JO 2024 : des Jeux "utiles" aux personnes handicapées?

5 ans avant les JO Edouard Philippe défend déjà l'héritage de Paris 2024. En déplacement en force dans le 93, il a donné le coup d'envoi du chantier et érigé ces Jeux en "accélérateur de politiques publiques" utiles à la population. Quid du handicap?

5 novembre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Son credo : « Faire mieux grâce aux Jeux ! » Un « plan d'héritage » pour les Jeux olympiques et paralympiques, promet de pérenniser les actions engagées. « Si on veut qu'ils soient réussis, il faut que toute cette organisation, ces financements, cette mobilisation, ne disparaissent pas au moment où la flamme olympique va s'éteindre. Il faut que tout ça dure », a scandé le Premier ministre à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) le 4 novembre 2019, où il a symboliquement lancé les travaux pharaoniques du village des athlètes. A l'issue d'un chantier de trois ans, le site accueillera près de 15 000 athlètes et officiels en 2024 avant d'être reconfiguré en un nouveau quartier, comptant plus de 3 000 logements en 2025. « Il faut qu'il reste quelque chose, a matraqué Edouard Philippe. Ce quelque chose sera matériel : ce sont les équipements publics, ce village de 51 hectares. Mais c'est aussi des pratiques, des politiques publiques (...) et notamment le fait de redévelopper la pratique sportive chez nos concitoyens. » Il a alors dévoilé un pack de 170 mesures ; dont certaines concernent plus spécifiquement les personnes en situation de handicap.

Accessibilité totale des sites

A la suite de la réunion du Comité interministériel des JOP qui réunissait 11 ministres dont Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat au Handicap, cette dernière a twitté : « Le gouvernement réaffirme son engagement pour la pleine participation sociale des personnes en situation de handicap à travers trois priorités ». Tout d'abord, l'accessibilité universelle des sites olympiques et des équipements sportifs. « Cette mesure doit préfigurer ce que sera la ville de demain : accessible à tous les usagers ! », assure la ministre. « Et le site web de Paris2024, s'est émue une internaute, va-t-il aussi être refondu selon les règles d'accessibilité en vigueur (RGAA) pour que les personnes en situation de handicap puissent le consulter ? » Elle dénonce, pour le moment, un « carnage total ».

Développer la pratique sportive

Cet engagement vise également l'augmentation de la pratique sportive des personnes en situation de handicap. Une étude TNS Sofres 2015 révèle en effet que 70 % des personnes en situation de handicap sont intéressées par le sport. « Un tiers des Français ne pratique aucune activité physique et sportive, explique Edouard Philippe. Les Jeux doivent nous aider à inverser la tendance en encourageant sur tous les territoires la pratique du sport à l'école, dans les clubs, les entreprises... » Partant du constat que 48 % des personnes en situation de handicap ne pratiquent pas d'activités physiques et sportives, contre 34 % dans la population générale (Baromètre INJEP 2018), le gouvernement promet des mesures « ciblées pour les personnes en situation de handicap ou celles atteintes de pathologies ». Il est possible de découvrir cette offre près de chez soi grâce au Handiguide www.handiguide.sports.gouv.fr ) ; cet outil numérique et participatif du ministère des Sports a été refondu pour répertorier de manière fiable l'offre handisport et parasport sur le territoire. Pour aller plus loin, le projet de recherche « Nouveau Garches » ou Institut de santé parasport connecté (ISPC), devrait permettre d'ici 2024 de préciser, optimiser et formaliser la pratique sportive pour les personnes en situation de handicap. Destiné aux sportifs loisirs pour une prescription d'activité physique adaptée, il vise aussi le compétiteur en recherche d'un suivi ciblé et personnalisé (article en lien ci-dessous).

Emplois, service civique et bénévolat

Enfin, est prévu le renforcement de leur participation sociale en développant les programmes de bénévolat. Objectif : former 3 000 personnes en situation de handicap pour ces Jeux mais également pour tous les grands évènements sportifs à venir, communiquant sur cette action par l'opération annuelle de médiatisation des parasports, portée par le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) en lien avec le ministère des Sports et le secrétariat d'État au Handicap. Parmi les autres mesures pouvant également concerner les personnes en situation de handicap, une cellule Pôle Emploi dédiée aux postes liés aux JO doit, par ailleurs, voir le jour, avec l'ambition de « toucher les populations éloignées de l'emploi » ; 150 000 postes doivent être créés dans des secteurs divers : construction, tourisme, organisation… La formation en service civique sur des missions d'accompagnement aux JO, devrait, par ailleurs, concerner 10 000 jeunes par an à partir de 2020.

Rappelons que Paris 2024 a dévoilé le 21 octobre 2019 son nouvel emblème qui associe trois symboles : la médaille d'or, la flamme et Marianne. Pour la première fois dans l'Histoire, il est commun aux Jeux olympiques et paralympiques (article en lien ci-dessous). Une décision symbolique forte.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.