TND : former généralistes et pédiatres au repérage précoce

Trois organismes ont été sélectionnés pour optimiser la formation des médecins généralistes et pédiatres, en 1ère ligne pour le repérage et la prise en charge précoces des troubles du neurodéveloppement (TND).

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

« Les troubles du neurodéveloppement (TND), dont les troubles du spectre de l'autisme (TSA), doivent être repérés le plus tôt possible », affirme l'Agence nationale du développement professionnel continu (DPC). S'il est possible, aujourd'hui, de poser un diagnostic fiable à partir de l'âge de 18 mois, les premiers signes peuvent être détectés bien plus tôt. L'enjeu : prévenir les comorbidités et améliorer la trajectoire développementale. Pour former les médecins généralistes et pédiatres, en première ligne, l'Agence a lancé un appel d'offres. Objectif : sensibiliser et impliquer les professionnels de santé de proximité et de la petite enfance, en livrant les bonnes pratiques en matière de repérage précoce. Cette première phase permettrait ainsi de favoriser une orientation rapide vers les professionnels ou les structures pluridisciplinaires capables de coordonner un parcours diagnostique et de prise en charge adaptés. L'Agence vise également à abaisser l'âge moyen de détection des TSA et des TND, habituellement observés vers 7 ans. 35 000 enfants seraient concernés chaque année.

22 millions d'euros sur trois ans

Le cahier des charges, rédigé en collaboration avec la Délégation interministérielle à l'autisme et aux troubles du neurodéveloppement, a été conçu en deux « lots ». Neuf organismes ont déposé un dossier pour répondre au premier, destiné à repérer les signes d'alerte de TND chez les 0-7 ans. A l'issue d'une sélection jugée « rigoureuse », deux ont été retenus : INFOR Santé (organisme de formation continue professionnelle dans le domaine de la santé mentale) et InterCAMSP (association œuvrant pour la coordination de l'action médico-sociale).

Un troisième organisme, Coridys Var (association qui forme, accompagne et informe aux troubles dys), a été sélectionné dans le deuxième « lot », destiné aux professionnels déjà formés ou référents sur un territoire relatif au diagnostic et à la coordination de la prise en charge.

Ces trois actions seront déployées dans toute la France sur trois ans grâce à une enveloppe de 22 millions d'euros.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.