Touristes ou PMR : du favoritisme dans les transports ?

CDG Express: Valérie Pécresse demande le report des travaux de la ligne rapide entre Roissy et Paris. Pour certains, l'argent public ne devrait-il pas être consacré en priorité aux usagers, et notamment à l'accessibilité aux personnes handicapées

13 décembre 2018 • Par

Thèmes :

Illustration article

24 euros et 20 minutes pour relier l'aéroport de Roissy à Paris Gare de l'Est. Le CDG Express doit voir le jour en vue des Jeux olympiques de 2024. Un chantier à plus de 2 milliards d'euros. Excellente nouvelle pour les touristes mais quid des usagers, et notamment ceux de la ligne B du RER, la deuxième la plus fréquentée d'Europe qui suit, grosso modo, le trajet de cette ligne rapide ? Projet « inutile » rétorquent, notamment, les habitants de Seine-Saint-Denis, qui verront passer sous leurs fenêtres des trains à vive allure sans pour autant y monter ! Confrontés à des difficultés dans les transports (pannes, retards), ils se sont réunis en collectifs et ont mis en ligne une pétition pour réclamer l'abandon complet de ce chantier au profit de l'amélioration de l'existant. Leur revendication est également portée par les personnes handicapées qui exigent les moyens nécessaires pour la mise en accessibilité des gares.

Report ou abandon ?

Face à la grogne, Valérie Pécresse a donc proposé, le 12 décembre 2018, une demi-mesure, c'est-à-dire le « report » de ce projet tant qu'il n'apportera pas de garanties suffisantes pour les autres lignes du réseau francilien. La présidente de région et d'IDF-Mobilités réclame, notamment, que des chantiers soient « organisés pour donner la priorité aux travaux nécessaires à la remise en qualité du service des RER B et D ». Claude Boulanger-Reijnen*, vice-président du CESER commission transport et mobilité Ile-de-France, lui-même en fauteuil roulant et prompt à défendre, entre autres, les droits des personnes à mobilité réduite, se félicite que les actions de lobbying politique menées depuis des mois aient porté, une fois encore, leurs fruits. Et de citer, par le passé, quelques « accidents » de calendrier comme le report de la mise en accessibilité de la gare de Savigny-le-Temple de quatre ans (article en lien ci-dessous), décidé en 2017 en raison du nombre de chantiers conséquents en Ile de France. Le coup de gueule poussé à l'époque avait « encouragé » la reprise des travaux. Il rappelle que 12% des Franciliens (soit 1,4 million de personnes) sont en situation de handicap tandis que 39% au total présentent des difficultés de mobilité (enquête IDF-Mobilités 2014-2015).

Trois questions à Claude Boulanger

Handicap.fr : Vous avez donc mené une action politique sur le projet du CDG Express ?
CBR : Exactement, alors que la présidente de région a décidé d'engager nos territoires vers une « Smart région » (région intelligente), j'ai défendu qu'il était important de considérer que les leviers de performances doivent en priorité améliorer les conditions de sécurité, de confort, de ponctualité de toutes les lignes et gares du RER B et ne pas ralentir les chantiers en cours, dont la mise en accessibilité des nombreuses gares.

H.fr : La colère était en train de gronder…
CBR : L'usager du quotidien comprendra que les trains accusent de retards si les travaux concernent l'accessibilité, la sécurité des liaisons, l'amélioration du confort et de la ponctualité. Par contre, il ne comprendra pas qu'ils soient dus à une ligne qui ne concernera que 20 000 clients par jour.

H.fr : Vous n'en êtes pas à votre premier combat…
CBR: L'essentiel, c'est l'objectif à atteindre pour l'intérêt général et d'y parvenir ! Il est hors de question de laisser sur le quai les habitants de départements dits périphériques. Nous travaillons au budget primitif 2019 de la région Ile-de-France et sommes attentifs aux projets comme aux inerties, voire inepties. La présidente Valérie Pécresse a bien compris qu'il était nécessaire de prendre en compte des échelles de priorités collectives et c'est dans mes prérogatives, avec d'autres acteurs, de l'y inciter. Nous sommes malheureusement de moins en moins nombreux, dans le champ du handicap en IDF, à militer… J'en appelle aux bonnes volontés.

*Ancien responsable APF Ile-de-France et désormais vice-président Unapei Ile-de-France

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.