Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap

Invictus games : la combativité déchirante des Ukrainiens

Du 16 au 22 avril, des soldats ukrainiens blessés au combat défendent les couleurs du drapeau bleu et jaune aux 5e Invictus games. L'occasion de faire passer un message: "Nous nous battons". Une parenthèse sportive avant de retourner sur le front...

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

En fauteuils roulants, aidés de prothèses et d'attelles, plusieurs Ukrainiens s'entraînent au tir à l'arc aux Pays-Bas. Ils participent, envers et contre tout, à la cinquième édition des Invictus games, ces jeux imaginés par le prince Harry pour les soldats blessés au combat. Parés de bleu et jaune, ils jettent entre leurs tirs des coups d'œil à un petit cadre blanc posé sur une table à proximité des cibles : y trône la photo d'un homme avançant fièrement sur un terrain d'entraînement, tout sourire, un arc dans chaque main...

Un champion mort au combat

Si sa photo ne laisse pas deviner de handicap, Dmytro Sydoruk, l'entraîneur de l'équipe ukrainienne lauréat d'une médaille d'argent à la troisième édition, à Toronto en 2017, souffrait de "multiples blessures" et ne marchait plus bien, raconte Serhii Kalytuck, en fauteuil roulant depuis plusieurs années, qui prend part à différentes compétitions. Il explique qu'après le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février 2022, Dmytro Sydoruk a "caché le fait qu'il n'avait pas à être mobilisé" et "est retourné au front, où il a été tué", moins de deux semaines avant que ne commence cette compétition sportive organisée sur le modèle des Jeux paralympiques. "C'était l'un d'entre nous, nous pleurons sa perte et il nous manque beaucoup", lâche Dmytro Afanasiev, à l'épaule soutenue par une attelle. 

Faire passer un message

La plupart des membres de l'équipe sont retournés servir après le 24 février même si, en raison de leur état de santé, ils pourraient ne plus le faire, poursuit-il. Le courage et la présence des Ukrainiens ont été salués par le prince Harry le 16 avril au soir, lors de la cérémonie d'ouverture des Invictus games. Mais, pour ces combattants qui ont remporté une première médaille dès le lendemain, "il ne s'agit plus de sport", ajoute M. Afanasiev. Ces jeux, dans lesquels ils participeront notamment au tir à l'arc, à l'athlétisme, au volley-ball et au basket-ball, sont plutôt "notre façon de parler au monde, pour faire passer le message que nous nous battons", déclare-t-il. L'Ukraine n'échoue pas, "mais les gens, la défense et les civils se font tuer", ajoute-t-il, appelant à encore plus de soutien et plus d'armes pour son pays.

"Libérez Yuliia Paievska !

"Il attire également l'attention sur l'absence d'une femme membre de l'équipe, capturée à Marioupol, une ville portuaire stratégique que les forces russes affirment presque entièrement contrôler au terme de combats acharnés. Yuliia Paievska, surnommée Taira, une employée du secteur paramédical ukrainienne, "doit être libérée", lance-t-il. "Elle s'est préparée pour cette compétition pendant trois ans et, maintenant, elle ne peut pas y être", se désole sa fille Anna Sophia Puzanova, 18 ans, présente à l'entraînement. Quatre participants aux essais Invictus games de l'équipe ont en outre été tués au combat en mars 2022, a annoncé l'organisation.

Une parenthèse avant de retourner sur le front

Plus de 500 participants de 20 nations prennent part à l'événement, qui a été reporté deux fois en raison de la pandémie de Covid-19 et qui se termine le 22 avril. Les athlètes ainsi que plusieurs milliers de personnes présentes à la cérémonie d'ouverture ont ovationné l'équipe ukrainienne. Après les Invictus games, qui se déroulent pour cette cinquième édition dans la ville néerlandaise de La Haye, sur les "rives de la justice internationale et de la paix", selon le prince Harry, l'équipe retournera en Ukraine. "La raison pour laquelle nous retournons à la guerre est très simple : qui d'autre que nous ? C'est notre pays", s'exclame M. Kalytuck. "Beaucoup de gens font ça, ils retournent en première ligne, ils prétendent aller bien même si ce n'est pas le cas", poursuit-il. "Nous n'avons pas d'autre choix", "c'est une question de survie pour notre pays", estime M. Afanasiev.

© Twitter Hromadske

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.