Je suis intéressé par ses test car j'ai un enfant avec des lésion cérébral tétraplégie spastique .

Le 20-03-2016 par JPKaiZen :
AVC en 2010 avec hémiplégie gauche. Bras hyper spastique...Injections toxine inefficaces me concernant. Donc partant pour des essais clinique de ces molécules

Le 20-03-2016 par paulrosi/ribellucciu :
Volontaire egalement. Courage à tous

Le 21-03-2016 par Pascal :
Ayant une SEP, la spaticite de ma jambe m'empêche de marcher normalement. Elle est très contractée..Je serai prêt à essayer ce medicament qui est porteur d'espoir. ..

Le 03-04-2016 par Cécile :
Très intéressée par ces nouveaux traitements pour mon fils IMC de 30 ans. Sa spasticité nous pose de gros problèmes pour le manipuler, notamment lors de la toilette et de l' habillage/déshabillage. Ce serait un réel soulagement pour lui, ainsi que pour moi et l' aide du matin....

Le 11-05-2016 par Reivax paradise :
je suis atteind de paraplegie spastique de naissance. Bravo a vous on compte sur vos progres

Le 06-12-2016 par DpD :
Comment peut-on être tenu informé de l'évolution de telles recherches? Merci pour cet espoir...
Ma fille de 18 ans est atteinte de paraparesie spastique probablement d'origine génétique. Elle souhaiterait aussi éventuellement échanger avec des jeunes adultes atteint de la même maladie. Existe t il des réseaux ou des associations ? Merci

Le 21-02-2017 par girard :
je suis atteinte de spasticité familiale, je voudrais faire le test calpaïne, pour améliorer mon état

Le 24-02-2017 par LAINET Bob :
Je suis atteint d'une fistule artério-veineuse médullaire au niveau de la D6 D7. Je souffre depuis 22 ans et j'ai tout essayé sans résultat. Qui sera mon sauveur, il faut faire vite, je vais avoir 80 ans.merci

Le 04-03-2017 par Robert :
Mars 2017 y a t il des avancées et comment le savoir.
Robert avc montreal

Le 25-04-2017 par philippe sosman :
je voudrai savoir si il y a quelques choses de nouveau.

Le 25-04-2017 par LAINET Bob :
Je suis très intéressé et j'aimerais connaître la marche à suivre. Je suis atteint d'une fistule artério-veineuse médullaire depuis 22 ans et les douleurs sont de plus en plus intolérables. Merci de votre réponse.

Le 04-05-2017 par rené serrurier :
très intéressé je suis atteint d'une paraparésie spastique héréditaire de type spg4 je suis prét a faire des test si possible

Le 04-07-2017 par vallyben :
Hémiplégique de naissance, je suis vivement interéssée par ces nouvelles avancées en matière médicale.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches