Autiste et valide : un guide de survie pour couples mixtes

Lassé des réactions saugrenues de votre partenaire autiste ? Incompris par votre conjoint non-autiste ? Pour faciliter les relations au sein des couples "mixtes", une asso lance un "Guide de survie". Mots d'ordre : communication et tolérance !

13 octobre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

L'amour et ses aléas... Etablir une relation de couple saine et constructive n'est pas chose facile, a fortiori quand les « différences » s'en mêlent ! La clé : communiquer. Facile à dire mais difficile à accomplir, notamment lorsque l'un des partenaires est autiste. Face à ce constat, l'Association francophone de femmes autistes (AFFA) publie un « Guide de survie » pour faciliter les relations au sein des couples « mixtes ». Leitmotiv : « Nous ne sommes pas programmés de la même manière. C'est un peu comme si un système d'exploitation Macintosh tombait amoureux d'un Windows : ils ont le même usage mais pas vraiment le même fonctionnement ».

Prendre du recul

« Vous, partenaire non autiste, n'en pouvez plus qu'il vous parle une énième fois, des heures durant, de sa passion pour les animaux marins et liste toutes les espèces de crabes sur Terre ? Vous, personne autiste, êtes au bord de la crise de nerf chaque fois qu'il prévoit un dîner de dernière minute ? », interroge ce guide. Ce trouble neuro-développemental se caractérise notamment par des difficultés dans les interactions sociales et des comportements routiniers, parfois répétitifs, attitudes qui peuvent générer incompréhensions et tensions. Pour d'en venir à « jeter la vaisselle contre les murs », l'association encourage la lecture de cet outil de médiation qui permet de prendre en considération les particularités de chacun. Après avoir défini quelques principes de base sur l'autisme et les fonctionnements des personnes concernées, il aborde des situations problématiques « emblématiques » et offre des solutions.

Fonctionnements antagonistes

Tandis que les neuroatypiques sont décrits comme « plutôt rigides », rassurés à l'idée que les plannings sont établis à l'avance, les « valides » apprécient davantage la spontanéité. De même, ces derniers aiment sortir pour retrouver des amis contrairement aux personnes autistes qui peuvent se sentir mal à l'aise en groupe, en raison d'une hypersensibilité au bruit et d'une « peur de l'inconnu ». « Mais ce n'est pas parce que deux individus fonctionnent différemment qu'ils s'opposent dans l'ensemble des sphères de la vie amoureuse, rassure le guide. Une meilleure compréhension des attitudes de chacun est la clé d'un amour plus paisible. »

Un monde inadapté

L'un des obstacles majeurs réside dans le fait que les personnes autistes ont des difficultés à « repérer les états mentaux, les émotions et les sentiments de leur partenaire, et à se mettre à leur place ». Elles ont également des difficultés à identifier et exprimer leurs propres émotions qui, lorsqu'elles sont trop intenses, peuvent entraîner des « débordements émotionnels ». Autre spécificité liée à leur trouble : la fatigabilité. « Elles vivent dans un monde organisé pour et par les personnes non autistes. Cela leur demande donc davantage d'énergie parce qu'elles doivent constamment s'adapter à un environnement inadapté à leur mode de fonctionnement », explique le livret avant de l'illustrer par un exemple : « En voiture, le bruit du moteur, la radio, la musique, les vibrations des roues sur l'asphalte, le fait de rester attaché, immobile, les clignotants, la climatisation, les changements de direction, peuvent générer, à eux seuls, de l'épuisement et une surcharge sensorielle qui affecteront négativement la suite de votre journée. » Le conseil de l'AFFA : faire des pauses fréquentes.

Etre à l'écoute

En cas de crise, « n'hésitez pas à lui dire calmement, en essayant d'objectiver les choses, quand son comportement devient ingérable. Expliquez-lui votre ressenti, sans sous-entendu, et la manière dont cela vous affecte car elle ne s'en rendra probablement pas compte. Envisagez éventuellement d'aménager ensemble un coin de l'habitation qui deviendra son lieu de 'ressourcement', dans lequel elle peut s'isoler au calme, même si l'endroit est petit », conseille le guide. « Si la personne autiste peut travailler sur l'intensité de certaines de ses caractéristiques, celles-ci font aussi partie de son fonctionnement et ne peuvent pas être complètement effacées, signale-t-il. Il lui est, par contre, possible d'apprendre à mieux prendre en compte le contexte (...) afin de gérer ses réactions. » Mais, minute ! Les « valides » ont aussi leur petit caractère et peuvent être en proie à des troubles du sommeil, une maladie ou tout simplement « mal lunés » et, de ce fait, devenir difficiles à cerner pour leur conjoint. « Partenaires non autistes, n'hésitez pas à verbaliser concrètement ce qui ne va pas, à faire part de vos interrogations ou de vos changements d'humeur car la personne autiste ne les saisira pas forcément, recommande l'asso. Ce n'est pas un manque d'intérêt mais une part intégrante de son fonctionnement. »

Des médiateurs en renfort

Certaines pages sont aussi valables pour des couples composés de deux personnes autistes ou entretenant d'autres types de relations « mixtes » : amicales, familiales, professionnelles... Mais, attention, « faire des efforts pour qu'une situation évolue positivement ne veut pas dire se contraindre à faire des choses qui portent atteinte à notre intégrité », rappelle l'AFFA. La notion de respect est essentielle pour entretenir une relation durable et épanouie. En cas de conflits fréquents ou intenses, les médiateurs, tels que les psychothérapeutes mais aussi l'entourage, peuvent être de véritables alliés. Ultime conseil : « N'oubliez pas que la différence est aussi synonyme d'enrichissement. Apprenez quels sont vos points forts et vos faiblesses, celles de votre partenaire, vous n'en serez que plus complémentaires. » Après tout, cela vaut aussi pour les couples neurotypiques !

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.