Alzheimer: partenariat pour murmurer à l'oreille des chevaux

Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer murmureront-elles bientôt à l'oreille des chevaux ? Un accord de collaboration vient d'être signé entre la Fédération française d'équitation et l'asso France Alzheimer... En selle !

12 septembre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

L'équitation, nouveau dada des personnes avec la maladie d'Alzheimer ? C'est ce que souhaite encourager la Fédération française d'équitation (FFE) et l'association France Alzheimer et maladies apparentées. Le 3 septembre 2019, les deux présidents ont « sellé » leur collaboration dans l'intention de mutualiser leurs réseaux. Ils souhaitent ainsi promouvoir l'intérêt de la médiation équine dans l'accompagnement des personnes malades. Une union galopante ?

Bienfaits indiscutables

Confiance et estime de soi, épanouissement, autonomie, socialisation… La médiation avec les équidés (MAE) offre de nombreux bienfaits et est « reconnue comme un vecteur de soins, d'inclusion et de mieux-être indiscutable », affirme l'Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE). « Les personnes malades vivent surtout dans l'instant présent. Le cheval ne se projette pas non plus dans l'avenir, il ne juge pas, le handicap n'est pas un critère. Il suscite l'envie de marcher, de le caresser, répond Carole Yvon-Galloux, chargée de mission au sein de la FFE. Cela permet aux personnes concernées de suivre une activité, de mobiliser leurs muscles de manière inconsciente. Elles arrivent parfois fermées et, une fois sur place, s'ouvrent. Elles qui ne parlaient plus se mettent soudain à parler aux chevaux. »

Un partenariat qui tombe à pic

Ces nombreuses qualités ont inspiré les deux instances. De son côté, la FFE cherche à garantir la pratique du sport pour tous les publics, à tous les âges de la vie, « dans le respect de l'individualité de chacun », qu'il soit cavalier ou non, en difficulté ou non. Pour ce faire, elle s'est « engagée à développer des activités équestres pour tous, sur et autour du cheval », notamment par le biais de son réseau Cheval et diversité, mis en place en 2017, précise Serge Lecomte, son président. L'idée d'une collaboration s'est alors « imposée » à France Alzheimer, ravie de compter, enfin, parmi ses partenaires, une fédération sportive.

Séjour vacances-répit

Plusieurs initiatives devraient ainsi voir le jour dans les mois à venir. En tête de liste : la création d'un séjour vacances-répit dédié au cheval et la mise en place conjointe d'une évaluation scientifique des bienfaits des activités de MAE pour les personnes malades. « Cela nous permettra de modéliser nos actions et donnera de la crédibilité à ce que nous faisons », explique Benoît Durand, directeur délégué de l'association. Les premiers devraient se dérouler dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Centre, avec le relais des centres équestres labellisés « Equi-handi ». Ces derniers disposent d'infrastructures et de matériels adaptés mais aussi de personnel formé pour accueillir un public spécifique. Pour Benoît Durand, ces séjours sont « très intéressants, pour les personnes en début de maladie », majoritairement « en demande d'activités spécifiques ». Les aidants pourront également profiter d'un moment de répit, ainsi que le personnel soignant, tout en regardant le patient sous le prisme de ses capacités.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.