Universités : des vigiles payés avec les fonds handicap !

Résumé : 30 millions ponctionnés sur le budget du Fiphfp pour financer la sécurité dans les universités. Pour faire simple : embaucher des vigiles plutôt que favoriser l'insertion des travailleurs handicapés. Cette annonce indigne les personnes concernées !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

"La rentrée se fera dans des conditions de sécurité renforcée. Nous apporterons 30 millions d'euros pour cela". Tweet signé Najat Belkacem, ministre de l'Education nationale, le 31 août 2016 à l'occasion de l'université d'été de la CPU (Conférence des présidents d'université). Quelle rassurante nouvelle ! Jusqu'à ce que l'on apprenne la provenance de ces deniers : le Fiphfp (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique), c'est à dire l'organisme chargé de collecter les contributions (amendes ?) des employeurs publics qui ne respectent pas l'obligation légale de 6 % de travailleurs en situation de handicap. On se demande alors : "Quel rapport ?".

Comprendre le mécanisme

Il faut, pour répondre à cette question, se pencher sur une petite pirouette budgétaire. Jusqu'à maintenant, les universités ne respectant pas cette obligation d'emploi bénéficiaient d'un taux dérogatoire assez conséquent qui leur permettait de s'exonérer de près de 30 millions d'euros par an (ne s'acquittant ainsi que d'un tiers environ du montant prévu). Or cette "faveur" devait cesser, et la facture devait ainsi passer de 15 millions en 2015 à 40 ou 45 millions en 2016. Mais c'était avant que l'argument sécuritaire, et donc l'urgence à sécuriser les campus, d'un point de vue technique et humain, ne fasse voler en éclat cette perspective, tout au moins pendant un an. Désormais, l'équation est la suivante : plus de vigiles embauchés et moins de personnes handicapées !

Un grand soulagement : pour qui ?

Mais qui s'en offusque ? Le Figaro explique : "Parmi les annonces attendues, c'est sans doute la plus importante. Un fond exceptionnel de l'ordre de 30 millions d'euros va être débloqué par le ministère pour couvrir ces frais (de sécurité), via le Fiphfp." Via ? C'est à dire ? Le Fiphfp serait donc totalement favorable au fait que l'on tape dans ses caisses pour faire face aux risques d'attentat ? Certains n'hésitent pas à parler de "soulagement" ; c'est le cas de Jean-Loup Salzmann, président de la CPU, qui attendait cette mesure depuis un an au motif que la situation financière des universités s'aggrave d'année en année. Mais cette acrobatie budgétaire n'est évidemment pas du goût de personnes handicapées...

Des ponctions en série

D'autant que le Gouvernement n'en est pas à sa première ponction dans les réserves du Fiphfp ; déjà 30 millions prélevés en 2015, reconduits en 2016 et 2017, soit 90 millions au total sur trois ans, et autant sur celles de son homologue du privé, l'Agefiph (article en lien ci-dessous), afin de financer les contrats aidés qui ne sont pourtant pas seulement destinés aux travailleurs handicapés. Une pratique déjà en cours sous l'ère Sarkozy puisque, en 2008, son gouvernement avait lui aussi opéré une saisie de 50 millions d'euros sur les réserves de l'Agefiph. Ce qui n'empêche pas Marie-Anne Montchamp, ancienne ministre déléguée aux personnes handicapées de ce même gouvernement et présidente d'Entreprises et handicap de déclarer aujourd'hui, en réaction à ce nouveau prélèvement : "La politique d'emploi en faveur de nos compatriotes handicapés ne peut en aucun cas être la variable d'ajustement des autres politiques publiques".

Cette enveloppe de 30 millions pourrait même ne pas suffire pour cadenasser les campus et recruter les milliers de vigiles nécessaires. Qu'à cela ne tienne, le Fiphfp pourra peut-être encore "rincer"...

© Lsantilli/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-09-2016 par thomas serge :
j espert que cela va mobiliser les associations handicapées on ne peut plus de demanders des aides à droites ou à gauches alors quand on voit cela grave

Le 08-10-2016 par STOP ça suffit :
Les associations de personnes handicapées ne font rien depuis 40 ans c'est pas maintenant que ça va changer !!!

La majorité des président(e)s de ces associations sont des valides ils sont simplement la pour dire à leurs ami(e)s j'aide les handicapés !!!

Le 08-10-2016 par Daba :
Je suis en colère je suis travailleur handicapé sans emploi depuis huite ans,la médoc vient de me refuser une orientation professionnelle car soit disant j'ai des diplômes en comptabilité, or mes diplôme sont obtenus à l'étranger il me manque des compétences en comptabilité française pour trouver un emploi stable.
Je suis révoltée de voir que les fonds de l'agefi financent autre choses que les besoins des handicapés.
Merci

Le 14-11-2016 par Simone Lopez :
Scandaleux à tous points de vue : humain,socail et politique. Ja fais partie du courant"Podemos " en france, en liens étroits avec l'association Haction a Montpellier et scandalisée par les choix politiques d'un gouvernement qui se dit de "gauche"

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches