Soins dentaires et handicap : des pro mieux formés ?

"Plutôt que de sauver une dent, on propose un dentier." La santé bucco-dentaire des personnes handicapées en péril ? Ce constat alarmant a fait naître un partenariat entre Oral-B et l'association iADH. Objectif : rendre ces soins plus accessibles.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

DERNIERE MINUTE DU 13 SEPTEMBRE 2022
Le 23è Colloque national de santé publique de l'UFSBD (Union française pour la santé bucco-dentaire) aura pour thème « Prévention bucco-dentaire et handicap, la e-santé, un véritable atout ». Il est organisé au Paris santé campus (Paris 15) ou en distanciel le 21 octobre 2022 (de 9h à 12h30) (inscription dans le lien ci-dessous).  
 

ARTICLE INITIAL DU 1ER SEPTEMBRE 2022
« Ça arrive très souvent dans une fratrie qu'un enfant en situation de handicap soit privé de soins ou contraint de se faire soigner dans un autre cabinet dentaire que celui de son frère ou de sa sœur parce que le matériel n'est pas accessible. Et c'est évidemment source de souffrance », rapporte Benjamin Binot, vice-président du groupe Procter & Gamble qui possède la marque Oral-B. Le 24 août 2022, le leader des brosses à dents a signé un partenariat avec l'Association internationale pour le handicap et la santé bucco-dentaire (iADH). L'objectif de cette collaboration déjà effective ? Rendre les soins bucco-dentaires plus inclusifs et accessibles. « 166 millions de personnes en Europe sont touchées par le handicap, un tiers d'entre elles ont des problèmes de gencives en raison de difficultés à maintenir leur santé dentaire. Pour une marque comme la nôtre, c'est plutôt critique », regrette Benjamin Binot.

Des problèmes relégués au second plan

« Les personnes en situation de handicap rencontrent de nombreux soucis de santé mais les problèmes bucco-dentaires sont souvent relégués au second plan », déplore de son côté Alison Dougall, présidente de l'iADH. En règle générale, les patients handicapés se voient offrir moins d'options par leur praticien. « Plutôt que d'effectuer un traitement de canal pour sauver une dent ou de poser un implant, on leur propose la solution de facilité, par exemple un dentier. Les dentistes ne sont pas toujours équipés et formés pour répondre à des problèmes spécifiques », poursuit la directrice du programme de doctorat en soins dentaires spéciaux au Trinity college de Dublin. Même souci avec l'orthodontie, souvent considérée comme non prioritaire en cas de handicap « alors qu'elle contribue à maintenir des dents saines, tranche Alison Dougall. C'est aussi une question de qualité de vie, de pouvoir sourire en toute confiance ». Dans le cadre de ce partenariat, Oral-B compte amener son savoir-faire en matière d'innovation. Les experts de l'iADH apporteront quant à eux leur pierre à l'édifice. Cet échange de bons procédés doit déboucher sur un programme complet à destination des professionnels de la dentition. Au menu : des webinaires de formation, des fiches conseils de pré-visite, des contenus vidéos élaborés par des experts ou encore la mise à disposition de matériel adapté…

Faire évoluer le cadre réglementaire ?

Pour ce faire, le binôme souhaite frapper fort dès l'entrée en école dentaire « pour que les professionnels disposent d'une forme de 'productivité' face au handicap, explique le vice-président de Procter & Gamble. Ainsi, le temps doit être investi dès le départ à bon escient, en adoptant les bons gestes, un langage inclusif, surtout face à des patients avec des troubles du spectre autistique ». Si ces deux partenaires ne prétendent pas se substituer à l'Etat dans l'amélioration des dispositifs de santé, ils viennent tout de même combler un manque de moyens manifeste. Pour rappel, les chirurgiens-dentistes ne sont pas concernés par l'application du décret d'avril 2022 qui autorise le remboursement des consultations blanches (permettant aux praticiens de mettre leur patient à besoins spécifiques en confiance, sans acte médical, article en lien ci-dessous). Or c'est l'un des secteurs sanitaires qui nécessite le plus de préparation aux soins. « La vocation de ce partenariat, c'est d'abord de répondre à une situation d'urgence. Après, Oral-B peut jouer de sa réputation pour faire évoluer le cadre réglementaire… », laisse entendre Benjamin Binot.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.