SNCF : 100 euros, amende salée pour un malvoyant

Pas de guichet, pas de billet ? Cela a coûté 100 euros à un passager malvoyant. Ne pouvant lire sur les bornes automatiques, il a pris le train en pensant régulariser sa situation à l'intérieur. Le contrôleur n'était pas de cet avis...

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Lucien Converset, malvoyant, a fait les frais d'un excès de zèle de la part d'un contrôleur SNCF. Le 29 mai 2019, ce curé retraité de 82 ans part manifester en gare de Dole (Jura), pour défendre l'accès aux services publics de la SNCF. C'est donc tout naturellement qu'une fois le rassemblement terminé, il décide de prendre le train pour rentrer chez lui. Le hic, c'est que le guichet est fermé et que les bornes automatiques ne sont pas accessibles aux personnes déficientes visuelles. Seule solution : monter dans le TER et acheter un billet directement à l'intérieur. Ce qu'il s'empresse de faire… Mais lorsqu'il interpelle le contrôleur, ce dernier lui répond que son travail n'est pas de délivrer des tickets mais de les vérifier. Lucien écope donc d'une amende de 50 euros. La SNCF aurait-elle un train de retard en matière d'accessibilité ?

Démarches collectives

Militant dans l'âme, Lucien refuse de payer. « Je lui ai expliqué que si j'étais allé manifester à Dole, c'était précisément pour que la SNCF me donne les moyens de m'octroyer un titre de transport », explique-t-il à l'Est Républicain. Pas convaincu, le contrôleur double sa note. Au final, l'ancien prêtre s'en tire pour 100 euros, lui qui ne paye habituellement que 3,5 euros pour ce trajet de 18 km. Le comble, c'est que, s'il n'était pas allé lui-même à la rencontre du contrôleur, il n'aurait pas été verbalisé puisqu'aucune vérification n'était prévue. Mais pas question de se laisser abattre. Celui que l'on surnomme Lulu multiplie les démarches. Il écrit à l'autorité organisatrice de la mobilité, au directeur de SNCF Mobilités à Dijon, au président de la SNCF, Guillaume Pépy, aux syndicats de cheminots et même au Défenseur des droits. « Je ne témoigne pas pour mon cas personnel mais dans un esprit collectif pour qu'une solution pérenne soit trouvée, poursuit-il. Au-delà des personnes âgées, handicapées ou malvoyantes, je pense à toutes celles qui ne savent ni lire ni écrire et qui ont besoin d'un contact humain pour effectuer cette formalité d'achat et d'aide à la préparation d'un voyage », confie-t-il à nos confrères.

Pas facile le tout tactile

Quelques semaines plus tard, Lucien obtient gain de cause. « L'erreur a été corrigée, Monsieur Converset a été intégralement remboursé », affirme la SNCF. Mais ce n'est que la face cachée de l'iceberg… Outre les bornes automatiques, dont il ne peut pas lire l'écran, c'est la dématérialisation des services publics (article en lien ci-dessous) et le développement du « tout tactile » que Lucien remet en cause. Sans ordinateur, il lui est impossible de réserver son billet sur Internet. Sans parler du smartphone… « Devrais-je rester confiné chez moi et me priver de ma liberté de me déplacer ? », s'agace-t-il. La suppression des guichets, et plus largement des caisses dans les supermarchés ou les cinémas, pénalise fortement les personnes handicapées, a fortiori celles avec une déficience visuelle. La course à la modernité ? Elles en payent le prix. Pour elles, les écrans lisses et tactiles ne sont pas le comble du design mais juste une galère de plus (article en lien ci-dessous). Pour y remédier, tout comme pour les appareils électroménagers, des commandes vocales ne devraient-elles pas être installées sur chaque borne en gare ?

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.