Dyspraxie : un colloque le 12 mars sur un trouble méconnu

5 % des Français sont touchés par une dyspraxie. Un colloque organisé le 12 mars 2022 par l'association Dyspraxie France dys vise à faire connaître ce trouble développemental de la coordination (TDC) auprès du grand public et surtout des politiques.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

A un mois du premier tour de l'élection présidentielle, les associations se mobilisent pour faire du handicap un sujet prioritaire des programmes de campagne. Après le collectif de personnes aveugles et malvoyantes (article en lien ci-dessous), c'est au tour de l'association Dyspraxie France dys (DFD) d'interpeller les candidats, et plus largement le grand public, sur la dyspraxie (inscription dans le lien ci-dessous, également en visio pour ceux qui ne peuvent se déplacer). Elle organise donc le samedi 12 mars 2022, de 9h à 17h30, au ministère de la Santé, à Paris 7e, un colloque sur le thème suivant : « De l'école à l'emploi, quelles perspectives pour les enfants et les adultes atteints de trouble développemental de la coordination (TDC) ou dyspraxie ? ». Bien qu'il touche 5 % de la population, ce trouble cognitif reste particulièrement méconnu.

Manque de formation des pros de santé

Les personnes dyspraxiques rencontrent notamment des difficultés dans l'automatisation et la coordination de leurs gestes avec des répercussions dans tous les domaines de la vie. A cela s'ajoutent de nombreux obstacles dans la reconnaissance de leur trouble, du diagnostic à l'accès aux soins, en passant par la scolarité ou encore l'emploi. C'est pourquoi DFD parle de véritable « parcours du combattant » au quotidien. Les familles doivent composer avec des « médecins généralistes et professionnels de la petite enfance peu, voire pas du tout, formés », ce qui retarde la pose du diagnostic ; cette carence de professionnels, comme les orthophonistes, dans certaines régions « repousse parfois à dix-huit mois la réalisation d'un bilan pourtant indispensable ». Les parents d'élèves « dys » déplorent également le « manque de compréhension des troubles », une fois l'enfant scolarisé, et de formation des enseignants et des accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) (article en lien ci-dessous). Une fois sur le marché du travail, même constat : la méconnaissance du TDC par les employeurs et organismes d'aide à l'emploi (Pôle emploi, Cap emploi…) est fréquente. Résultat, le salarié ne trouve pas forcément sa place en entreprise et voit le trouble se manifester de façon plus intense (fatigabilité importante, lenteur d'exécution...).

Face à ce constat global alarmant, l'association Dyspraxie France dys a rédigé un livre blanc avec 14 propositions concrètes à destination des candidats à la Présidentielle.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.