Schizo, série inspirée de faits réels pour briser les tabous

En 2020, la schizophrénie reste associée à la folie, à la peur. Pour changer la donne, l'Association des Journées de la schizophrénie organise 1 semaine de sensibilisation, du 14 au 21 mars. Au menu: 200 évènements et le lancement de la série Schizo.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Alice s'apprête à entrer en seconde au lycée français Albert Camus qui vient de rouvrir ses portes après deux ans de travaux. Des caméras omniprésentes, des salles qui « défendent » quelconque élève d'entrer, d'autres particulièrement sombres... Alice s'interroge : quel sombre secret cet établissement cache-t-il ? Réponse dans la série scientifique Schizo, réalisée par Maël Sevestre, en accès gratuit du 11 au 24 mars 2020 (lien ci-dessous).

Des clichés discriminants

De Psychose de A. Hitchcock à Black Swan de D. Aronofsky en passant par Fight Club de D. Fincher et Shutter Island de M. Scorsese : pendant longtemps le cinéma et la fiction ont largement contribué à véhiculer une image erronée de la schizophrénieC'est tout récemment que des créations ont contribué à porter un autre regard sur les troubles psychiques chez les jeunes à l'image des séries Atypical, Skam ou encore Mental. Inspirée de faits réels et « cautionnée par un comité d'experts scientifiques », Schizo entend sensibiliser le grand public, et plus particulièrement les jeunes de 15 à 35 ans, grands consommateurs de séries, sur la schizophrénie, encore trop souvent associée à la folie, la violence et la peur, condamnant ainsi à l'exclusion les 700 000 Français concernés. En cause notamment : une origine méconnue, des symptômes « étranges et incontrôlables », l'incurabilité de la maladie... « Et pourtant, la mise en lumière des progrès de la recherche permettrait au grand public de porter un autre regard sur la maladie », plaide l'Association des Journées de la schizophrénie.

Semaine de sensibilisation

C'est avec ce message d'espoir que sera portée la 17ème édition des Journées dédiées, qui se tiendra du 14 au 21 mars 2020. Expositions, spectacles, conférences, compétitions sportives... Plus de 200 évènements seront organisés partout en France mais aussi en Suisse, au Québec, en Algérie ou encore au Cameroun, pour tordre le cou aux fausses croyances, à la lumière des avancées médicales. « Depuis quelques années, d'incroyables progrès sont réalisés dans des centres spécialisés pour améliorer le quotidien des personnes souffrant de troubles psychiques. La schizophrénie se soigne de mieux en mieux ! Grâce aux efforts conjugués de nombreux spécialistes, on comprend mieux la maladie, de son origine à sa prise en charge », affirme l'association. Son credo : « Se rétablir de la schizophrénie n'est plus une fiction ! » En amont, elle lancera, le 11 mars 2020, « le plus grand site de vulgarisation de la recherche » sur ce trouble psychique. Au programme : plus de 40 recherches fondamentales, cliniques ou appliquées accessibles à tous.

Mental : une série salvatrice

Déstigmatiser et libérer la parole autour des troubles psychiques, c'est aussi l'ambition de la série Mental qui propose une immersion dans un service de pédopsychiatrie (article en lien ci-dessous). Une série de dix épisodes de vingt minutes aussi drôle que touchante, à retrouver sur la chaîne numérique consacrée aux jeunes, France.tv Slash. La santé mentale des adolescents ? Un sujet tabou passé sous silence qui fait de nombreuses victimes chaque année. En France, près de la moitié d'entre eux seraient en état de « souffrance psychologique » mais 70 % cachent leur mal-être par « honte ». La moitié des troubles psychiques apparaissent avant l'âge de 14 ans mais la plupart ne sont ni détectés ni traités. Or, pris en charge précocement, ils n'auront pas forcément de répercussions à l'âge adulte. « Si j'avais vu cette série à 15 ans, je n'en serais pas là aujourd'hui, j'aurais pu gérer ma maladie autrement et n'aurais certainement pas pris une énorme claque à l'annonce de mon diagnostic », présume Maxime Perez qui, « après deux ans d'errance médicale et deux tentatives de suicide », a décidé de créer l'association « Bipolaires et fiers, et fières ». A bon entendeur...

Illustration article
Partager sur :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.