Arnaud Assoumani, para-athlète : dessine sa future prothèse!

Raphaël Stioui, 13 ans, remporte le Golden arm trophy qui consistait à dessiner la nouvelle prothèse de bras du champion paralympique de saut en longueur Arnaud Assoumani. Son look "jungle", aux tons vert, noir et doré a fait rugir le jury !

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

DERNIERE MINUTE DU 15 SEPTEMBRE 2021

Fin du suspense. Raphaël Stioui, 13 ans, remporte le « Golden arm trophy »... « haut la main » ! Son dessin d'une prothèse aux tons verts, noirs et dorés faisant écho à la jungle, aux pelages d'une panthère noire et d'un guépard ont fait l'unanimité. Maelys Coanon, étudiante, et Maureen Rapicault, infographiste, complètent le podium. Le samedi 18 septembre 2021, le quintuple médaillé paralympique de saut en longueur, Arnaud Assoumani, leur remettra leur récompense en mains propres, à 15h, rue Saint Nicolas dans le 12e arrondissement de Paris, à l'occasion du World cleanup day (Journée mondiale du nettoyage de notre planète). En parallèle, de nombreuses activités seront proposées : défis sportifs, atelier dessin avec des animateurs de body painting (peinture sur corps), un photo booth avec animation augmentée, etc.

La prochaine échéance est fixée mi-novembre, date à laquelle Arnaud Assoumani portera officiellement la création du designer Dimitry Hlinka, lauréat du Prix Bettencourt pour « L'intelligence de la main » Dialogues en 2020 et qui apposera le dessin de Raphaël Stiou sur la prothèse réalisée en 3D.

ARTICLE INITIAL DU 9 JUILLET 2021

Du 24 juin au 20 juillet 2021, Arnaud Assoumani lance le « Golden arm trophy » (Trophée du bras d'or) ! A quelques semaines des Jeux de Tokyo, le champion paralympique de saut en longueur né sans avant-bras gauche bras invite le grand public à dessiner la prothèse qu'il arborera sur ses prochaines compétitions. L'objectif : bousculer la vision du handicap. Cette année, le concours porte sur un thème d'actualité : la nature. Citoyens, écoles, entreprises, associations, clubs sportifs, particuliers... A vos crayons, prêts ? Dessinez !

Un entraînement entre champions

Les quinze premiers participeront à la remise de prix qui aura lieu fin juillet. Le jury choisira ensuite trois lauréats qui remporteront une journée d'initiation à l'impression 3D avec le designer Dimitri Hlinka ainsi que des pads graphiques. Le grand gagnant profitera, quant à lui, d'une demi-journée d'entraînement aux côtés d'Arnaud Assoumani et d'une visite guidée pleine de surprises, à l'Insep, fleuron du sport de haut-niveau en France. Ultime consécration : Dimitri Hlinka façonnera sa création.

La prothèse, un outil favorisant le dialogue

C'est en 2012, lors de ses 3e qualifications pour les Jeux paralympiques, qu'Arnaud lance le concours Golden Arm avec un impact jusque dans les écoles et centres de loisir. Son bras original et coloré devient alors un outil permettant le dialogue sur le thème du harcèlement, de l'égalité ou encore de la solidarité. Depuis, l'athlète porte fièrement la Golden Vespa, création gagnante de Thomas Hourdain. Il en est convaincu, « l'éducation et la pédagogie sont des moyens essentiels et indispensables pour créer plus d'empathie et de respect ».

5 prothèses myoélectriques à la clé

Depuis, son ambition reste inchangée : éveiller les consciences en sensibilisant par la culture, le sport, la solidarité et l'engagement. Selon lui, le contexte actuel et la crise vécue par le mouvement sportif démontrent que « la dimension citoyenne et sociale du sport revêt un caractère, plus que jamais, essentiel ». C'est pourquoi, pour cette nouvelle édition, le champion a voulu aller encore plus loin, en créant une cagnotte pour soutenir les enfants qui vivent sans avant-bras. « J'ai été victime de harcèlement à l'école, alors, aujourd'hui, je veux qu'ils se sentent comme des 'super héros' », explique-t-il. A l'issue du concours, cinq prothèses myoélectriques seront ainsi imprimées en 3D avec un design personnalisé pour les enfants. Conçu et fabriqué à Bristol, au Royaume-Uni, le Hero Arm est un bras bionique léger pour les huit ans et plus amputés sous le coude. L'enjeu ? Leur permettre de devenir des ambassadeurs positifs de la différence.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.