Congo : au front contre l'exclusion du handicap et le viol

Au Congo, le couple présidentiel monte au créneau pour dénoncer les violences sexuelles et favoriser l'inclusion des personnes handicapées. Il envisage la création d'un ministère délégué en charge du Handicap pour favoriser l'égalité des chances.

5 décembre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

La République démocratique du Congo "ne doit plus être la capitale mondiale du viol", a affirmé Denise Nyakero Tshisekedi, l'épouse du président congolais Félix Tshisekedi qui s'est, lui, engagé pour l'inclusion des personnes handicapées. Ce dernier a salué "la citoyenneté" de celles-ci dans un message télévisé diffusé dans la nuit du 3 décembre 2019, à l'occasion de la journée mondiale des personnes handicapées. Il a estimé que la création d'un ministère délégué en charge de ce public est "un pas" vers "l'égalité des chances".

Bannir les violences sexuelles

"La honte doit être bannie, le crime puni et la justice doit être rétablie", a déclaré, de son côté, la première dame, le 3 décembre, soir à Kinshasa lors d'une cérémonie contre les violences sexuelles organisée par les Nations unies. Mme Tshisekedi a été désignée "championne de la prévention de la violence sexuelle liée aux conflits" par la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies sur ce sujet, Pramila Patten. "La RDC a parcouru un long chemin", a déclaré Mme Patten le 30 novembre 2019 à Bukavu, dans le Sud-Kivu agité depuis 25 ans par des conflits et des groupes armés qui menacent les civils.

600 violations des droits de l'Homme

A Bukavu, un milicien a été condamné mi-novembre à la perpétuité pour des viols et meurtres commis en 2018. "Malheureusement, les violences sexuelles sont toujours une douloureuse réalité du conflit", a-t-elle ajouté. "Nous avons constaté qu'en 2019 il y a une augmentation dans les cas vérifiés par les Nations unies. Et donc nous avons du travail". En octobre 2019, les Nations unies ont "documenté 600 violations des droits de l'Homme sur tout le territoire de la RDC, soit une augmentation de 19 % par rapport au mois de septembre". Les agents de l'Etat sont responsables de "55% des violations", ajoute le bureau des droits de l'Homme de l'ONU. Parmi ces violations rapportées en octobre, il y a eu "55 femmes et 24 enfants victimes de violences sexuelles", ajoute l'ONU.

Pour rappel, Bukavu abrite la clinique de Panzi du gynécologue congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018 pour ses interventions -médicales et juridiques- aux côtés des femmes et des fillettes violées.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.