Les députés contre le DPI-A mais pour le bébé médicament

Les députés votent contre l'élargissement du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'anomalies chromosomiques (DPI-A), notamment la trisomie 21, de l'embryon avant une PMA. Mais pour le "bébé médicament".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

L'Assemblée nationale a voté le 31 juillet 2020 au soir contre l'élargissement du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'anomalies chromosomiques (DPI-A), une technique que certains députés de la majorité défendaient pour éviter des fausses couches ou repérer une éventuelle trisomie 21 de l'embryon avant une PMA (procréation médicalement assistée) (article complet en lien ci-dessous). Les parlementaires ont suivi l'avis du gouvernement sur le sujet dans l'hémicycle, alors qu'ils s'étaient prononcés en commission pour une expérimentation du DPI-A pendant trois ans. Pour la droite, qui fustigeait une forme "d'eugénisme", ce DPI-A représentait un casus belli, lors de l'examen du projet de loi bioéthique en deuxième lecture.

Véran, pour puis contre

Le débat "riche et extrêmement fort" comme l'ont relevé de nombreux députés a duré plusieurs heures, marqué par des divergences dans la majorité, mais une discussion toujours apaisée et sensible. Cette question du DPI-A est "extrêmement compliquée d'un point de vue éthique, scientifique et médical", a souligné le ministre de la Santé Olivier Véran. Lui-même soutenait d'ailleurs le DPI-A en octobre en première lecture, quand il était encore député. Ministre, Olivier Véran a cette fois plaidé contre l'expérimentation, tout en assurant ne pas défendre le "statu quo". Il a ainsi mis en avant un programme de recherche clinique en cours de lancement qui va permettre d'en savoir plus sur cette technique.

Soumis au consentement des parents

Farouche partisan du DPI-A, le généticien Philippe Berta (MoDem) a assuré que l'objectif est de repérer des embryons "non viables", alors que la "France est mauvaise élève" en taux de succès de la PMA. Dans les pays où "les taux de succès sont meilleurs, on s'intéresse aux aneuploïdies (nombre de chromosomes jugé anormal)", a-t-il indiqué. "Tout ça est soumis au total consentement des parents", a encore argumenté l'élu centriste, tout en rappelant que les femmes enceintes avaient déjà accès à un diagnostic de trisomie en cours de grossesse et le choix de l'IVG ou pas. Hostile au DPI-A, la marcheuse Marie Tamarelle-Verhaeghe a fait valoir que cette technique était "reçue de façon très douloureuse" par des associations et "nombre de parents" d'enfants handicapés qui "le perçoivent comme une négation ou une violence faite à leurs enfants". Les députés LR Xavier Breton et Thibault Bazin ont appelé à "accueillir un enfant tel qu'il est et pas tel qu'on voudrait qu'il soit". Leurs contradicteurs ont souligné les "souffrances" qui pourraient être évitées à des femmes qui réalisent un processus de PMA déjà "extrêmement difficile".

Pour le bébé médicament

Comme le Sénat, l'Assemblée a en revanche voté en faveur de la technique du double diagnostic préimplantatoire (DPI-HLA) connue aussi sous le nom de "bébé médicament" ou "bébé du double espoir". Dans cette technique, un enfant est conçu avec un double diagnostic préimplantatoire (DPI-HLA), pour qu'il soit indemne de la maladie génétique dont souffre un frère ou une soeur mais aussi immuno-compatible avec lui (ou elle), ce qui peut permettre la guérison de l'enfant atteint grâce à un prélèvement de sang de cordon. Des députés LR et la LREM Blandine Brocard ont contesté cette mesure, alors que le gouvernement et le rapporteur Jean-François Eliaou (LREM) l'ont recommandée, estimant que cette technique pouvait représenter "la seule possibilité pour traiter" certains patients.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.