Orange business recrute sur Hello handicap
Orange business recrute sur Hello handicap
Orange business recrute sur Hello handicap

Autisme : une appli pour diagnostiquer avant 3 ans

C'était l'un des objectifs du 4e plan autisme : diagnostiquer l'autisme précocement. De plus en plus d'outils numériques voient le jour pour relever ce défi. Parmi eux, une appli qui promet de déceler les TND avant 3 ans, révèle une étude américaine

• Par
Parents et enfants qui regardent ensemble une tablette numérique.

Détecter un autisme ou un TND (trouble du neuro-développement) dès le berceau, dans les six à douze premiers mois de vie du nourrisson ? C'est ce que promet, peu ou prou, une nouvelle application, Sensetoknow, testée lors d'une étude multiclinique menée entre 2018 et 2020 au sein de la Duke university aux Etats-Unis et dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Medicine le 2 octobre 2023.

Une prise en charge précoce

En l'espace d'un an à peine, les spécialistes de l'autisme ont mis au point deux outils censés aider au diagnostic précoce de ces troubles chez l'enfant, l'autre étant un échographe fonctionnant à l'aide de l'imagerie fonctionnelle ultrasonore (Lire : Diagnostic de l'autisme/TND : un échographe révolutionnaire?). On sait en effet que c'est le « nerf de la guerre » pour apporter une prise en charge adéquate et personnalisée. « Si l'âge moyen de diagnostic était de six ans et demi en 2015, on est aujourd'hui à moins de cinq ans », expliquait Claire Compagnon, ancienne déléguée interministérielle à la stratégie nationale autisme et TND. Or, « plus on prend les enfants tôt, plus on a de chances de rattraper une trajectoire », affirmait-elle.

Des enfants passés entre les mailles du filet

Sur 475 enfants testés via cette application, âgés d'un an et demi à trois ans, 49 ont reçu un diagnostic d'autisme et 98 ont reçu un diagnostic de retard de développement sans autisme. Résultat, neuf enfants qui étaient passés entre les mailles du filet des tests traditionnels ont été correctement diagnostiqués grâce à l'application. En règle générale, les dépistages de l'autisme sont réalisés lors de visites de santé entre 18 et 24 mois à l'aide d'un questionnaire destiné aux parents, la liste de contrôle modifiée pour l'autisme chez les tout-petits, ce qu'on appelle en anglais la « Modified checklist for autism in toddlers » (M-CHAT-R/F).

Aller plus loin que les applis existantes

D'autres applications existent déjà pour déceler précocement l'autisme ou certains troubles neurologiques, par exemple celle de suivi oculaire, Digitick, un projet lancé dès 2018 (Lire : Digitrack : l'appli pour diagnostiquer l'autisme via l'œil). Mais, selon les chercheurs de la Duke university, « ces tests à eux seuls peuvent s'avérer insuffisants en tant qu'outil de dépistage de l'autisme ». En effet, les TND se manifestent de façon hétérogène impliquant de multiples signes comportementaux. Sensetoknow semble donc aller plus loin et peut détecter des différences entre les enfants autistes et neurotypiques en analysant le regard, les mouvements de la tête, les expressions faciales et les comportements moteurs.

Un test en dix minutes

Concrètement, ça marche comment ? Sensetoknow fonctionne sur tablette et affiche de courts films et jeux de bulles conçus pour que les réponses comportementales de l'enfant soient enregistrées via la caméra frontale intégrée à l'appareil. Les résultats s'affichent en dix minutes environ. D'après les scientifiques américains, « cette étude représente un pas en avant substantiel dans le développement d'outils de dépistage de l'autisme améliorés ». Cependant, ce dispositif ne doit, selon eux, pas être le seul capable de diagnostiquer l'autisme. Il doit être utilisé dans le cadre d'une approche globale, « liée à des références et des services appropriés », et donc sans mettre de côté les tests déjà existants et les compétences médicales requises.

Si des versions anglaises et espagnoles ont déjà été présentées, l'application n'est pas encore disponible en France. Mais un chercheur français, Sam Perochon, de l'université de Paris-Saclay, a pris part à l'étude, ce qui laisse présager une arrivée prochaine dans l'Hexagone.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"
Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.