Festival Entendez-voir : pour une culture accessible à tous

Le festival Entendez-voir donne RV du 7 au 11 juillet 2021 à Strasbourg ! Au programme de cette 3e édition : lectures, débats, expositions... Un évènement basé sur la rencontre entre personnes déficientes visuelles (et pas que !) et "valides".

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Rendez-vous à Strasbourg du 7 au 11 juillet 2021 pour le festival Entendez-voir ! Un rendez-vous centré autour du livre et du film accessible à tous : malvoyants, non-voyants, voyants, sourds malentendants, illettrés, « dys », « valides ». Au programme : lectures, débats, salon du livre, expositions, concerts, rencontres avec des auteurs et des grands noms du cinéma (programme complet en lien ci-dessous)... Coup d'œil sur cette troisième édition avec Yves Wansi, son fondateur et président de l'association organisatrice, Vue (d')ensemble, qui milite pour la sédentarisation des personnes déficientes visuelles.

Handicap.fr : Comment est né le festival Entendez-voir ?
Yves Wansi : Tout commence avec le « Défi Baïkal » réalisé en 2017 par Olivier Weber, qui retrace notre traversée du mythique lac russe, nous, randonneurs malvoyants. Ce documentaire a été sélectionné dans plusieurs festivals de film d'aventure or c'était le seul qui était accessible, à la fois sous-titré et audiodécrit.

H.fr : Vous avez alors réagi…
YW : Régulièrement invitée à ces belles rencontres, l'équipe de l'expédition, qui comprenait des membres de Vue (d')Ensemble, association de déficients visuels créée en 2012, s'est vite rendu compte que les films et livres présentés n'étaient pas accessibles à tout type de public, notamment aux personnes déficientes visuelles et auditives. Nous avons donc eu l'idée de créer un évènement.

H.fr : Quels sont ses enjeux ?
YW : D'une part, démocratiser et rendre la culture accessible à tous en proposant un panel d'œuvres cinématographiques et littéraires de qualité adaptées aux personnes avec un handicap visuel ou auditif mais aussi aux « valides », au même moment et au même endroit. D'autre part, assurer la promotion du livre ; en incitant les libraires de Strasbourg (et d'ailleurs) à s'intéresser davantage aux différents formats littéraires, le champ des possibles s'ouvre et favorise l'accès à la lecture à travers des moyens techniques et humains grâce au soutien des diverses institutions, associations et maisons d'édition. De même, encourager les salles de cinéma à projeter davantage de films en audiodescription et en sous-titrage permet de mettre en lumière les métiers du doublage et le travail de la voix. Autre enjeu : la sensibilisation des plus jeunes dans les écoles afin de faire découvrir l'audiodescription et le sous-titrage via des thématiques comme l'éducation à l'analyse d'une image, la mécanique d'écoute d'un film (d'animation) ou d'un dessin animé et la construction d'un texte.

H.fr : Combien de festivaliers chaque année ?
YW : En 2019, environ 800, de tous âges. En 2020, nous attendions plus de 1 500 personnes mais la crise sanitaire a réduit ce nombre a 500.

H.fr : Parlez-nous un peu des ateliers proposés…
• Les mouflets tactiles
Le but est de créer un objet « littéraire » doublé de sa version en braille avec illustration tactile. Ces « workshops » sont l'occasion de mêler les enfants malvoyants, non-voyants et voyants. La restitution se fera le 11 juillet de 14h à 15h.

• Créer son podcast en quelques clics
Découverte de l'écriture audio, prise de son et montage. Une immersion dans l'univers du podcast pour écrire, raconter, parler et réaliser son tout premier podcast audio.

• Espace son 3D - La parole est dans le noir
Faire l'expérience inédite du son 3D au casque qui permet au public d'apprécier le son de façon très réaliste parvenant à restituer notre écoute naturelle, non pas en stéréo mais en trois dimensions. L'artiste Pierre G et l'auteure Leila proposeront des contes et improvisations dans une salle plongée dans le noir.

• Initiation au dessin 3D en réalité virtuelle
Lors du salon du livre, initiation au dessin virtuel. Après tout, l'origine de l'écriture est le dessin. Dessiner, c'est libérer son imagination, sa créativité, retomber en enfance.

H.fr : Le prix du podcast est la grande nouveauté de cette troisième édition. Pourquoi avoir choisi de mettre ce format en lumière ?
YW : Tout est parti en 2019 de ma rencontre avec le compositeur Bruno de Chenerilles pour l'organisation de la seconde édition du festival. Depuis, je me suis formé aux techniques de production, de prise de son, d'habillage sonore, de narration, de diffusion pour comprendre l'intérêt du podcast pour les non et malvoyants, comme moi. Aujourd'hui, nous sommes inondés par la communication vidéo mais ça n'a pas grand intérêt pour ce public…

L'accès à ce concours se fait en ligne, avec la possibilité de participer à distance. Racontez-nous une histoire, faites une interview, un portrait, traitez de votre sujet favori, documentaire ou fiction, c'est comme vous voulez ! Nous attendons de la personnalité, de l'originalité et du sens.

H.fr : Quelle récompense à la clé ?
YW : Les neuf gagnants, dans plusieurs catégories, pourront gagner des formations, du matériel audio ou la promotion de leurs podcasts.

H.fr : Avez-vous l'ambition de décliner ce festival à l'échelle nationale ?
YW : La question s'est posée plusieurs fois et nous y allons tout droit !

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.