Enfants handicapés à l'école : situation préoccupante !

Résumé : L'accès à l'école source de discriminations, notamment pour les enfants handicapés. Jacques Toubon, Défenseur des droits, juge la situation "préoccupante" et fait des recommandations. Son objectif : respecter les lois... ou les changer !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Pourquoi avoir choisi le mois de novembre pour remettre ce rapport 2016 sur les droits de l'enfant au sein de l'école ?
Jacques Toubon : Parce que le 20 novembre est la Journée internationale des droits des enfants. Il y a 26 ans, la France a ratifié, à la suite de son adoption par les Nations Unies, la Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989. Chaque année, à cette date, le Défenseur des droits (DDD) publie un rapport thématique. En 2015, nous avions retenu le sujet des enfants handicapés, pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, ces « invisibles ». En 2016, notre choix s'est porté sur le « Droit fondamental à l'éducation : une école pour tous, un droit pour chacun » (rapport en lien ci-dessous). Les élèves handicapés sont à nouveau concernés.

H.fr : A qui sont destinés les rapports du DDD ?
JT : La loi organique créant le Défenseur des droits indique que l'institution que je représente doit remettre chaque année deux rapports au président de la République et à ceux de l'Assemblée nationale et du Sénat : celui consacré aux droits de l'enfant et le rapport annuel d'activité. Accompagné de mon adjointe, la Défenseure des enfants, j'ai remis, lundi 21 novembre, celui sur le droit à l'éducation des enfants à François Hollande. Le second rapport est rendu public au début de chaque année. Par ailleurs, mon institution publie d'autres rapports et études concernant notre  champ de compétence. Toutes nos publications sont adressées aux ministres concernés par le thème retenu. Mais elles sont aussi destinées aux professionnels, selon leur domaine, ainsi qu'au grand public. Nous souhaitons, par ces travaux, influer sur le débat public et faire progresser l'accès aux droits, notamment par des réformes législatives et règlementaires.

H.fr : Quel est la conclusion globale de ce rapport 2016 sur le droit des enfants ?
JT : Qu'il existe encore de nombreux obstacles dans l'accès à l'école pour beaucoup d'enfants, et notamment les plus vulnérables : ceux qui vivent dans des squats ou des campements illicites, les enfants pauvres, les itinérants (gens du voyage), les allophones (ayant une langue maternelle autre que le français), les mineurs migrants non accompagnés, les enfants en situation de handicap, ceux qui sont hospitalisés et aussi les enfants « surdoués ». Tous subissent des ruptures scolaires manifestes. On constate une forme de déterminisme que l'école n'arrive pas à corriger. Depuis 2002, le poids de l'origine sociale sur les performances des élèves a augmenté de 33%, et l'école française est aujourd'hui celle où l'origine sociale des enfants influe le plus sur le niveau scolaire. En 2015, près de 23% des saisines du Défenseur des droits au titre de l'enfance concernent l'éducation. Entre 2014 et 2015, on a observé une hausse de 5%. C'est donc un sujet que nous traitons de plus en plus.

H.fr : Comment jugez-vous, plus particulièrement, la situation des enfants handicapés ?
JT : Préoccupante ! En 2016, l'accès à l'école pour ces enfants comporte encore de réels obstacles : en matière de transport, d'accompagnement humain, de matériel, d'accessibilité. Même si nous constatons depuis dix ans un nombre de plus en plus élevé d'enfants handicapés inclus dans le milieu scolaire ordinaire, il reste encore une marge de progression.

H.fr : La France est donc manifestement en retard en termes d'inclusion des élèves handicapés ?
JT : Jusque dans les années 90, la France a développé un modèle d'enseignement spécialisé pour les enfants handicapés. La loi du 11 février 2005 a permis de dissiper ce paradigme et, aujourd'hui, nous sommes dans la même culture que d'autres pays européens qui ont posé ce principe d'inclusion depuis longtemps. Il reste encore beaucoup de difficultés à surmonter et un long chemin à parcourir pour que les droits de ces enfants soient effectifs et qu'ils aient accès à l'école selon une égalité réelle avec les autres enfants.

H.fr : Qu'en est-il des activités périscolaires ?
JT : Nous constatons combien cette inclusion est difficile sur ces temps « non obligatoires » à cause de la querelle juridique entre l'Éducation nationale, les MDPH et les communes ; chacun se renvoie la responsabilité. De nombreux enfants ne peuvent y participer faute d'AVS (auxiliaires de vie scolaire) disponibles pour les accompagner. Lors de la dernière Conférence nationale du handicap (CNH), en mai 2016, le président de la République a annoncé un nouveau statut pour les accompagnants de l'élève en situation de handicap et la titularisation de 40 000 d'entre eux. Nous allons suivre la mise en œuvre de cette décision qui constituait un progrès évident.

H.fr : Le droit à l'école, c'est aussi le droit de pouvoir s'y rendre… Etes-vous alerté sur les problèmes de transport qui pénalisent les enfants handicapés ?
JT : Oui, bien-sûr. A compter du 1er janvier 2017, la responsabilité du transport scolaire est transféré aux régions. Nous attirons donc leur attention sur ce service qui pourrait s'avérer très problématique pour les enfants handicapés.

H.fr : Avez-vous également pris en compte la situation des enfants hospitalisés ?
JT : Oui car l'école ne doit pas s'arrêter aux portes de l'hôpital. De gros efforts ont été réalisés depuis les années 70 mais la prise en charge dans ce domaine reste très hétérogène. Même s'il existe de belles initiatives comme les Maisons des adolescents et la Maison de Solenn, ce type d'unités avec un personnel pluridisciplinaire est encore trop rare. Nous recommandons de pouvoir faire appel davantage au CNED (Centre national d'enseignement à distance), avec un accès gratuit pour les enfants malades.

H.fr : Editer des rapports, c'est une chose, mais à quoi servent-ils ?
JT : Notre action vise à apporter des réponses concrètes aux pouvoirs publics afin qu'ils s'en imprègnent, mais aussi à proposer aux professionnels la généralisation de bonnes pratiques. L'objectif est de rétablir le droit pour les personnes qui ont des difficultés à y accéder, mais notre travail, lorsque les réponses de droit sont insuffisantes, est aussi de formuler des propositions de réforme des textes législatifs et réglementaires. Nos avis, présentés devant le Parlement, permettent de faire entendre la voix des plus vulnérables lorsque la loi ne peut pas répondre à leur demande. La force du DDD, c'est d'obtenir des résultats effectifs, afin de réduire la distance entre les droits proclamés et les droits tels qu'ils sont appliqués. Et celui à l'éducation est l'un des points sur lequel nous nous montrons extrêmement vigilants. Dans ce rapport 2016, nous formulons 30 recommandations, dont certaines concernent plus spécifiquement les enfants handicapés.

H.fr : Un exemple de réponse concrète suite à vos actions ?
JT : L'allocation de rentrée scolaire était réservée aux élèves de plus de 6 ans entrant en primaire. En 2015, nous nous sommes battus pour qu'elle soit versée aux enfants handicapés de plus de 6 ans maintenus en maternelle.

H.fr : D'autres actions qui ont impacté les politiques publiques ?
JT : Nous recevions, par exemple, beaucoup de saisines sur les difficultés liées aux voyages scolaires, de nombreux élèves handicapés en étant privés. Le Défenseur des droits a donc travaillé sur les conditions d'anticipation en termes d'aide humaine, et sa collaboration avec le ministère de l'Éducation nationale a permis l'adoption d'une nouvelle règle dans la loi.

H.fr : Les parents sont-ils suffisamment informés sur les démarches à suivre pour faire valoir leurs droits ?
JT : Pas toujours et c'est pourquoi nous avons voulu conclure ce rapport 2016 sur l'accès au droit. Il est manifeste que la culture du droit est faible car elle n'est pas enseignée, sauf à une minorité qui fait des études dans ce domaine. Nous avons donc imaginé que l'un des moyens de faire avancer la solidarité c'est de développer une éducation globale au droit des enfants et adolescents. Au début de l'année 2017, le site du DDD proposera des ressources en ce sens à travers dix grands thèmes. Par ailleurs, des magistrats, des avocats, des associations, qui sont nos partenaires, vont intervenir dans les collèges et lycées pour porter ces questions. C'est aussi l'objectif du programme des Jeunes ambassadeurs des droits auprès des enfants (JADE) que gère mon institution ; depuis dix ans, ces « JADE », volontaires du Service civique affectés auprès du DDD, se rendent, entres autres, dans les établissements scolaires pour sensibiliser les élèves aux droits de l'enfant et à la lutte contre les discriminations.

H.fr : Les enfants ont-ils, eux aussi, la possibilité d'alerter ?
JT : Ils en ont le pouvoir, tel que prévu par la Convention internationale des droits de l'enfant de l'ONU. Mais c'est rarement le cas dans la réalité, et c'est là un regret. D'où l'importance de notre action sur l'éducation au droit.

H.fr : En janvier 2016, le comité des droits de l'enfant de l'ONU épingle la France sur la prise en charge des enfants handicapés. Le DDD en tient-il compte ?
JT : Bien-sûr puisque le DDD a pour rôle d'assurer le suivi de la mise en œuvre de la Convention internationale des droits de l'enfant ; notre travail est d'alerter les ministères, régions, collectivités territoriales concernés par cette question. Nous portons auprès de ce comité les avancées et insuffisances des politiques publiques de la France et avons en retour des recommandations qui sont autant de leviers pour agir. Le rapport 2016 est en ligne avec les observations du Comité et il est, en quelque sorte, une façon d'y répondre.

H.fr : On vous entend vraiment ?
JT : Ça fonctionne assez bien pour ce qui est de la Convention internationale des droits de l'enfant et moins bien pour celle relative aux droits des personnes handicapées. A ce titre, je vous informe que le DDD organise le 13 décembre 2016, à l'occasion des dix ans de la Convention internationale des droits des personnes handicapées, une journée d'étude à l'Unesco, à Paris 7e (article et inscription en lien ci-dessous).

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 27-11-2016 par carine 77 :
Oui je l'affirme et le confirme la situation et plus que préoccupante! je pense en effet que l'éducation nationale aurait besoin d'une profonde réforme! en effet on demande que l'enfant s'adapte à l'école et non l'inverse! il y a plusieurs situations aberrantes! un enfant sans handicapes mais qui arrive pas à suivre passe quand même en classe suivante (uniquement pour des questions d'ordre budgétaire), c'est vraiment en soit une catastrophe, l'enfant perd l'estime de lui et après on s'étonne des lacunes des bambins.. Par ailleurs ayant moi-même un enfant handicapé on me propose de le garder une année de plus en maternelle (chose déjà faite) faute de places en IME. Premièrement il n'y pas assez de structures de ce type et spécialisé pour certaines forme de handicapes, de plus les parents n'ont aucun conseils ni directions pour leurs enfants handicapés, ils doivent faire leurs démarches eux même!

Le 27-11-2016 par carine 77 :
les thérapies dites alternatives car (non remboursées pas la sécurité sociale ) sont efficaces mais coûtent une fortune! l'enseignement adapté coute très cher aussi. Pourquoi il n'y aurait pas la création de centres pour les parents d'enfants handicapés afin de les aider et les aiguiller dans leurs recherches et aide financières?

Le 01-12-2016 par Dartois :
Une personne handicapés arrivé a 61 ans ne peut pas vivre avec 441 euro c'est pas possible surtout
Avec un loyer a payer ect...

Le 07-12-2016 par fbeneville :
Des évolutions mais bien lente au vu du retard accumulé.
Concernant l'allocation de rentré scolaire, il est dommage qu'elle ne s'applique que pour les enfants dans le amp de l'éducatio nationale. Mon fils a intégré pendant un temps une classe au sein d'une école publique mais qui dépendait d'une unité d'enseignement de l'hôpital. De ce fait il n'avait pas le droit à l'allocation de rentrée scolaire.

Le 07-12-2016 par fbeneville :
L'application de la loi de 2005 serait effectivement une grande avancée. Mais pas n'importe comment.

Cette année l'inspecteur d'académie a décidé d'appliquer la loi au niveau des ULIS école. C'est à dire que chaque enfant doit bénéficier d'inclusions. Alors que jusque là ils étaient cantonné à leur CLIS et que très peu bénéficiaient réellement d'inclusion.
Par contre il exige que les enfants soit inclus dans des classes de leur âge ou au mieux de l'année inférieur. Ces enfants ayant accumulés énormément de retard scolaire, quel intérêt pour un enfant qui à un niveau en math/Français de CP/CE1 d'intégrer une classe de CM1 ou CM2.

Le 07-12-2016 par fbeneville :
Conclusion l'inclusion se limite dans les faits à l'EPS, voir la musique et les arts plastique...
De même, il devait entrer au collège l'an prochain. Aujourd'hui on nous conseille fortement de demander une orientation IME car il semble trop difficile de prévoir des inclusions au collège.
Je suis pour l'inclusion, mais le fait que jusqu'ici il n'a put en bénéficier et a pris du retard, ajouté à une volonté d'application rigide des textes fait qu'aujourd'hui il va nous falloir sortir notre fils du milieu "ordinaire" pour retrouver le milieu des "institutions". Où est le progrès?

Le 07-12-2016 par fbeneville :
Enfin avec quels moyens faire de l'inclusion. On manque déjà d'AVS, et cette année on veut imposer l'inclusion sans information préalable, sans formation des enseignants, sans concertation! Même avec une AVS, il faut que l'enseignant prépare une adaptation de son cours et de ses méthodes.
Quand mon autre fils, "normal" éprouve des difficultés de concentration et d'organisation; l'enseignante me fait part du fait qu'avec trente enfants dans sa classe, elle ne peut se mobiliser en permanence pour lui. Ils vont jusqu'à me dire qu'il faudrait envisage de demander une AVS!

Le chemin me semble bien long. Je suis prêt à me mobiliser, mais cela sera pour les autres. Mon fils devra faire avec le peu qui lui est proposé aujourd'hui

Le 08-12-2016 par MARIE2 :
ds l'EN il y a des tonnes de personnel mais des classes de 30 élèves, difficile de faire de l'inclusion aussi bien d'élèves handicapés que d'élèves ordinaires. Par ailleurs, on a des élèves qui ont envie d'apprendre, d'autres pas, certains ont déjà compris et rêvassent des heures entières, d'autres s'ennuient, et ceux qui auraient besoin d'apprendre ne le peuvent pas. Ce serait peut-être temps d'organiser les programmes en modules et de revoir les options, qui permettent à certains de se réaliser mais ne le doivent pas au détriment des fondamentaux de tous.Si tous les élèves rendaient le temps perdu à l'EN, on pourrait s'occuper des plus fragiles.Et ce temps perdu pourrait également devenir du temps utile
en options par ex facultatives.

Le 08-12-2016 par nonno25 :
Merci monsieur Toubon !

Le 08-12-2016 par Kiwi :
Mon fils est en fauteuil roulant et très fatigable. Il est au lycée et le proviseur refuse les aménagements demandés (aménagement de l'emploi du temps, salle pour se reposer). De plus, lors des sorties, nous devons assurer le transport car le lycée ne veut pas assumer ce coût supplémentaire. Nous sommes en colère, mais nous n'osons pas agir car nous craignons que cela se retourne contre notre fils. Les autres lycées étant trop éloignés de notre domicile, nous ne pouvons que subir cette situation... Ah ! Les beaux discours de l'Education Nationale sur l'intégration des enfants handicapés...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr