Douleurs post-opératoires : enfin soulager les patients ?

20 à 30 % des personnes opérées déclarent des douleurs chroniques post-opératoires avec souvent de très lourdes conséquences. Pour l'éviter, un collège d'experts médicaux a élaboré un livre-blanc. Objectif : identifier plus tôt les patients à risque.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

« La chirurgie indolore reste une utopie », assume, cash, Valeria Martinez, présidente de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD). En France, dix millions d'interventions chirurgicales environ sont pratiquées chaque année. Si la plupart se déroule sans encombre, la douleur chronique post-opératoire (DCPO) est une réalité dans 20 à 30 % des cas. Avoir mal après une opération fait partie « du jeu » ; en revanche, avoir mal deux mois après l'intervention n'est pas normal. « Une douleur post-opératoire qui se prolonge au-delà de la durée prévisible représente un facteur majeur de chronicisation », rappelle la SFETD. En résumé, la douleur qui s'installe peut déboucher sur une maladie à part entière.

216 pages pour lutter contre la douleur post-op

Risques d'accoutumance aux opioïdes, traitements donnés normalement sur un temps court pour soulager la douleur et qui peuvent entraîner des effets secondaires (troubles cognitifs, digestifs ou urinaires…), risques de déclin cognitif, de troubles psychiques et même de décès prématurés… Si ces complications n'étaient jusqu'alors pas reconnues par la chirurgie, les professionnels de santé spécialisés dans le traitement de la douleur ne veulent plus les négliger. 27 experts en santé* ont donc uni leur savoir pour élaborer un livre blanc sur le sujet. 216 pages pour « formaliser les points clefs de la lutte contre la douleur post-chirurgicale », d'après Valeria Martinez, à travers trois approches : médicale, psychologique et chirurgicale. Objectif ? Mieux repérer les facteurs de risque avant, pendant et après l'opération, mieux apprécier l'évaluation de la douleur et de son retentissement tout au long du parcours du patient.

Une démarche interdisciplinaire

La dernière partie est consacrée à la mise en pratique via 25 fiches dotées de QR code à destination des médecins avec, pour chaque complication, le détail du diagnostic clinique, la prise en charge et les éventuels traitements adaptés, ainsi que des informations complémentaires, par exemple sur l'accompagnement psychologique du patient en cas de besoin. Une boîte à outils est également à disposition des professionnels de santé ; elle contient des questionnaires pour évaluer le niveau de la douleur, selon différentes échelles, mais aussi des schémas pour faciliter la compréhension du patient. Enfin, ce guide, qui propose des exemples d'ordonnance et de lettres d'adressage, doit permettre de fluidifier les relations entre professionnels de santé de différentes spécialités.

*Issus de la SFETD, la Société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR), la Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (SOFCOT) et la Société française de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire (SFCCVT)

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.