Santé mentale des jeunes : future Grande cause nationale?

Face à l'urgence, ériger la santé mentale des jeunes en Grande cause nationale, c'est la demande des sénateurs au gouvernement. Ils dénoncent la carence des accueils face aux besoins et appellent à une "politique globale ambitieuse".

• Par

Le Sénat invite le gouvernement à ériger la santé mentale des jeunes en « Grande cause nationale ». La proposition de résolution discutée le 17 janvier 2024 en séance publique a été adoptée.

Des rapports convergents... accablants ?

Cette initiative est portée par la sénatrice Nathalie Delattre (RDSE, Gironde). Elle s'appuie sur plusieurs constats sans appel, notamment la synthèse du bilan de la feuille de route des Assises « Santé mentale et psychiatrie » de mars 2023, l'étude de Santé publique France de février 2023 ou encore le rapport du Défenseur des droits « Santé mentale des enfants : le droit au bien-être » de fin 2021 (Lire : DDD* : la santé mentale des jeunes dans un état critique?). Tous convergent vers la même conclusion : la santé mentale des jeunes s'est dégradée au cours de ces dernières années, la pandémie ayant été, manifestement, un booster d'anxiété.

Face à l'urgence

Cette proposition estime « qu'une prise en charge précoce et de qualité d'un enfant atteint de troubles psychiques est le gage d'une meilleure stabilisation ou guérison de sa maladie à l'âge adulte » mais observe dans le même temps que « les capacités d'accueil en soins de psychiatrie et d'accès aux psychologues sont insuffisantes face aux besoins ».

Elle appelle donc à « déployer une politique globale et ambitieuse d'accompagnement des jeunes dont la santé mentale est affectée », tout en renforçant les effectifs de psychologues et de psychiatres et les moyens du service de santé scolaire et en rappelant l'importance de soutenir les centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) et les centres médico-psychologiques (CMP).

Grande cause nationale, c'est quoi ?

La Grande cause nationale est un label officiel attribué par concours public chaque année depuis 1977 par le Premier ministre à un organisme à but non lucratif ou un collectif d'associations. Cet agrément leur permet, tout au long de l'année, d'organiser des campagnes de générosité publique et de diffuser gratuitement des messages sur les sociétés publiques de télévision et de radio.

En 2024, année olympique et paralympique, c'est le sport qui est à l'honneur, vient tout juste d'annoncer le gouvernement. L'autisme l'avait été en 2013 et le handicap en 2003 et 1995.

Une personne tient dans la main le dessin d’un visage qui sourit.
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"
Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.